L’Ostéo4pattes - Site de l’Ostéopathie
Recherchez dans le Site :

De la lutte, ou de la paix.

Créé le : mercredi 29 avril 2020 par Vincent Gavard

Dernière modificaton le : mercredi 29 avril 2020

Ma première sensation, au début de cette crise, a été la sidération, comme une énorme vague que l’on aperçoit au loin, et l’instant d’après, on se retrouve pris dedans, sans rien avoir pu faire. La sensation que quelque-chose d’inédit était en train d’advenir. Il faisait un temps magnifique, le printemps était là, je passais beaucoup de temps dans le jardin, à écouter les oiseaux dans ce silence nouveau, à contempler le cerisier en fleurs, à jardiner aussi. Je me souviens, le matin du deuxième jour, de ce sentiment de libération incroyable, de ne pas avoir à vite me précipiter dans les activités afférentes à l’exercice de mon métier.. Tout cela venait d’être balayé d’un coup. Je me demandais juste : qu’est-ce que j’ai envie de faire aujourd’hui ? Au fil des jours, j’ai commencé à prendre le temps d’appeler des amis que je n’avais pas contacté depuis longtemps, d’échanger sur ce qu’il se passait.. J’ai repris l’habitude d’aller sur facebook aussi, à y découvrir un foisonnement d’idées originales, de voir nombre de gestes de solidarité, de générosité, d’intelligence créative, beaucoup d’humour aussi..
Je me suis aussi remis à travailler sur moi, à réfléchir au sens de beaucoup de choses dans ma vie. Je passe par des phases de colère, de tristesse, de frustration, mais aussi par des phases de joie intense, de gratitude.. une sorte de machine à laver émotionnelle.

Je suis très enthousiaste en lisant les analyses de nombre de mes congénères quant à la suite de tout cela, les perspectives qui se sont ouvertes, d’un coup, comme un écran qui se déchire.

Mais ce que je perçois aussi, c’est un sentiment d’usure, de lassitude, comme un essoufflement.
La pression, la colère et la frustration sont en train, irrésistiblement, d’augmenter.

Je sens aussi, heureusement, des désirs de créer collectivement une autre société, plus fraternelle, plus respectueuse de l’environnement et des plus faibles.. Et c’est à cette orientation-là que j’ai envie de participer.

Mais à mesure que j’observe les actes et les paroles de nos gouvernants, et l’accumulation de leurs incohérences ou de leurs manquements, je ne peux pas penser que cela relève de l’inconscience ou de l’amateurisme. Je crois qu’ils savent très bien ce qu’ils font. Ils ne font que provoquer, de plus en plus ostensiblement, nous mépriser, nous maltraiter, accentuer les injustices, et toujours attiser les divisions.

Dans quel but ? Provoquer un mouvement de révolte, de violence, de rejet, ou à tout le moins de protestation ? Maintenant je crois sincèrement qu’ils s’y préparent. Ils ne s’en cachent même pas, d’ailleurs : comme une énième provocation, au lieu de commander des masques, l’état commande des drones et des stocks de gaz lacrymogène, met en place des systèmes de surveillance sur les téléphones, fait censurer les réseaux sociaux au nom de la vérité.

Toute l’action de nos gouvernants et de leurs porte-parole, les experts des médias, semble orientée pour susciter de la peur, de la colère et de la frustration.

Que risque-t’il de se passer si les gens se révoltent ? On l’a vu depuis plus d’un an, le maintien de l’ordre est de plus en plus violent et sans pitié. Cela va donner toute la légitimité à ce gouvernement pour mater l’insurrection et mettre en place un régime encore plus répressif et de contrôle encore plus dur que jusqu’à présent. Et il y aura même probablement des gens pour l’appeler de leurs vœux, par besoin de sécurité. Alors bien sûr, certains diront que si ils sont assez nombreux, si les policiers changent de camp, si..etc.., ça peut marcher. Mais c’est quitte ou double. Mais surtout, est-ce vraiment un acte fondateur pour bâtir une société meilleure ? Sur quel terrain voulons-nous nous placer ? (je ne veux pas employer ici la notion de combat).

Une autre démarche serait, à mon avis, de refuser ce combat qui me semble perdu d’avance, puisque ce n’est pas le peuple qui en aura l’initiative, et c’est un piège, un guet-apens que prépare le pouvoir. A la place, je crois qu’il serait bien plus efficace de tourner le dos à ce système, ces autorités et ces contraintes absurdes, et de choisir ensemble de construire autre chose, avec nos envies, nos valeurs, nos différences et nos richesses. Il ne s’agit pas de rentrer dans une confrontation, mais de faire un pas de côté. Qu’est-ce qui nous oblige à reprendre nos activités telles que nous les vivions il y a encore quelques semaines ? Est-ce que nous ne sommes pas déjà en train collectivement d’inventer, d’expérimenter d’autres modes de fonctionnement ? Ne sommes nous pas en train de nous rendre compte que dans cette crise, nombre de ces élites ne nous servent à rien, voire vont à l’encontre du bon sens, alors même qu’elles seraient sensées nous aider, nous soutenir dans la difficulté ?

Ne rentrons pas en guerre pour la paix, construisons la ensemble. Les exemples et expériences dans ce domaine ne manquent pas dans l’histoire, récente ou plus lointaine, et chacun détient sa petite note à faire résonner dans cette symphonie d’un nouveau monde.



Notez cet article
3 votes



forum




Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Visiteurs : 129 / 1290574

Venez nous suivre sur les réseaux sociaux :

       
Suivre la vie du site fr 

Site réalisé avec SPIP 3.2.8 + AHUNTSIC