L’Ostéo4pattes - Site de l’Ostéopathie
Recherchez dans le Site :

A la recherche de l’équilibre biomécanique du cheval monté…

Marine Flipo - Mémoire de fin d’étude
 
Créé le : mardi 15 mars 2022 par Flipo Marine

Dernière modificaton le : samedi 19 mars 2022

  J’ai toujours été en recherche, plus précisément, en quête de comprendre les chevaux, comprendre leur langage, entendre leurs peines et leurs souffrances psychiques. Cela m’a amené au fil du temps et de mes expérimentations à entrevoir leur souffrance physique.

  En position assise dans un boxe, je les ai observé, écouté puis travaillé. De la passion pour leur bien être psychique, je me suis passionnée pour leur équilibre physique. Que ce soit en Ostéopathie, en présence des chevaux ou dans la vie en général, je cherche l’équilibre.

  Je souhaite, par ce travail, partager ma passion pour la biomécanique des chevaux montés.

  « À la recherche de l’équilibre biomécanique du cheval monté… », tel est mon choix par passion et dévotion durant ma vie !

  Mon objectif premier est de trouver l’équilibre personnel à chaque cheval par divers exercices de décontraction. Cet équilibre permet d’utiliser le potentiel du cheval à son maximum et, finalement, met en valeur sa beauté naturelle dans le mouvement.

  Au départ, il est bien normal que le cheval mette son poids sur les épaules. La répartition du poids de son corps sur les antérieurs s’accentue par l’économie d’énergie. De plus, n’ayant pas été conçu pour porter un être sur son dos, il va élargir la base de sustentation ainsi qu’augmenter la contraction de son dos pour ne pas tomber. Au fur et à mesure du travail de décontractions, de la légèreté des aides, le cheval passe ses postérieurs sous sa masse pour être dans un travail horizontal. Dans cet équilibre horizontal, le travail au trois allure est de rigueur, en gardant cet états précaire dans la décontraction. L’ amener à se rassembler graduellement et dans un moment propice, obtenir des aires de haute école.

  Par ce mémoire, mon but est d’objectiver qu’il est possible d’entretenir, de soigner physiquement les chevaux en les montant. un grand nombre de matériels peuvent créer des dysfonctions ostéopathiques mais ils ne sont que la conséquence d’une action du corps et des mains de l’homme. Cette ambivalescence positive / négative dépend du tact et de la connaissance.

  Pour valider ou contredire mon hypothèse, j’ai pris 6 chevaux très distincts : avec un physique, un passé et une activité différente. Ces 6 chevaux sont testés en ostéopathie sur l’axe crânio-sacré, bassin et MRP au début du mois, avant tout travail, 2 semaines plus tard et pour terminer à la fin du mois. Aucune correction n’est apportée sur ces animaux, seuls 3 d’entre eux seront montés par mes soins pendant la durée de l’étude. Les 3 autres chevaux constituent un groupe témoin et continuent leurs activités quotidiennes sans modification.

  Dans le travail du cheval, il y a une partie indissociable qu’est le comportement. Je n’ai pas souhaité le développer dans ce mémoire, car ce n’était pas la demande d’un mémoire de fin d’étude ostéopathique. Mais aussi, l’aspect à "contre courant" de ce genre de travail n’est pas forcément apprécier.
  J’ai essayé de rester le plus fidèle possible à mes convictions tout en respectant les consignes. J’ai donc réduit mon travail de recherche sur le travail monté des chevaux en me basant sur les travaux de mes pairs et mon expérience équestre avec la conscience de l’ostéopathie.
  Une partie des techniques ainsi que la philosophie de certain utilisée dans le monde de l’équitation du 20ème siècle peut s’apparenter à une approche ostéopathique

  Une grande partie du travail réalisé est la décontraction de la mâchoire et de la nuque. Elle se fait en premier temps au sol pour relâcher les plus grosses tensions, avant de lui rajouter une difficulté, un cavalier sur le dos.

  L’articulation temporo-mandibulaire est capitale dans le quotidien du cheval autant que dans le travail. Elle est souvent oubliée et peu mobile. Sa mobilité est essentielle dans l’équilibre du cheval en influençant la posture, car, comme la nuque, elle fait balancier [1].

  Les ATM sont en relation via le fascia avec le frontal, le sphénoïde, le temporal, l’occipital et le pariétal [2]. Donc, s’il y a tension de cette articulation, cela impactera la sphère crânienne.
  De plus, la capsule articulaire de l’ATM est innervée grâce au 3e ventricule. Il est en rapport avec la sensibilité et la proprioception, comme tous les muscles de la mastication. Ce qui peut créer une boucle neuronale d’activation réciproque si l’un des deux est irrité. Lorsque la mâchoire inférieure du cheval ne peut pas bouger, il ne peut donc pas transmettre les données proprioceptives adéquates à son système nerveux central, ce qui entraîne un mouvement inexact et une faible performance.

  Ces dysfonctionnements perturbent l’équilibre du cheval et sa capacité d’effectuer des mouvements latéraux amples. Les mouvements des vertèbres cervicales sont alors affectés car la contraction des muscles de l’encolure créent des spasmes ou tensions sur l’ensemble de son corps. Pour soulager cette douleur naissante, il raccourcit ses foulées et creusera son dos.

  Dans tous les cas, s’il y a des contractions musculaires au niveau lombaire, garrot, C0-C1 et ATM, le cheval creusera son dos. Étant en économie d’énergie, le cheval se laissera d’autant plus porter sur son avant main emmener par son poids en contractant la ligne du dos accentué par le cavalier. Lors de la décontraction de mâchoire du cheval, le dresseur est automatiquement amené à relâcher les tensions de la nuque au garrot et même dans le bassin. Au final, le mors devient un outil ostéopathique …

  La suite de la prise en charge se fait à cheval, avec pour objectif permanent, qu’il soit décontracté dans les zones articulaires cités précédemment. A force de travail de décontraction, le cheval va travailler sans se créer de douleur, embellir ses allures et augmenter son temps d’activité avec son cavalier. Pour cela, l’assiette du cavalier doit être parfaite, l’action des mains légère et en accord avec le bassin. Il faut également savoir rééquilibrer son cheval à chaque instant. Pour nous, comme pour lui, nous devons réapprendre à marcher.

  Dans ce travail, j’ai remarqué, que le groupe qui suit le protocole, a vu leurs dysfonctions ostéopathiques se normaliser à 98 %. Au contraire dans le groupe témoin, leurs dysfonctions de départ sont toujours présentes, d’autres se sont même sur-ajoutées.

  J’ai essayé de démontrer dans ce mémoire l’importance pour moi qu’est l’adaptation et la recherche permanente du bien-être de chaque cheval. Avec un travail différent et individualisé pour chaque sujet, en fonction de ses points de force, son âge, sa sensibilité, son passif…

  La comparaison des tests ostéopathiques avant, pendant et après le protocole m’ont permis de confirmer que le travail d’une équitation, respectueuse de la physiologie mécanique des chevaux, a un impact positif sur l’intégrité du cheval.

Marine Flipo,
Ostéopathe Animalier, Suisse
https://marineflipo.ch/


Voir mon mémoire en PDF sur la 👉 Bibliothèque de l’Ostéo4pattes-SDO 👈


[1Ostéo4pattes-Site de l’Ostéopathie (vu le : 13/03/2022) ATM, Articulation Temporo Mandibulaire, Disponible sur : https://www.revue.sdo.osteo4pattes....

[2Robert Barone : Anatomie comparée des mammifères domestiques. Tome 2. Arthrologie et Myologie. 4e Edition (2011) Vigot . Paris.



Notez cet article
1 vote



Mots-clés




Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Visiteurs : 315 / 1755123

Venez nous suivre sur les réseaux sociaux :

       
Suivre la vie du site fr 

Site réalisé avec SPIP 3.2.13 + AHUNTSIC