L’Ostéo4pattes - Site de l’Ostéopathie
Recherchez dans le Site :

Un think tank utopique

Créé le : mercredi 1er avril 2020 par Jean Louis Boutin

Dernière modificaton le : mercredi 1er avril 2020

Cet article fait partie d’un ensemble d’articles publiés sur le Site de l’Ostéopathie comprenant :
- Ostéopathie : Vers la reconnaissance scientifique. Jean-Louis Boutin, 1er juin 2003
- Une nouvelle discipline : l’Ostéopathie ? Jean-Louis Boutin, 12 juin 2007
- Praticien ou chercheur. Jean-François MARCHAND, 1er juin 2008
- Un think tank utopique : Au sujet des 31 agréments des établissements de formation en ostéopathe. Jean-Louis Boutin, 22 mars 2016
- La formation continue des ostéopathes aurait-elle été oubliée ? Jean-Louis Boutin & Jean-François Marchand, 30 juillet 2016
- Créer une discipline ostéopathique ? Jean-Louis Boutin, 6 juin 2017

Au sujet des 31 agréments des établissements de formation en ostéopathe

Le Journal officiel du 10 mars 2016 a publié la liste des nouveaux agréments des établissements de formation en ostéopathie ainsi que la liste des augmentations de capacité d’accueil pour les établissements qui en avaient fait la demande.

31 établissements se retrouvent désormais agréés contre 62 précédemment selon la liste publiée par le ministère de la Santé. C’est un progrès, insuffisant il est vrai, puisque la France reste toujours les champions en ce domaine !

Une remarque s’impose ici : la campagne de presse des ASP à l’été 2015 avait mis en exergue que les agréments de cette époque étaient une reconnaissance de la qualité des établissements de formation ainsi agréés par rapport à ceux qui avaient fait l’objet d’un refus et qui donc, n’étaient pas de bonne qualité.
Les agréments de 2016 de plusieurs écoles, refusés en 2015, montre bien que ces décisions ministérielles ne donnent aucune garantie sur la validité de l’enseignement dispensé ni sur la qualité des établissements, mais répond à des critères purement administratifs et quantitatifs, même s’ils ont été établis à l’issue d’un long processus de consensus avec l’ensemble des acteurs concernés (ASP représentatives, DGS, cabinets ministériels concernés).

Pour juger de la qualité d’un établissement (ou des établissements) et de la validité de l’enseignement dispensé, seul un contrôle strict de TOUS les établissements désormais agréés par un organisme indépendant - comme l’IGAS - peut apporter une réponse à ces questions. Malheureusement vu le nombre d’inspection qu’il faudra mener, nous doutons fort que ces contrôles puissent se faire dans l’année à venir.

S’il est évident que la réforme de la formation des ostéopathes de 2014 avec la publication d’un référentiel Métier et d’un référentiel Formation a été une avancée majeure, le nombre d’établissements agréés donne un goût forcément très amer pour tous ceux qui pensaient qu’il n’y aurait que très peu d’établissements agréés, 10 voire 15 au maximum. Nous en sommes à 31 ! De ce point de vue - et de ce seul point de vue - la réforme est un échec patent.

Renvoyer la faute au Conseil d’État comme le fait le SFDO et aux aléas d’une première règlementation c’est occulter la responsabilité des ASP de ne pas avoir su anticiper ce phénomène alors qu’il avait eu lieu, déjà, en 2007 et 2008 où pas moins de 62 établissements avaient été agréés.

Il est facile pour nous de critiquer : nous n’avons pas participé aux discussions et aux réunions ministérielles - mais là n’est pas notre rôle. Celui-ci ne peut être que de réflexion vers une ostéopathie de qualité et quitte à passer pour des utopistes, voici nos propositions. Elles sont critiquables, elles sont sûrement difficiles à mettre en place, elles feront manifestement peur : « Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas les faire, c’est parce que nous n’osons pas qu’elles sont difficiles » comme l’affirme Sénèque !

Voici donc ce que le "Think Tank" du Site de l’Ostéopathie propose :

1. Un enseignement de très haut niveau nécessite que l’ensemble du corps enseignant soit lui-même universitaire et ne plus voir dans les écoles des jeunes à peine sortis de formation et sans grande expérience, devenir enseignants... Il est vrai que les enseignements des disciplines médicales sont assurés par des médecins et que ceux des sciences fondamentales le sont le plus souvent par des universitaires. Il demeure, toutefois, que les enseignements ostéopathiques obligatoires sont la plupart du temps enseignés par des ostéopathes qui ont cinq années de diplôme, ce qui ne leur donne en aucun cas la compétence d’enseigner.
Nous proposons que les enseignants ostéopathes - s’ils ne sont pas eux-mêmes universitaires - soient dans l’obligation, avant toute fonction d’enseignement, de produire au moins une étude suivie d’une publication annuelle ou à tout le moins de posséder un diplôme universitaire leur donnant la compétence en matière de recherche ou de démarche scientifique ou pédagogique.

2. La création d’un référentiel pose un cadre de formation homogène pour toutes les écoles, mais il serait judicieux d’adapter ce référentiel pour les besoins réels d’une formation professionnalisante et pas simplement une feuille de route pour valider des compétences. Le travail de la main et l’évolution de la pratique doivent être mis en premier plan dès la première année au même titre que les disciplines des sciences fondamentales.

3. Se rapprocher le plus possible des universités de médecine vers la création à terme d’Universités d’Ostéopathie indépendante, ce qui ne veut pas dire que les universités ostéopathiques seront incluses dans les universités médicales.

4. Proposer une union entre écoles au niveau de la formation pour partager les savoirs, les méthodes, de façon à arriver à une formation de très haut niveau enseignée dans TOUTES les écoles avec échanges de professeurs et d’étudiants, etc.

5. Offrir à tous les étudiants la possibilité de faire les cliniques à l’hôpital et/ou dans des cliniques privées ainsi que dans les établissements pour personnes âgées.

6. Diriger les étudiants vers la recherche quitte à leur proposer de faire en plus un cursus universitaire. Chaque école doit avoir un laboratoire de recherche (qui peut être commun à plusieurs écoles d’une même région). Les mémoires d’étudiants devant comporter obligatoirement une recherche clinique.

7. Obliger le plus grand nombre d’étudiants à aller finir leur formation à l’étranger quitte à faire venir des professeurs étrangers pour des cours et envoyer les professeurs français des écoles à l’étranger pour se former et/ou recevoir une formation complémentaire et accessoirement enseigner... !!!

8. À la fin de leurs études, les étudiants devraient pouvoir aller faire un stage (6 mois ?) comme assistant chez des ostéopathes déjà installés.

9. Amener les écoles à se regrouper par région pour qu’à terme il n’y ait plus qu’une seule école par région - tout en conservant la diversité des enseignements.

Peut-être est-ce fort utopique, mais...

Articles du SFDO

- Le Conseil d’État rend deux ordonnances en référé dans le cadre du processus d’agrément, https://www.osteopathe-syndicat.fr/le-conseil-d-etat-rend-deux-ordonnances-en-refere-dans-le-cadre-du-processus-d-agrement

- Modification de la liste des établissements non-agrées et décisions du Conseil d’État, https://www.osteopathe-syndicat.fr/modification-de-la-liste-des-etablissements-non-agrees

- Mise au point sur le nouveau dispositif d’agrément, https://www.osteopathe-syndicat.fr/mise-au-point-sur-le-nouveau-dispositif-d-agrement

- Agrément des écoles d’ostéopathie : sélection ou pédagogie ? https://www.osteopathe-syndicat.fr/agrement-des-ecoles-d-osteopathie-selection-ou-pedagogie

Nota bene

Ces différents articles sont publiés en accès libre sur le site de l’Ostéo4pattes – Site de l’Ostéopathie sous licence Creatice Commons (voir ci-dessous) et pour ceux qui le désirent, un document les réunissant est disponible au format pdf.

Reconnaissance scientifique de l’Ostéopathie

Publié sur le Site de l’Ostéopathie le 22 mars 2016.

Cet article est sous licence Creative Commons https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/3.0/fr/ qui autorise toute personne à partager ces documents en donnant le nom du ou des auteurs et l’adresse des documents. Elle n’autorise aucune modification du texte et interdit toute utilisation à des fins commerciales.



Notez cet article
0 vote






Accueil | Contact | Plan du site | | Visiteurs : 249 / 1288815

Venez nous suivre sur les réseaux sociaux :

       
Suivre la vie du site fr 

Site réalisé avec SPIP 3.2.8 + AHUNTSIC