L’Ostéo4pattes - Site de l’Ostéopathie

Poster un message

En réponse à :

Ressources de l’Ostéopathie

mercredi 26 juin 2019 par Jean Louis Boutin

 Questions

  • Qu’est ce qui fait que je reconnais chez vous tous comme en moi ici aux Rencontres que nous sommes des ostéopathes ?
  • Autrement dit : Qu’est-ce qui est essentiel dans la pensée de Still et qui fait que tous ici nous nous sommes réunis pour parler d’Ostéopathie
  • Est-ce parce qu’on se dit ostéopathe ?
  • Ou parce que je reconnais en chacun de vous quelque chose que j’appelle Ostéopathie et que ce quelque chose est commun à vous, à moi et à Still ?
  • J’ai posé la question à plusieurs confrères
  • Tous ont eu une réponse différente dans ce qu’ils ont senti comme étant l’essence de l’ostéopathie...
  • Mais aucune réponse n’a permis de répondre véritablement à la question

Qu’est-ce qui est essentiel et qui est commun pour chacun de nous ?

Attention

Je n’attends aucune réponse ici de votre part ! Juste vous faire réfléchir à la question et vous montrer que la réponse n’est pas si évidente que cela...

Quand on regarde l’ostéopathie on se rend compte que ce fondement commun créé par Still, peut être vu à travers non pas un prisme ou une lemniscate, tous deux objets non intéressants ici... mais à travers un entonnoir ... et encore uniquement par le petit bout de la lorgnette pour voir l’Ostéopathie ce qui permet d’appréhender le développement de l’Ostéopathie à l’infini sans aucune limitation et son développement en spirale...

Et bien regardez ceci...

 C’est l’objet de ma recherche

Ce qui a d’essentiel dans ce que Still nous a donné, qui perdure depuis 145 ans qui nous relie tous et que nous avons tous en commun dans un concept, une idée, une pratique : l’Ostéopathie

  • Alors comment faire et comment réfléchir à ce problème ainsi posé :

Comment étudier l’essence de l’ostéopathie ?

  • À travers ses principes ?
  • À travers sa définition ? Philosophie, art, science ?
  • À travers la pensée de Still ? Ses écrits ?
  • Mais par quels moyens ?

 Méthode

Quelle va donc être la méthode ?

1. La démarche historique

  • Elle est indispensable
  • Elle est facilitée parce que la plupart des documents sont actuellement disponibles avec Internet
  • Nombreux ont été traduits en français
  • Plusieurs études ont enrichi nos connaissances sur l’histoire de Still même s’il reste encore de nombreuses zones inexplorées (les rapports de Still et Palmer par exemple...)
  • Les influences qu’a subies A. T. Still sont assez connues et permettent de savoir où il est allé chercher certaines de ses idées (Les indiens, Swedenborg, la Franc-Maçonnerie, la Nature, la religion, Dieu, le philosophe Spencer, etc.)

2. La démarche phénoménologique

  • À la suite de Edmund Husserl (1859-1938), le fondateur de la phénoménologie, qui eut une influence majeure sur l’ensemble de la philosophie du XXᵉ siècle.
  • Merleau-Ponty (1908-1961) et sa Phénoménologie de la perception
  • Emmanuel Levinas (1906-1995) : Sa philosophie est essentiellement éthique et porte sur la relation du sujet à autrui, autrement dit Levinas essaie de renouveler la pensée de l’intersubjectivité de manière radicale. Pour Levinas, l’éthique est la philosophie première.
  • Et François Julien (1951-...), philosophe, helléniste et sinologue

Il s’agit ici d’étudier la démarche de A.T. Still et de ses successeurs à travers l’analyse phénoménologique

  • C’est-à-dire de mettre entre parenthèses tout jugement de valeur, tout justificatif
  • Pour découvrir comment à partir de sa découverte de 1874, Still a pensé l’ostéopathie comme une philosophie, une science et un art permettant ainsi à ses successeurs de développer ces éléments et de poursuivre la recherche pour découvrir différents paradigmes, des méthodologies propres, même si pour certaines, elles sont considérées inexactes voire fausses au vu des progrès scientifiques actuels.

3. La démarche épistémologique

L’objet de l’épistémologie est « l’étude critique des postulats, conclusions et méthodes d’une science particulière, considérée du point de vue de son évolution, afin d’en déterminer l’origine logique, la valeur et la portée scientifique et philosophique »

Elle cherche à développer

  • une réflexion sur elle-même :
  • sur ce qu’est l’ostéopathie,
  • sur ses principes,
  • sur ses développements, etc.

 Poser des questions

Posons-nous les questions suivantes

  • Qu’est-ce que l’ostéopathie a fait à la médecine ?
  • Quelles sont les raisons qui font que les ostéopathes actuellement ne citent la philosophie de l’ostéopathie qu’en passant, avec parfois quelque gène, et oublient pour la plupart de mentionner la présence de Dieu (et quel Dieu ?) dans l’ensemble des écrits de Still ?
  • À quoi sert l’enseignement de l’ostéopathie, quels sont son rôle et sa mission ? si ce n’est d’instruire, de transmettre, d’instituer chez les étudiants l’âme de l’ostéopathie et de forger cette âme dans le groupe des ostéopathes (Redeker, 2016, 51).
  • Peut-on parler scientifiquement de l’ostéopathie et en rechercher la preuve scientifique hors de la sacro-sainte EBM : la médecine par les preuves ou l’étude factuelle de l’ostéopathie est-elle possible, utile, indispensable ?
  • Faut-il croire en l’ostéopathie comme l’on croit en Dieu ? Mais faut-il également adhérer à l’ostéopathie pour pouvoir en parler ?
  • Peut-on avoir une position objective vis-à-vis de l’ostéopathie, prendre de la distance, se mettre à l’extérieur pour mieux l’observer ? Reconnaissons que cette attitude nous met finalement en dehors de la pensée de l’ostéopathie et de celle de Still, de son art et nous empêche finalement de la comprendre et de l’étudier.
  • Et faut-il être ostéopathe pour parler de l’ostéopathie, en parler sereinement et avec justesse ?

 Ressources de l’Ostéopathie

Notre démarche va s’appuyer sur le concept novateur qu’a développé le philosophe François Julien dans son étude sur les Ressources du christianisme

Ressources est un concept qui s’applique tellement à l’ostéopathie qu’il aurait été dommage de ne point le faire.

L’ostéopathie n’a pas d’identité car elle ne cesse de se transformer, puisque « Identité, c’est ce qui enferme, c’est immobile » (1)

1. Bruno Lemaire, invité lundi 26 septembre 2016 des petit déjeuners-débats « Le Monde », Ipsos et Cevipof, https://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2017/article/2016/09/27/bruno-le-maire-l-identite-c-est-ce-qui-enferme-la-culture-c-est-ce-qui-ouvre50040264854003.html, consulté le 02/05/2019.

 Alors qu’est-ce RESSOURCE

  • Ce regard consiste à étudier ce qu’il y a de plus singulier et de plus inventif dans l’ostéopathie de Still, de plus audacieux et de plus fécond dans sa conception.
  • Pour définir « ressource » nous allons d’abord regarder ce qu’elle n’est pas
  • “Ressource” n’est pas propriété et n’appartient à personne ;
  • elle fait appel à la responsabilité car on l’active ou on ne l’active pas puisque ressource est un mode exploratoire :
  • on va chercher quel parti ou quel profit en tirer. La question se pose alors de trouver sa cohérence.
  • Celle-ci donnera sa pertinence sans qu’on soit obligé d’y adhérer car « exploiter des ressources n’est pas y adhérer ».

Ce que n’est pas RESSOURCE

  • “Ressource” n’est pas valeur :
  • les valeurs sont des perspectives « dépendantes de l’évaluation et du jugement, qui s’excluent réciproquement car ne pouvant exister ensemble puisqu’elles se rivalisent, se contestent et se concurrencent entre elles » (Idem,26).
  • “Ressource” n’est pas richesse que l’on entretient et que l’on se transmet.
  • Les richesses sont pérennes puisqu’elle « s’accordent si volontiers une valeur pérenne ». Elles sont naturellement bornées.
  • “Ressource” n’est pas racine, mais « est à penser à son opposé ».
  • Racine offre une appartenance héritée et une dépendance.
  • Racine est un regard en arrière, enterré, solidifié alors que “ressource” est productif.
  • Racine est identitaire et donc sectaire alors que “ressource” appelle au partage.

Ce qu’est RESSOURCE

  • “Ressources” est exploration et ne connait pas de limite : elles « s’offrent à qui sait les déployer ».
  • “Ressource” est non clivante, à la disposition de tous, ouverture car ne connaissant pas de frontière.
  • “Ressource” est toujours singulière et « se prévaut de ce qu’elle a d’original et d’inventif ».
  • Finalement les ressources
  • ne s’excluent pas,
  • ne se confondent pas ;
  • elles se partagent mais ne se balisent pas.

 Dernière question

Il reste une dernière question à envisager

  • En quoi l’Ostéopathie transforme-t-elle l’ostéopathe ou l’Ostéopathie modifie-elle l’Ostéopathe ?
  • Et l’ostéopathe est-il en adéquation dans sa vie avec la pensée, l’art et l’éthique ostéopathiques...
  • Comment mettons-nous, chacun, l’Ostéopathie dans notre vie personnelle ???

Et ce sera ma conclusion...

« L’Ostéopathie, plus que jamais, doit être vue non pas comme une somme de techniques mais comme une autre réponse à la santé, soucieuse de l’équilibre de son patient, mais aussi soucieuse de l’équilibre de la société et de la nature dans laquelle elle s’inscrit ». Patrick Chêne


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Visiteurs : 881635

Suivre la vie du site fr 

Site réalisé avec SPIP 3.1.9 + AHUNTSIC