L’Ostéo4pattes - Site de l’Ostéopathie
Recherchez dans le Site :

Horace Stapfer (1848-1913)

Créé le : mardi 10 mars 2015 par Jean Louis Boutin

Dernière modificaton le : mardi 2 novembre 2021

Horace Stapfer (1848-1913), ancien chef de clinique obstétricale et gynécologique à la faculté de Paris, chargé de mission en Suède (1891) pour l’étude du système de Brandt

Biographie

Le docteur Horace Stapfer vient de succomber à une longue et douloureuse maladie, laissant derrière lui une œuvre féconde et un nom universellement respecté. Ancien chef de clinique de la Faculté de Paris, spécialisé d’abord dans l’obstétrique, puis dans la gynécologie conservatrice, il fut, en France, l’introducteur scientifique de la méthode du suédois Thure Brandt, qu’il interpréta et enrichit au point qu’on a pu la qualifier, à juste titre du nom de méthode de Brandt-Stapfer. Chef de clinique adjoint en gynécologie, attaché à Baudeloque, Pr Pinard, il fonda en 1900, avec le Dr René Mesnard, la Société de Kinésithérapie, dont les premiers présidents furent le professeur Marey et notre regretté Just Lucas-Championnière et dont il fut trésorier (1).

Chargé en 1891 d’une mission scientifique en Suède, pour l’étude du système de Brandt, Stapfer publiait l’année suivante son Rapport à l’Académie, en 1897 son Traité de Kinésithérapie gynécologique, œuvre magistrale à tous égards, où sont relatées les expériences qu’il entreprit au Collège de France avec la collaboration de Romano. Ces recherches, contrôlées par le professeur Marey, et son préparateur Comte, aboutirent à la découverte du Réflexe dynamogène, qui est, physiologiquement et cliniquement, l’opposé du réflexe inhibitoire de Goltz. Ainsi furent démontrés du même coup les effets bienfaisants du massage court et léger, et la nocuité du massage fort et prolongé.

Jusqu’à sa mort, Stapfer a continué ses recherches fécondes et son travail opiniâtre. Sa monographie « Les Vagues utéro-ovariennes » est un tableau, d’une fidélité et d’une précision admirables, de ]a physiologie normale et pathologique de la femme. Son « Journal d’un praticien » est une mine (une mine d’argent, a dit de cet ouvrage Farabeuf) où puiseront avec profit tous les accoucheurs, spécialistes ou praticiens.

La dernière œuvre de Stapfer, son chant du cygne, comme il l’appelait entre nous avec un sourire un peu triste, fut sa collaboration au Manuel de Kinésithérapie, dont il écrivit de sa plume honnête, loyale et concise, le fascicule consacré à la gynécologie.

Il est mort terrassé, par le mal, à soixante-cinq ans. Dans la nuit qui précéda sa fin, il se leva, s’assit à sa table de travail, et écrivit son adieu suprême à sa famille, à ses élèves, à ses collaborateurs, recommandant à ses derniers sa clinique, œuvre philanthropique où il avait mis le meilleur de son travail et de sa bonté.

Dr Wetterwald.

Source de l’image (photo : Eugène Pirou) et de la nécrologie : Paris médical, 1913, p. 1121, sur le site de la BIU Santé www.biusante.parisdescartes.fr/images/banque/pt/07130.jpg

1. Précision apportée par le site CFDRM (Centre Français de Documentation et de Recherches sur les Massages) : www.cfdrm.fr/Noms_propres.htm

Bibliographie

 - La kinésithérapie gynécologique : traitement des maladies des femmes par le massage et la gymnastique (système de Brandt) - Masson et Cie (Paris) 1899,

- Journal d’un practicienournal d’un practicien. Consultations sur la grossesse, l’ccouchement, les maladies des femmes, et les soins à donner aux nourrissons ; Observations personnelles, notées au cours même des événements et commentées. Paris Vigot 1908

Manuel pratique de kinésithérapie. Fascicule I. Paris, Alcan 1912

 -  Manuel pratique de kinésithérapie... Fascicule II. Gynécologie.  Paris, Alcan 1912



Notez cet article
0 vote






Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Visiteurs : 36 / 1755013

Venez nous suivre sur les réseaux sociaux :

       
Suivre la vie du site fr 

Site réalisé avec SPIP 3.2.13 + AHUNTSIC