Ostéo4pattes - Site de l’Ostéopathie
Recherchez dans le Site :

Robert Rousse nous a quittés

Témoignages
 
Créé le : jeudi 5 juillet 2018 par Jean Louis Boutin

Dernière modificaton le : mardi 13 décembre 2022

C’est avec beaucoup de peine et de tristesse que nous apprenons le décès de notre confère Robert Rousse.
Nous présentons à sa compagne et à sa famille toutes nos condoléances
Jean-Louis Boutin
PS. : Les obsèques ont lieu ce jeudi 5 juillet 2018 avec sa famille et ses proches.

Témoignages


Bruno Ducoux nous a adressé son témoignage

Depuis 1984 et nos diplômes d’ostéopathie, nos chemins se sont régulièrement croisés.
Avant de partir, avec élégance, Robert est venu régler les "dossiers de sa vie qui n’étaient pas terminés en France". Il m’a dit avoir conscience de blessures, chercher à enlever le masque de l’égo pour devenir humain au présent (en référence à « La guérison des 5 blessures" de Lise Bourbeau). Il a partagé cette paix autour de lui.
Merci Bob.
"La vie humaine est éternelle" A.T.Still. la Vie est une.
Bruno Ducoux


Philippe Druelle nous a adressé son témoignage

C’est avec beaucoup de peine que nous vous annonçons le décès de Robert Rousse.
Les amis, les professeurs et les étudiants des collèges du Canada, de Suisse et d’Allemagne s’unissent pour adresser à sa famille leurs plus sincères condoléances. Son départ nous touche beaucoup, car Robert était plein de vie, disponible, un ami plein d’humour et un bon professeur.
Personnellement, nous nous connaissions à l’époque de nos études en Ostéopathie à la MTA, il y a plus de 40 ans. Robert à cette époque expérimentait chaque chose qu’on lui apprenait avec passion. Il voulait comprendre, bien faire et allait plus loin. Il avait commencé ses études un an avant moi, mais venait souvent dans notre cohorte. Je me souviens particulièrement d’une pratique sur l’Occiput-atlas-axis quand j’étais en troisième année.
Ce qui m’a touché chez Robert c’est son enthousiasme, sa passion pour trouver des solutions pour les patients. Il avait développé la méthode des Techniques d’urgences fonctionnelles et l’avait enseignée dans de nombreux pays et dans tous les campus de notre collège. Puis il a progressivement formé des assistants qui ont enseigné à leur tour son travail. Il aimait également soigner les enfants et les nourrissons qui avaient eu des naissances difficiles.
Il utilisait la métaphore du coffre-fort pour que les étudiants comprennent que la lésion bloquait la physiologie et que la personne ne pouvait seule revenir vers la normalité. Il construisait ses techniques pour libérer les patients des contraintes.
Il avait un sens de l’humour particulier et aimait provoquer son auditoire avec des paradoxes et des surprises. Il avait de la tendresse à revendre. Il aimait la beauté, l’harmonie et aussi la loyauté.
Il était aussi passionné par sa maison en Crête, il m’avait montré des photos avec le pressoir à huile d’olive. Il adorait cet endroit et souhaitait un jour ou l’autre s’installer au soleil. Souvent, il parlait de l’avancement des travaux et de ses amis qui l’aidaient sur place.
Il faisait beaucoup de sports et aimait se tenir en forme. Son plaisir c’était sa moto. Pour lui, c’était un symbole de mobilité, de liberté et une façon de se sentir vivre.
Il y avait aussi beaucoup de pudeur chez Robert. Il ne livrait pas souvent ses sentiments, mais il était fidèle à ses idéaux et aux gens qu’il aimait.
Je me souviens en 1988 lors du premier cours sur les commotions cérébrales que j’avais donné à Paris, il m’avait montré une photo de son père qui était dans son agenda. Nous avions parlé et il m’avait expliqué qu’il avait de la peine, car les circonstances avaient fait qu’il ne l’avait pas beaucoup connu et que celui-ci lui manquait beaucoup.
Il taquinait aussi les étudiants. Il avait des mains de géant, généreuses, habiles qui parfois exécutaient des techniques que lui seul pouvait faire. Il regardait l’étudiant, souriait et modifiait son approche pour qu’il puisse faire à son tour la technique avec un sourire malicieux.
Robert croyait en une puissance universelle et en la justice.
J’espère de tout cœur qu’il a trouvé ce qu’il souhaitait dans l’au-delà.
Nous garderons son souvenir et le son de son rire qui nous touchait.
De la part de tous les étudiants et des professeurs, nos pensées et nos prières vont de tout cœur vers sa famille et plus particulièrement à ses enfants qu’il aime tellement.
Adieu Robert.
De la part des étudiants et des professeurs du CEO, CCO, SICO et DOK
Philippe Druelle DO



Notez cet article
0 vote






Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Visiteurs : 3 / 2112677

Venez nous suivre sur les réseaux sociaux :

       
Suivre la vie du site fr 

Site réalisé avec SPIP 3.2.16 + AHUNTSIC