L’Ostéo4pattes - Site de l’Ostéopathie
Recherchez dans le Site :

Rapport Statistique sur l’activité des professionnels Ostéopathes Animalier - Par l’UFÉOA

Créé le : lundi 31 mai 2021 par UFEOA

Dernière modificaton le : lundi 31 mai 2021

 Introduction

Le 23 Mai dernier sortait sur les réseaux de l’UFÉOA un rapport de statistiques regroupant les données d’un sondage réalisé entre Juin 2020 et Mars 2021. Ce document a pour visée de rendre public le maximum d’informations et de chiffres possibles concernant le métier d’ostéopathe animalier. Les nombreuses questions de ce sondage abordent aussi bien la scolarité dans les différents établissements de formation, que l’installation professionnelle et les techniques les plus utilisées sur le terrain, jusqu’au revenu net et annuel des professionnels échelonné sur plusieurs années.
Établi sur une base de 332 sondés, l’équipe de l’UFÉOA a alors travaillé pendant plusieurs mois sur ce sondage afin de le présenter au plus grand nombre dans le but de répondre à toutes les questions que suscite l’activité des personnes non vétérinaires pratiquant des actes d’ostéopathie animale. En voici un résumé.

 I- Les Formations

Depuis 1993 et l’apparition des premières écoles, de nombreux établissements ont vu le jour, évoluant au fur et à mesure des réglementations. On comptera 22 établissements enseignants l’ostéopathie animale d’ici septembre 2021.
On retrouve deux tournants majeurs dans la législation française touchant de près à ce métier. Tout d’abord, en 2011, l’ostéopathie animale est reconnue comme acte de la médecine vétérinaire suite à l’application du projet de loi de modernisation de l’agriculture et de la pêche. Ensuite, en avril 2017, les décrets visant à réglementer l’exercice des actes d’ostéopathie animale en France sont publiés. Les professionnels et futurs ostéopathes animaliers doivent désormais se soumettre à des examens d’admissibilité théorique et d’aptitude pratique pour être inscrits au Registre National d’Aptitude (RNA) afin de pouvoir pratiquer ces actes légalement.
Sur les 332 sondés, un tiers se sont formés à l’ESAO (Lisieux), puis au NIAO (Rouen) et à Biopraxia (Rennes et Cluny) majoritairement. Les pourcentages par école sont détaillés dans le dossier. Les modèles de formations suivis sont aussi bien des formations partielles qu’à temps complet, pour une durée moyenne de 5 ans.
Concernant la préparation à la vie active reçue au sein des établissements, un grand nombre regrette de n’avoir pas été suffisamment préparé à l’installation professionnelle et la création d’entreprise ).

Pour clore cette partie sur les formations, abordons maintenant l’aspect financier des études d’ostéopathie animale, un des sujets les plus discutés. Le coût global des études, comprenant les frais de scolarité et annexes (hébergement, déplacements, etc.) est estimé en moyenne à 52 730€, avec une médiane entre 30 000 et 50 000€. Il est bon de noter que les sondés étant déjà professionnels depuis plusieurs années, le coût des formations actuelles serait probablement encore plus élevé.

 II- L’installation

Il est ressorti de ce sondage que les zones les plus prisées sont la Normandie, la région parisienne et le département du Rhône. Beaucoup d’ostéopathes animaliers non vétérinaires travaillent de manière itinérante (71,1%) afin d’étendre leur zone d’activité.
Les espèces principalement traitées par les ostéopathes animaliers sont les petits carnivores et les équidés, suivi par les bovins et les NACs.
Les professionnels interrogés sont en activité depuis 3-4 ans en moyenne (65% d’entre eux sont installés depuis moins de 5 ans). Le statut professionnel privilégié est à 69,9% l’auto-entreprenariat, suivi par le régime de la déclaration contrôlée (au sein de la catégorie des entreprises individuelles). De plus, 87,1% sont assujettis à la TVA.

 III- La réalité du terrain

Parmi les 332 sondés, 68% traitent entre 0 à 20 animaux par semaine, avec une moyenne globale de 16 animaux par semaine.
La séance d’ostéopathie est à un tarif en moyenne plus élevé pour les grands animaux, avec une séance à enivron 80€. Quant aux petits animaux, la séance se situe plutôt aux alentours de 53€.
Concernant les frais de déplacements, leur application est très inégale. En effet, on constate que 33,6% des sondés l’appliquent systématiquement, 42,3% l’appliquent occasionnellement et 24,1% ne les prennent pas en compte.
Les pratiques favorisées par les sondés sont les manipulations structurelles et viscérales à plus de 93%. Le panel de techniques utilisées est large au sein de l’échantillon, avec l’utilisation en moyenne de 7 techniques différentes par praticien.
Pour trois quarts des sondés, l’ostéopathie animale est leur activité principale. Pour les autres, la moitié d’entre eux doit recourir à un emploi à mi-temps afin de subvenir à leurs besoins.
Voici les moyennes des revenus mensuels nets au cours des premières années d’installation :
  • 1ère année : 472,8€
  • 2ème année : 826,5€
  • 3ème année : 1209,3€
  • 4ème année : 1503€
  • 5ème année : 1904€
Les statistiques de revenus effectuées révèlent une précarité marquée durant les deux premières années d’installation pour les jeunes professionnels. Cette insécurité financière est un sujet récurrent d’inquiétude mis en avant dans le sondage. Une grande majorité des interrogés rapportent que cette période fut pour eux difficile émotionnellement, financièrement et/ou physiquement.
73% d’entre eux rapportent que leur installation professionnelle a été dure émotionnellement, physiquement et psychologiquement.

 Conclusion

Notre étude tente de répondre au mieux aux nombreuses questions qui touchent à l’ostéopathie animale.
L’hétérogénéité entre les différents centres de formation est soulignée à de nombreuses reprises. Cependant, il convient de moduler que l’échantillon a entre 1 an et plus de 15 ans d’expérience, le contenu des formations a donc pu évoluer entre temps. Par ailleurs, le coût global des études serait quant à lui bien plus conséquent aujourd’hui, les prix ayant considérablement augmentés ces dernières années.
Il en ressort également qu’un grand nombre de diplômés ont pu rencontrer de nombreuses difficultés pour s’installer. On relève d’ailleurs une précarité financière très marquée dans les 2 premières années d’installation, pouvant mener à une reconversion chez les jeunes professionnels n’arrivant pas à pérenniser leur activité.
Nous souhaitons renouveler cet exercice régulièrement afin d’obtenir une actualité du paysage ostéopathique en activité, avec des chiffres toujours plus proches de la réalité du terrain.
Pour plus de précisions et de détails concernant les questions abordées par notre sondage, vous pouvez le consulter directement ci-après :


Notez cet article
1 vote






Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Visiteurs : 135 / 1437415

Venez nous suivre sur les réseaux sociaux :

       
Suivre la vie du site fr 

Site réalisé avec SPIP 3.2.9 + AHUNTSIC