Ostéo4pattes - Site de l’Ostéopathie
Recherchez dans le Site :

Statut du métier d’ostéopathe animalier

Question écrite n°2600 de M. Olivier Falorni
 
Créé le : mercredi 26 octobre 2022 par Jean Louis Boutin

Dernière modificaton le : mercredi 26 octobre 2022

Question écrite n°2600 de M. Olivier Falorni (Démocrate (MoDem et Indépendants), Landes) publiée au JO le 25/10/2022, page 4794

Objet : Statut du métier d’ostéopathe animalier


M. Olivier Falorni attire l’attention de M. le ministre de l’agriculture et de la souveraineté alimentaire sur la réglementation concernant le métier d’ostéopathe animalier.

Depuis 2017, l’ostéopathie animale peut être exercée par des ostéopathes non vétérinaires « dès lors qu’ils justifient de compétences définies par décret » et « qu’ils sont inscrits sur un liste tenue par l’ordre régional des vétérinaires ».

Le décret n° 2017-572 du 19 avril 2017 dit que ce métier peut être exercé légalement à la suite d’un cursus de formation de cinq années, sanctionné par un diplôme.

Pour pouvoir exercer, le candidat se présente pour une évaluation définitive des compétences. L’examen est composé d’un QCM de 120 questions (70/120 pour être validé) et d’un examen pratique devant un jury mis en place par le conseil national de l’Ordre des vétérinaires (CNOV).

Ce cursus et sa finalité posent problème aux futurs ostéopathes. En effet, les vétérinaires peuvent exercer cette pratique alors qu’ils n’ont pas reçu la formation sur cette spécialité. Ils sont donc en concurrence directe avec les ostéopathes certifiés.

Le contenu du questionnaire à choix multiples (QCM) comporte des questions dont les réponses nécessitent des connaissances vétérinaires, qu’ils n’ont pas (ce n’est pas leur métier).

Quand on sait que le conseil national de l’Ordre des vétérinaires met lui-même en place cette évaluation, les étudiants se posent légitimement des questions sur une éventuelle visée éliminatoire.

De plus, le coût de la formation est extrêmement élevé, pouvant atteindre 40 000 euros.

À cela, il faut ajouter que les délais entre la fin de la formation des 5 années et l’examen sont longs, en moyenne trois années, pendant lesquelles les candidats ne peuvent pas exercer.

Aussi, alors que la France est le pays qui compte le plus d’animaux de compagnie, il semble légitime qu’une réflexion soit entamée sur la reconnaissance de ce métier en le plaçant sous tutelle des ministères de l’agriculture et de la santé, par exemple.

Reconnaître le diplôme d’ostéopathe animalier délivré par les écoles proposant un cursus cohérent semble nécessaire.

Enfin, affirmer que les modalités d’accès à cette pratique soient les mêmes pour tous.

Aussi, il lui demande quelles sont les intentions du Gouvernement en la matière et quelles réponses il pourrait apporter aux questions posées.

Lire la question : Question écrite n° 2600 de M. Olivier Falorni : Statut du métier d’ostéopathe animalier


Note


Selon le ministère de l’agriculture, il y aurait en France :

- 1 200 000 d’équidés (chevaux, poneys et ânes)
(source : Le bien-être et la protection des chevaux

Selon l’I-CAD, en 2020, il y aurait :

- 9 500 004 chiens, dont 49,9 % sont des mâles
- 6 686 814 chats, dont 52,4% sont des femelles,
- et 231 290 chats libres.
(source : Top 3 des pays d’Europe aimant le plus les chiens et chats)

Au 31 décembre 2021, le cheptel bovin français s’élève à

- 17,3 millions d’animaux
(source : Production bovine en 2021)

Selon les informations données par le représentant de l’Ordre des vétérinaires au SymbiOstéo, 2e congrès international de l’ostéopathie pour animaux qui vient de se tenir à Lyon au Palais des congrès (21 au 23 octobre 2022) le nombre d’ostéopathes animaliers inscrits au Registre National d’Aptitudes (RNA) tenu par le Conseil National de l’Ordre des Vétérinaires (CNOV) est de 650.



Notez cet article
3 votes






Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Visiteurs : 82 / 2007597

Venez nous suivre sur les réseaux sociaux :

       
Suivre la vie du site fr 

Site réalisé avec SPIP 3.2.16 + AHUNTSIC