L’Ostéo4pattes - Site de l’Ostéopathie

La traversée du Dolmen

Reflexions sur l’atelier des Rencontres 2019
Créé le : vendredi 15 novembre 2019 par Bernard Dubreuil

Dernière modificaton le : vendredi 20 septembre 2019

Je dis bien tranquillement que mon corps est entouré par quelque chose qui est moi, et qui fonctionne comme un ‘’champ’’. C’est à dire comme une zone de l’espace dans laquelle se déroulent des interactions. J’appelle ce champ : ‘’champ de présence’’. En gros, c’est mon être, réparti dans l’espace. Ce quelque chose occupe en général un volume supérieur à celui de mon corps.

J’ai eu plusieurs fois l’occasion de me rendre compte que ce"quelque chose" se fiche complétement de la matière et de la distance. Ce qui fait qu’avec l’aide de mes partenaires, il peut passer (et moi avec) à travers tous les obstacles matériels. À travers quoi au juste ? Ben, à travers un Dolmen par exemple !

Quoi ? Quoi ? Quoi ? Ce n’est pas une blague ? Non, ce n’est pas une blague.

Et ce ‘’quelque chose’’ n’est pas réservé à ma petite pomme. La traversée du Dolmen est une expérience que je vous propose de vivre, tous et chacun, en pleine conscience, grâce aux propriétés naturelles de votre champ de présence.

Où ça ? Comment ça ? Chez Patrick Chêne, à la Ferme de St-Ygnan, à St Girons. Sous le saule pleureur, près du ruisseau.

Il y a une grande pierre plate qui a été posée sur deux solides supports. Je vous propose de vous étendre sur cette grosse pierre et de vivre l’expérience sensorielle et spirituelle consistant à passer à travers.

Quatre points importants sont à prendre en considération :

1- Ce n’est pas votre corps qui va passer à travers la pierre : votre corps ne bougera pas. C’est le champ spatial dans lequel vous sentez que vous êtes, (votre champ de présence), que vos partenaires vont faire passer à travers la grosse pierre. Eh oui, le champ de présence d’un être humain, ça se déplace à la main !

Vous allez sentir que vos partenaires vous déplacent vers l’avant, puis vers l’arrière, puis vers le haut, puis vers la gauche, puis vers la droite, et finalement vers le bas…, donc à travers la pierre. Cela va vous paraître un peu étrange ! Mais faites confiance à vos partenaires, ce sont des professionnels comme vous !

Grâce à vos partenaires, vous allez pouvoir découvrir et expérimenter l’indépendance relative entre vous même … et votre corps. À répétition. De manière fiable et vérifiable. Vous aurez tout le temps pour découvrir, pour déguster et pour apprécier les sensations tactiles, motrices et proprioceptives qui naissent de cette expérience.

J’ai fait, et j’ai fait faire cette expérience suffisamment souvent pour vous dire qu’elle est sans danger. Mais pas sans effet.

2- Comment procéder ?

Vous allez commencer par faire avec moi une bonne dizaine d’exercices. Ils sont faits précisément pour identifier, amplifier et partager les sensations tactiles, motrices et proprioceptives de votre champ de présence.

Vous allez d’abord pratiquer ces exercices individuellement, sur vous-même. Puis vous allez générer et partager ces sensations avec deux partenaires. Et quand, avec vos partenaires, vous aurez bien en mains (c’est bien le cas de le dire) ces ressentis réciproques particuliers, alors, et alors seulement, vous pourrez vivre la traversée du Dolmen.

3- La première et la seule condition de départ à remplir, c’est de trouver des partenaires avec qui ‘’consentir’’. Consentir à partager votre champ de présence. Consentir en partageant votre champ de présence. ‘’Con-sentir’’ veut dire bien sûr : sentir ensemble.

Cette traversée est donc une expérience qui est à la fois individuelle et collective. En fait, elle n’aura lieu pour vous que s’il y a partage : partage entre votre champ de présence et celui de vos deux partenaires, présents, à jeun, libres, égaux, et consentants.

Si cette condition de départ est remplie, vous allez effectivement avoir la sensation de passer à travers la pierre. Mais si cette condition de départ n’est pas remplie, il ne se passera rien du tout : vous ne vivrez pas cette sensation inhabituelle d’être 1) là où vous sentez que vous êtes présents et 2) là où vous voyez votre corps.

Le sens de notre propre présence est le même que le sens de la présence d’autrui. C’est le plus fidèle de tous nos sens. Mais quand on le manipule, quand on l’exerce partiellement en dehors du corps, cela prend plusieurs essais avant de lui faire vraiment confiance. Avec la répétition, on se dit que, peut-être bien que oui, il se passe quelque chose de réel.

Pendant cet atelier, ce sont vos partenaires qui, avec votre accord, décaleront votre champ de présence par rapport à votre corps… Votre consentement est nécessaire. Après cet atelier, avec un entraînement régulier, vous pourrez actualiser telle ou telle partie de votre champ de présence, là où vous voulez. Parlez-en à Patrick !

4- La traversée du Dolmen est une expérience spirituelle. Elle va être vécue dans la joie et dans la bonne humeur, mais cela ne veut pas dire qu’il faut la prendre à la légère. La traversée du Dolmen permet d’entraîner et de mettre à l’épreuve un 6e sens qui peut nous amener à déclarer notre indépendance. Sans jeu de mots, c’est une forme du ‘’coming out’’. Oui, nous allons sortir un peu, beaucoup, de notre corps. Et y revenir. Et en ressortir. Et y revenir. Jusqu’à observer tranquillement cette indépendance entre nous et notre corps. Bonjour, la conception de soi !

Au passage, nous allons peut-être aussi retrouver quelques vieilles blessures corporelles ou émotionnelles, que nous avions oubliées. Et nous allons pouvoir en prendre soin. Nous sommes plusieurs à pratiquer ce genre de soin, qui est d’abord et avant tout un consentement de tout notre être à se sentir mieux.

Conclusion

À l’époque des cavernes, nos ‘’antennes à présence’’ fonctionnaient pas mal mieux qu’aujourd’hui. La traversée du Dolmen est une manière d’entrainer ces antennes, sans pour autant revenir au temps où elles servaient surtout à détecter un prédateur ou une proie.

Pour les thérapeutes, la pratique de ce 6e sens sert à détecter dans l’espace l’anormal, le bizarre, le différent dans la présence, quand aucun signe n’est détectable par nos autres sens.

Comme thérapeutes, nos palpations sont guidées par nos connaissance en anatomie et en physiologie. Mais nos palpations peuvent aller chercher de l’information dans le champ de présence des personnes avec qui nous partageons notre présence.

La traversée du Dolmen nous montre que notre champ de présence est à la fois un outil d’investigation et un outil de traitement. À une seule condition : celle de réussir à partager notre présence.

Bernard Dubreuil, bernarddubreuil chez chantsu.ca



Notez cet article
0 vote






Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Visiteurs : 9 / 995223

Suivre la vie du site fr 

Site réalisé avec SPIP 3.1.11 + AHUNTSIC