L’Ostéo4pattes - Site de l’Ostéopathie
Recherchez dans le Site :

La médecine ostéopathique pour la fibromyalgie

Créé le : dimanche 15 août 2021 par Jean Louis Boutin

Dernière modificaton le : dimanche 15 août 2021

Nous présentons un résumé d’article concernant un essai clinique contrôlé et randomisé par le biais d’un simulacre effectué par des médecins de médecine physique. Cet article est payant
À la suite de cet article qui n’apporte aucune preuve de résultats par l’ostéopathie, plusieurs confrères ont écrit une lettre à l’éditeur. Nous présentons une traduction de cette lettre sous licence open-source (traduction avec l’aide de Google-translate et de Deepl).

Nous remercions notre confrère, Rafael Zegarra-Parodi de nous avoir signalé ces articles

 La médecine ostéopathique pour la fibromyalgie

La médecine ostéopathique pour la fibromyalgie : un essai clinique randomisé et contrôlé par le biais d’un simulacre.

Titre original : Osteopathic medicine for fibromyalgia : a sham-controlled randomized clinical trial

Auteurs : Joël Coste, Terkia Medkour, Jean-Yves Maigne, Marc Perez, Françoise Laroche, Serge Perrot

Publication : 16 avril 2021 ; 13:1759720X211009017. doi : 10.1177/1759720X211009017

Ther Adv Musculoskelet Dis 2021 ; 13 : 1759720X211009017. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/33948127/

Résumé

Contexte : Les patients atteints de fibromyalgie (FM) ont souvent recours à un traitement ostéopathique ou chiropratique, malgré des preuves très faibles. Nous avons cherché à évaluer l’efficacité de la manipulation ostéopathique dans la fibromyalgie dans le cadre d’un essai clinique randomisé correctement contrôlé et alimenté.

Méthodes : Les patients ont été randomisés pour recevoir un traitement ostéopathique ou un traitement fictif. Le traitement était administré par des médecins expérimentés en médecine physique et consistait en six séances par patient, sur une période de six semaines. La crédibilité et l’attente du traitement ont été évaluées à plusieurs reprises. Les patients ont rempli des questionnaires standardisés au départ, pendant le traitement et à 6, 12, 24 et 52 semaines après la randomisation. Le principal résultat était l’intensité de la douleur (échelle visuelle analogique de 100 mm) pendant la période de traitement. Les résultats secondaires comprenaient la fatigue, le fonctionnement et la qualité de vie liée à la santé. Nous avons effectué principalement des analyses en intention de traiter ajustées pour la crédibilité, en utilisant l’imputation multiple pour les données manquantes.

Résultats : Au total, 101 patients (94 % de femmes) ont été inclus. Le traitement ostéopathique n’a pas diminué significativement la douleur par rapport au traitement fictif (différence moyenne au cours du traitement : -2,2 mm ; intervalle de confiance à 95 %, -9,1 à 4,6 mm). Aucune différence significative n’a été observée pour les résultats secondaires. Aucun événement indésirable grave n’a été observé, malgré un rebond probable de la douleur et une altération du fonctionnement à la semaine 12 chez les patients traités par ostéopathie. L’attente du patient était prédictive de la douleur pendant le traitement, avec une diminution de 12,9 mm (4,4-21,5 mm) pour 10 points sur l’échelle 0-30. La crédibilité et l’espérance du traitement étaient également prédictives de plusieurs résultats secondaires.

Conclusion : L’ ostéopathie n’a apporté aucun avantage par rapport au traitement fictif pour la douleur, la fatigue, le fonctionnement et la qualité de vie des patients atteints de FM. Ces résultats ne soutiennent pas l’utilisation de l’ostéopathie pour traiter ces patients. Une plus grande attention devrait être accordée à l’attente des patients dans la gestion de la FM.

Mots-clés : attente ; fibromyalgie ; traitement ostéopathique ; essai clinique randomisé ; contrôle fictif ; crédibilité du traitement.

 Lettre à l’éditeur

Approches centrées sur la personne et approches centrées sur le corps dans les soins ostéopathiques pour les états douloureux chroniques

Titre original : Person-centered versus body-centered approaches in osteopathic care for chronic pain conditions

Auteurs : Gerard Alvarez, Rafael Zegarra-Parodi, Jorge E. Esteves

Therapeutic Advances in Musculoskeletal Disease

Lettre publiée pour la première fois le 8 juillet 2021 - DOI : https://doi.org/10.1016/j.ijosm.2021.05.003 - https://journals.sagepub.com/doi/full/10.1177/1759720X211029417

Mots clés : ostéopathie , fibromyalgie , douleur chronique , soins centrés sur le patient

Nous avons lu avec beaucoup d’intérêt l’étude récemment publiée par Coste et al (1). Les auteurs n’ont rapporté aucun avantage du traitement ostéopathique dans un échantillon de patients souffrant de fibromyalgie (FM) et, par conséquent, ont conclu que son utilisation n’était pas recommandée (1). Nous soutenons que leurs résultats étaient attendus étant donné leur manque de justification pour évaluer les avantages d’une seule approche thérapeutique dans la prise en charge des personnes atteintes de ce syndrome de douleur chronique.

Dans cet essai contrôlé randomisé multicentrique, l’intervention ostéopathique (« réelle ») consistait en un protocole strict de techniques manuelles appliquées de façon routinière pour chaque patient (1). Aucune justification n’a été fournie concernant leur choix des techniques spécifiques utilisées dans l’étude. En plus de cette préoccupation concernant les techniques sélectionnées, le protocole d’étude proprement dit soulève d’autres inquiétudes quant au manque de justification de l’application de ce type d’approche manuelle pour un état de douleur chronique comme la FM et quant à la compréhension réductionniste et biomécanique des auteurs de ce qui constitue l’ostéopathie et le traitement ostéopathique.

La FM est un syndrome de détresse corporelle fonctionnelle (2) sont les symptômes, les réponses psychophysiologiques au stress, les modèles d’adaptation et les réponses au traitement sont variables (3). En accord avec les preuves précédentes (4), une étude d’enquête menée en France (qui comprenait plusieurs auteurs de l’étude de Coste et al (1) a montré que les patients atteints de FM avaient généralement des antécédents de douleur chronique dans tout le corps et présentaient un large éventail de comorbidités (5). De plus, la gravité de la FM était plus souvent liée à des facteurs psychosociaux qu’à des symptômes physiques. (5) Compte tenu de cette complexité et de cette variabilité, les récentes directives cliniques pour les états douloureux chroniques recommandent des approches thérapeutiques basées sur une évaluation centrée sur la personne (6–8). Pour les patients souffrant de FM, les stratégies de traitement devraient s’inscrire dans une approche multidisciplinaire et promouvoir principalement l’activité physique comme l’aérobic ou les exercices de renforcement (3,9,10). Par conséquent, les thérapies d’activation et d’action centrale qui engagent le patient semblent être plus efficaces que les thérapies passives qui agissent principalement sur la physiologie périphérique (11). Dans ce scénario et selon les preuves disponibles, on peut facilement anticiper qu’aucune intervention passive ubique et isolée n’améliorera de manière significative les résultats de ces patients.

Bien que la définition légale de l’ostéopathie en France insiste sur le modèle de pratique centré sur le corps,, elle reconnaît également la nécessité d’un diagnostic et d’un traitement individualisés basés sur un examen clinique individualisé (12) Peut-être les résultats seraient-ils différents si l’on appliquait une attitude plus pragmatique au traitement. Par exemple, en se basant uniquement sur une approche manuelle, Albers et al (13) ont montré les effets positifs des interventions ostéopathiques individualisées lors du traitement de patients souffrant de FM. Ces résultats ont également été soutenus par une revue systématique récente (14). En revanche, les techniques manuelles de l’étude de Coste et al. (1) ciblaient les structures articulaires et/ou myofasciales en partant du principe que « les patients atteints de FM sont généralement normalement mobiles, ou même hypermobiles ». Malgré la variabilité des signes et symptômes définis, la littérature sur la FM ne mentionne pas l’hypermobilité comme caractéristique clinique (4,15-18). Par conséquent, l’hypothèse sur laquelle Coste et al. (1) ont basé leur intervention doit être considérée, au moins, comme spéculative, et compromet probablement la validité de leurs résultats. De plus, pour les patients souffrant d’hypermobilité, le traitement recommandé implique également une approche multidisciplinaire et une activité physique (19).

Y a-t-il donc une place pour l’intervention manuelle ostéopathique dans le traitement des patients atteints de FM ? Oui, nous pensons que oui, mais pas en tant qu’intervention isolée et exclusivement centrée sur le corps. Il existe des preuves convaincantes sur les mécanismes biologiques et des effets de la thérapie manuelle (20,21). Cependant, l’impact des thérapies manuelles est principalement à court terme et plus efficace dans les présentations aiguës que dans les conditions de douleur chronique, ce qui limite leur valeur dans ces cas (22). Néanmoins, la nature même des thérapies manuelles (basées sur le toucher) (23), la relation thérapeutique (patient-praticien) qui définit généralement ces interventions, et les facteurs contextuels associés (24,25) fournissent un bon environnement pour traiter les troubles somatiques fonctionnels associés à la FM. En tant que tel, une bonne compréhension des processus impliqués dans le développement et le maintien de la douleur chronique généralisée est primordiale pour apporter plus bénéfices que de dommages (26).

En tant qu’intervention manuelle, le traitement ostéopathique utilise une approche manuelle pour interagir avec la physiologie du patient ; cependant, au-delà de la modulation analgésique souhaitée, les réponses affectives et la réorganisation somatoperceptuelle sont également des éléments clés du toucher humain (23). Malgré leur rôle central en ostéopathie, les soins manuels ne sont pas la seule intervention thérapeutique que les ostéopathes peuvent utiliser pour améliorer la santé de leurs patients. Pour les états de douleur chronique comme la FM, d’autres stratégies telles que l’éducation à la douleur, le réconfort cognitif, l’exercice et les conseils de santé en conjonction avec des interventions psychologiquement informées devriant être prises en compte. Une revue systématique récente a fourni des preuves encourageantes des effets du traitement ostéopathique sur les facteurs psychosociaux chez les personnes souffrant de douleur persistante (27). De plus, les preuves préliminaires de l’étude OsteoMAP (28) ont montré qu’une intervention ostéopathique psychologiquement informée fonctionnait pour les patients souffrant de douleur chronique.

En fin de compte, nous soutenons que les soins ostéopathiques des personnes présentant des symptômes physiques persistants, comme celles atteintes de FM, ne devraient être envisagés que dans une perspective multimodale centrée sur la personne. De plus, une approche centrée sur la personne et biopsychosociale des soins ostéopathiques peut moduler positivement les changements nociplinaires dans les voies centrales de la douleur et aborder les facteurs psychosociaux généralement présents chez les patients présentant des symptômes physiques persistants. Après des appels répétés à s’éloigner des modèles biomécaniques-posturaux de soins ostéopathiques (29-34) il est également temps de changer la façon dont la recherche ostéopathique est conçue et menée pour éviter de perdre du temps et des ressources dans la poursuite de résultats prévisibles.

Les références

1. Coste, J, Medkour, T, Maigne, JY, et al . Médecine ostéopathique pour la fibromyalgie : un essai clinique randomisé contrôlé de manière fictive . Ther Adv Musculoskelet Dis 2021 ; 13 : 1759720X211009017.

2. Burton, C, Fink, P, Henningsen, P, et al . Troubles somatiques fonctionnels : document de discussion pour une nouvelle classification commune pour la recherche et l’utilisation clinique . BMC Med 2020 ; 18 : 34.

3. Thieme, K, Mathys, M, Turk, DC. Lignes directrices fondées sur des preuves sur le traitement des patients atteints de fibromyalgie : sont-elles cohérentes et si non, pourquoi pas ? Des traitements psychologiques efficaces ont-ils été négligés ? J Pain 2017 ; 18 : 747 – 756.

4. Clauw, DJ. Fibromyalgie : une revue clinique . JAMA 2014 ; 311 : 1547 – 1555.

5. Laroche, F, Guérin, J, Azoulay, D, et al . La fibromyalgie en France : vécu quotidien, fardeau professionnel et prise en charge. Enquête nationale auprès de 4516 patients . Rev Rhum 2019 ; 86 : 90 - 95.

6. AGRÉABLE . Douleur chronique (primaire et secondaire) chez les plus de 16 ans : évaluation de toutes les douleurs chroniques et prise en charge de la douleur chronique primaire . NICE guideline [NG193], https://www.nice.org.uk/guidance/ng193 ( 2021 , consulté le 24 mai 2021).

7.La Lancette. Repenser la douleur chronique . Lancet 2021 ; 397 (10289) : 2023 . DOI : 10.1016/S0140-6736(21)01194-6.

8.Cohen, SP, Vase, L, Hooten, WM. Douleur chronique : une mise à jour sur le fardeau, les meilleures pratiques et les nouvelles avancées . Lancet 2021 ; 397 (10289) : 2082 – 2097 . DOI : 10.1016/S0140-6736(21)00393-7.

9.Pătru, S, Pădureanu, R, Dumitrescu, F, et al . Influence de l’approche thérapeutique multidisciplinaire sur les patients fibromyalgiques . Exp Ther Med 2021 ; 21 : 528.

10.Sosa-Reina, MD, Nunez-Nagy, S, Gallego-Izquierdo, T, et al . Efficacité de l’exercice thérapeutique dans le syndrome de fibromyalgie : une revue systématique et une méta-analyse d’essais cliniques randomisés . Biomed Res Int 2017 ; 2017 : 2356346.

11.Henningsen, P, Zipfel, S, Sattel, H, et al . Prise en charge des syndromes somatiques fonctionnels et de la détresse corporelle . Psychother Psychosom 2018 ; 87 : 12 - 31.

12.Site Légifrance. Arrêté du 12 décembre 2014 relatif à la formation en ostéopathie , https://www.legifrance.gouv.fr/loda/id/JORFTEXT000029894219/ (consulté le 24 mai 2021).

13. Albers, J, Jäkel, A, Wellmann, K, et al . Efficacité de 2 approches thérapeutiques ostéopathiques sur la douleur, le seuil de douleur à la pression et la gravité de la maladie chez les patients atteints de fibromyalgie : un essai contrôlé randomisé . Complément Med Res 2018 ; 25 : 122 – 128.

14.Schulze, N.-B., de M, Salemi M, de Alencar, GG, et al . Efficacité de la thérapie manuelle sur la douleur, l’impact de la maladie et la qualité de vie dans le traitement de la fibromyalgie : une revue systématique . Médecin de la douleur 2020 ; 23 : 461 – 476.

15. Bair, MJ, Krebs, EE. Fibromyalgie . Ann Stagiaire Med 2020 ; 172 : ITC33 – ITC48.

16. Heymann, RE, Paiva, ES, Martinez, JE, et al . Nouvelles lignes directrices pour le diagnostic de la fibromyalgie . Rev Bras Reumatol Engl Ed 2017 ; 57( Suppl. 2 ) : 467 – 476.

17. Walker, J. Fibromyalgie : caractéristiques cliniques, diagnostic et prise en charge. Stand Infirmières 2016 ; 31 : 51 - 63.

18. Mease, P. Syndrome de fibromyalgie : examen de la présentation clinique, de la pathogenèse, des mesures des résultats et du traitement . J Rheumatol Suppl 2005 ; 75 : 6 – 21.

19. Castori, M, Morlino, S, Celletti, C, et al . Prise en charge de la douleur et de la fatigue dans le syndrome d’hypermobilité articulaire (alias syndrome d’Ehlers-Danlos, type hypermobilité) : principes et proposition d’une approche pluridisciplinaire . Suis J Med Genet A 2012 ; 158A : 2055 – 2070.

20. Bialosky, JE, Bishop, MD, Price, DD, et al . Les mécanismes de la thérapie manuelle dans le traitement des douleurs musculo-squelettiques : un modèle global . Homme Ther 2009 ; 14 : 531 – 538.

21. Bialosky, JE, Beneciuk, JM, Bishop, MD, et al . Démêler les mécanismes de la thérapie manuelle : modéliser une approche . J Orthop Sports Phys Ther 2018 ; 48 : 8 – 18.

22. Bokarius, AV, Bokarius, V. Examen fondé sur des preuves de l’efficacité de la thérapie manuelle dans le traitement de la douleur musculo-squelettique chronique . Pratique Douleur 2010 ; 10 : 451 – 458.

23. Geri, T, Viceconti, A, Minacci, M, et al . Thérapie manuelle : exploiter le rôle du toucher humain . Musculosquelette Sci Pract 2019 ; 44 : 102044.

24. Rossettini, G, Carlino, E, Testa, M. Pertinence clinique des facteurs contextuels en tant que déclencheurs des effets placebo et nocebo dans la douleur musculo-squelettique . Trouble musculo-squelettique BMC 2018 ; 19 : 27.

25. Testa, M, Rossettini, G. Améliorer le placebo, éviter le nocebo : comment les facteurs contextuels affectent les résultats de la physiothérapie . Homme Ther 2016 ; 24 : 65 - 74.

26. Nijs, J, Van Houdenhove, B. De la douleur musculo-squelettique aiguë à la douleur chronique généralisée et à la fibromyalgie : application de la neurophysiologie de la douleur dans la pratique de la thérapie manuelle . Homme Ther 2009 ; 14 : 3 – 12.

27. Saracutu, M, Rance, J, Davies, H, et al . Les effets du traitement ostéopathique sur les facteurs psychosociaux chez les personnes souffrant de douleur persistante : une revue systématique . Int J Ostéopathe Med 2018 ; 27 : 23 - 33.

28. Abbey, H, Nanke, L, Brownhill, K. Développement d’un cours de gestion de la douleur psychologiquement informé à utiliser dans la pratique ostéopathique : l’étude de cohorte OsteoMAP . Int J Ostéopathe Med. Publication en ligne avant impression le 17 septembre 2020 . DOI : 10.1016/j.ijosm.2020.09.002.

29. Smith, D. Réfléchir aux nouveaux modèles d’ostéopathie : il est temps de changer . Int J Ostéopathe Med 2018 ; 31 : 15 – 20.

30. Lederman, E. Une approche processus en ostéopathie : au-delà du modèle structurel . Int J Ostéopathe Med 2017 ; 23 : 22 - 35.

31. Penney, JN. Le modèle biopsychosocial de la douleur et la pratique ostéopathique contemporaine . Int J Ostéopathe Med 2010 ; 13 : 42 - 47.

32. Penney, JN. Le modèle biopsychosocial : redéfinir la philosophie ostéopathique ? Int J Ostéopathe Med 2013 ; 16 : 33 - 37.

33. Esteves, JE, Zegarra-Parodi, R, van Dun, P, et al . Modèles et cadres théoriques pour les soins ostéopathiques : un regard critique et un appel à mises à jour et à la recherche. Int J Ostéopathe Med 2020 ; 35 : 1 – 4.

34. Friteuse, G. Intégrer des approches ostéopathiques basées sur des mécanismes thérapeutiques biopsychosociaux. Partie 2 : approche clinique . Int J Ostéopathe Med 2017 ; 26 : 36 - 43.



Notez cet article
0 vote



forum




Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Visiteurs : 76 / 1524806

Venez nous suivre sur les réseaux sociaux :

       
Suivre la vie du site fr 

Site réalisé avec SPIP 3.2.11 + AHUNTSIC