L’Ostéo4pattes - Site de l’Ostéopathie

Nomenclature fasciale : Mise à jour sur le processus de consensus connexe

ROBERT SCHLEIP, GIL HEDLEY, ANDCAN A. YUCESOY
Créé le : lundi 11 novembre 2019 par Jean Louis Boutin

Dernière modificaton le : lundi 11 novembre 2019

Wiley Online Library - Nomenclature fasciale : Mise à jour sur le processus de consensus connexe

Auteurs : ROBERT SCHLEIP, GIL HEDLEY, ANDCAN A. YUCESOY

Titre original : Fascial Nomenclature:Update on RelatedConsensus Process

Accès libre à l’article (pdf) : https://onlinelibrary.wiley.com/doi/pdf/10.1002/ca.23423
Correspondence : Robert Schleip, Department of Neuroanaesthesiology, Neurosurgical Clinic, Ulm University Ludwig-Heilmeyer-Str. 2, 89312 Guenzburg, Germany. E-mail : robert.schleip chez uni-ulm.de
Received 24 April 2019 ; Revised 6 June 2019 ; Accepted 6June 2019. Published online 27 June 2019 in Wiley Online Library (wileyonlinelibrary.com). DOI : 10.1002/ca.23423

Résumé
Le terme fascia est de plus en plus utilisé non seulement par les anatomistes, mais aussi par d’autres professionnels et auteurs dans différents domaines liés à la santé, ce qui s’accompagne d’une utilisation incohérente du terme, dans lequel de nombreux tissus différents sont inclus par différents auteurs, ce qui entraîne une confusion accrue. La Fascia Research Society s’est attaquée à ce problème en créant un Fascia Nomenclature Comité (FNC) dans le but de clarifier la terminologie relative au fascia. Ce comité a mené un processus Delphi élaboré pour favoriser un débat consensuel structuré entre différents experts dans le domaine. Ce processus a donné lieu à deux recommandations terminologiques distinctes de la FNC, définissant les termes « fascia » et « système fascial », qui font état du processus qui sous-tend la terminologie proposée ainsi que des répercussions de ces définitions sur l’inclusion et l’exclusion des différents types de tissu.
Mots clés : fascia ; terminologie ; technique Delphi ; nomenclature ; nomenclature ; tissu conjonctif

 Article

Presque aucun domaine de la science anatomique n’est caractérisé par une terminologie aussi divergente que dans le domaine des tissus conjonctifs liés au fascia. Pour de nombreux spécialistes du domaine, seuls les tissus conjonctifs denses en forme de feuille sont considérés comme des « fascias », et seulement s’ils expriment plus d’une direction dominante des fibres. Par conséquent, pour qu’un tissu conjonctif soit considéré comme un fascia, sa disposition des fibres est souvent considérée comme « irrégulière ». Cependant, une telle inférence peut être incorrecte, en particulier si, par exemple, on considère des enveloppes épimysiales dans lesquelles sont présents des tissus, deux directions principales des fibres qui se croisent régulièrement à des angles très spécifiques (Benetazzo et al., 2011).

En revanche, d’autres auteurs dans ce domaine incluent également toutes les couches molles telles que les zones aréolaires à l’intérieur de l’hypoderme ou comme on les retrouve dans les enveloppes autour des vaisseaux minuscules (Guimberteau et Armstrong, 2015). Certains auteurs limitent le terme « fascia » aux tissus conjonctifs musculaires (Landers, 2019). Les tissus conjonctifs viscéraux comme le médiastin, le péricarde ou la racine du mésentère sont alors exclus. En revanche, les manuels plus ostéopathiques mettent l’accent sur les fascias viscéraux (Paoletti, 2006 ; Schwind, 2006). De même, la question de savoir lequel des trois contenants hiérarchiques de tissu musculaire - l’épimysium, le périmysium et l’endomysium - pourrait être inclus comme « fascia » a été source de confusion. Alors que la plupart des anatomistes ont tendance à considérer le septi musculaire et le périmysium comme des tissus fasciaux, il y a moins de consensus sur l’endomysium en raison de sa taille microscopique et/ou d’une plus grande quantité de collagène de types III et IV qui sont également associés à une structure tissulaire plus souple. La confusion linguistique qui en résulte entraîne des difficultés majeures de communication entre les différents professionnels du domaine. En outre, le manque de clarté de la terminologie empêche de préciser, d’aborder scientifiquement/cliniquement et de communiquer les aspects fonctionnellement importants des fascias. Par exemple, il a été démontré que les tissus conjonctifs musculaires affectent la fonction musculaire (Wilke et al., 2018), ce qui indique plusieurs implications cliniques (Yucesoy et Huijing, 2007) et l’endomysium, car une partie intégrante de ce système joue un rôle central déterminant dans la contribution du muscle au mouvement articulaire (Huijing, 1999).

Plusieurs tentatives ont déjà été faites par des institutions internationales respectées pour répondre à cette situation difficile. Le Comité international de nomenclature anatomique (1983) a confirmé l’usage des précédents comités de nomenclature et a utilisé le terme "fascia superficialis" pour l’ensemble de la couche lâche de tissu sous-cutané superficielle à la couche plus dense de « fascia profunda », alors que la plupart des auteurs médicaux des pays anglo-saxons ont suivi cette terminologie, les auteurs des autres pays ne l’ont pas adoptée en conséquence. Par exemple, de nombreux auteurs italiens ont exclu le panniculus adiposus situé à l’intérieur de cette couche tissulaire, et la plupart des auteurs français ont continué à exclure à la fois le panniculus adiposus et le textus connectivus laxus sous la couche membraneuse (Wendell-Smith, 1997).

La nomenclature internationale suivante, proposée par le Comité fédératif de terminologie anatomique (1998), a donc tenté d’aboutir à un langage international plus uniforme (Wendell-Smith, 1997). Il définissait le fascia comme étant « des gaines, des feuilles ou d’autres agrégats de tissu conjonctif dissectible ». Cela inclut « les investissements de viscères et de structures dissectibles qui s’y rapportent ». Ce groupe très estimé d’experts anatomiques a suggéré que les futurs auteurs n’utilisent plus le terme « fascia » pour les couches de tissu conjonctif lâches, mais qu’ils n’utilisent le terme « fascia » que pour les agrégations plus denses du tissu conjonctif. En conséquence, ils se sont prononcés contre l’utilisation de l’ancien terme « fascia superficiel » en tant que tel (et de remplacer « tela subcutanea » ou "tissu sous-cutané"). En accord avec cette décision, la Terminologia Anatomica internationale la plus récente a même suggéré d’exclure de la définition proposée certains des noms de "fascia" les plus fréquemment utilisés en anatomie. Par exemple, ils ont recommandé d’abandonner le terme communément utilisé « fascia de Camper [voir l’encadré] » et de le remplacer par le terme « panniculus adiposus abdominis » (FCAT, 1998).

L’ aponévrose de Camper est une couche superficielle épaisse de la paroi abdominale antérieure. Il est de texture aréolaire et contient dans ses mailles une quantité variable de tissu adipeux . Il se trouve superficiel au fascia de Scarpa.

Le fascia superficiel se compose de deux couches : la couche externe grasse, appelée fascia de Camper, et la couche interne plus membraneuse, appelée fascia de Scarpa. Ces parties du fascia superficiel sont les plus saillantes dans la partie inférieure de la paroi abdominale en dessous du niveau de l’ombilic. L’aponévrose de Camper est inférieure continue à l’aponévrose superficielle de la cuisse. Médial et inférieur au tubercule pubien, chez le mâle, le fascia de Scarpa se modifie au fur et à mesure de sa progression sur le scrotum et forme la tunique Dartos . Cette couche est fortement infiltrée par des fibres musculaires élastiques et lisses et contient une quantité minimale de graisse. Le fascia de Scarpa se termine en dessous du ligament inguinal qui se confond avec le fascia lata de la cuisse. Dans la ligne médiane, juste supérieur au pénis, Scarpa ’ligament fundiforme du pénis. Comme le fascia de Scarpa continue postérieurement sur le périnée, il s’appelle le fascia de Colles. Source Wikipédia https://en.wikipedia.org/wiki/Fascia_of_Camper consulté le 11/11/2019. Note de JLB.

Cette tentative élégante a pour la plupart échoué (Huijing et Langevin, 2009). De nombreux manuels en anglais ont continué à utiliser les termes « superficial fascia » ou « Camper’s fascia » (Platzer, 2008 ; Netter, 2011 ; Tank, 2012). Il s’agit notamment de la 39e édition de Gray’s Anatomy (Standring, 2008), tandis que la 40e édition suivante a commencé à suivre les recommandations de la Terminologia Anatomica (Standring, 2015) concernant le fascia. Par contre, les terminologies recommandées dans les publications autour de la lignée du Fascia Research Congress (Findley et Schleip, 2007 ; Huijing et al., 2009 ; Chaitow et al., 2012 ; Wearinget al., 2015) comprennent les tissus tels que les capsules articulaires, les tissus conjonctifs lâches, les ligaments et les aponévroses.

La critique de ce dernier groupe d’auteurs a été bien formulée quant à la distinction proposée (dans la Terminologia Anatomica ainsi que Gray’s Anatomy) entre fascia et aponévrose (Schleip et al., 2012). Si une telle différenciation est facilement possible dans des zones telles que le bas du dos humain (Benjamin, 2009 ; Willard et al.,2012), elle devient très lourde dans d’autres parties du corps, qui expriment diverses transitions entre textures unidirectionnelles et multidirectionnelles, ce qui est très souvent le cas au niveau des articulations majeures. En fait, comme le montrent les travaux de van der Wal (2009), les tendons et les aponévroses ne s’insèrent souvent pas directement dans le squelette ; au contraire, ils ont tendance à se mélanger et à se relier aux tissus capsulaires et ligamentaires proches de leur attache.

La figure 1A illustre une description de la bande ilio-tibiale dans laquelle les auteurs respectifs ont tenté d’appliquer la terminologie appropriée (dans leur cas avec des références multiples à l’anatomie de Gray) et d’utiliser le terme " aponévrose " - par opposition aux autres bandes et feuilles de tissu conjonctif dense - pour les feuilles de tissu conjonctif dense qui peuvent être considérées comme des extensions directes des fibres musculaires squelettiques (Benjamin et al., 2008). En accord avec cette distinction terminologique claire, les auteurs sont allés de l’avant et ont exclu (et même extrait) l’une des pièces les plus solides de leur analyse par ailleurs exemplaire de la bande ilio-tibiale parce qu’elle ne correspond pas à leur nomenclature. Cependant, comme on peut le voir sur une nouvelle dissection anatomique de la même structure que celle illustrée à la figure 1B, la partie tissulaire extraite de l’étude précédente constitue l’un des éléments les plus solides de la jambe et joue évidemment un rôle majeur dans la fonction de transmission des forces de tension de la bande ilio-tibiale. Il semble probable que toute analyse sous-séquente de la fonction biomécanique du tractus ilio-tibial aura tendance à être trompeuse si cet élément important est exclu. En fait, il semble que, tout en utilisant leur scalpel en parfaite conformité avec les distinctions terminologiques de Terminologia Anatomica et Gray’s Anatomy, les auteurs ont écarté de cette structure l’un des éléments les plus importants transmettant la force.

Fig. 1.

(A) Exemple d’une dissection du fascia basée sur une terminologie médicale « précise ». Cette image de dissection a été utilisée dans un excellent traité sur le tractus ilio-tibial (ITT). Suite à la proposition de Gray’s Anatomy (Standring, 2008) de distinguer entre aponévrose et fascia, les auteurs ont choisi de décrire ce tissu comme une aponévrose et ont donc exclu toutes les parties du tissu ayant un caractère non-aponévrotique. Malheureusement, cela comprenait l’une des parties les plus solides de cette structure : la connexion à la crête iliaque latérale postérieure de l’épine iliaque antéro-supérieure. Remarquez l’épaississement commun de la crête iliaque au niveau de l’ancienne fixation de cette partie ligamentaire (située sur une ligne droite de transmission de force du genou sur le grand trochanter), reflétant la très forte traction de cette « partie ligamentaire » de l’ITT sur le pelvis. TFL, tenseur fasciae latae.

(B) Dissection de la même structure basée sur le terme fonctionnel « système fascial ». La forte densification de la « partie ligamentaire » de l’ITT sur cette préparation est facilement reconnaissable, indiquée par la pointe de la flèche. De plus, notez les transitions continues sur l’ITT entre les régions à orientation unidirectionnelle et les autres à orientation multidirectionnelle des fibres. Le spécimen est l’un des premiers échantillons de la Fascial Net Plastination Projection de la Fascia Research Society, dans lequel une démonstration plastinée tridimensionnelle du « filet fascial » du corps humain est tentée.

(A) Illustration tirée avec la permission de Benjamin et al (2008).
(B) Illustration © Fascia Research Society.org/plastination, avec le soutien de Gubener Plastinate GmbH. [La figure en couleur peut être consultée sur wileyonlinelibrary.com]

C’est sur cette base et sur la base de nombreux points de critique similaires sur la situation actuelle et sur la confusion croissante des termes (Stecco, 2014) que la création d’un groupe de travail a été suggérée comme une étape utile pour parvenir à un consensus (Langevin, 2014). Les étapes proposées sont les suivantes :

1. « les divers points de vue doivent être entendus. Cela signifie que le groupe de travail devrait comprendre des représentants des principaux intervenants (c.-à-d. des personnes et des groupes qui ont déjà publié dans ce domaine).
2. les personnes qui ne font pas partie du groupe de travail doivent avoir l’occasion d’exprimer leur opinion....
3. un consensus doit être atteint au sein du groupe de travail
4. les recommandations doivent être claires et publiées de manière à ce que les personnes qui sont nouvelles dans le domaine puissent les trouver facilement... ». (Langevin, 2014).

La Fascia Research Society s’est attaquée à ce problème en créant un Fascia Nomenclature Committee (FNC) à la mi-2014. Cet article présente les activités et les recommandations terminologiques de ce groupe.

 Matériaux et méthodes

Ce groupe s’est rapidement adressé à tous les auteurs connus qui avaient publié sur le sujet en anglais dans des revues universitaires pour les inviter à participer activement. En outre, le groupe a décidé d’appliquer la méthode Delphi en tant que processus de communication structuré et transparent pour favoriser l’établissement d’un consensus entre un large éventail d’experts dans un domaine spécifique (Adler et Ziglio, 1996 ; von der Gracht, 2012). Le processus comprenait trois séries de communications écrites, chacune consistant en la distribution d’un questionnaire aux experts, la collecte et la synthèse de leurs réponses, et la communication de ces réponses au même groupe. Les participants ont toujours eu la possibilité de commenter les réponses des autres, ainsi que les résumés proposés par les animateurs. Au total, 21 experts ont participé aux trois cycles de ce processus.

Au cours des deux premières cycles, il est apparu clairement que, compte tenu de la grande diversité et de la disparité des perspectives et des traditions linguistiques entre les différents professionnels concernés, il ne serait pas possible, même avec de multiples cycles de communication supplémentaires, de parvenir à un consensus commun sur une utilisation unique recommandée du terme « fascia ». Le processus en cours visait donc à parvenir à un éventuel consensus sur plusieurs définitions différentes et alternatives.

Le troisième cycle du processus Delphi était déjà structuré comme la préparation d’une réunion personnelle du comité, tenue en association avec le 4e Congrès de recherche sur les fascias, à Washington, en 2015. Quinze des experts précédemment participants, ainsi que quatre invités externes sans droit de vote, ont assisté à cette réunion. Pour franchir une nouvelle étape importante vers l’établissement d’une terminologie complète et pratique, il a été décidé d’établir deux définitions différentes pour les fascias. L’une d’entre elles a été proposée vers des descriptions histologiques détaillées et axées sur la distinction, tandis que l’autre vise à souligner le caractère unificateur du réseau fascial en reconnaissant les capacités fonctionnelles multi articulaires de ce réseau continu de l’organisme. Une formulation claire de la première définition a déjà été élaborée lors de cette réunion en face à face. Une équipe spéciale a été créée à la même réunion dans le but d’élaborer la formulation de la définition ultérieure avec la contribution continue du groupe d’experts élargi. Le présent rapport porte sur le consensus final du FNC concernant les deux définitions proposées.

 Résultats

Le CPN a fourni deux terminologies différentes basées sur des classifications différentes. La première - centrée sur le terme « fascia » - est recommandée pour la communication des aspects histologiques et topographiques à une échelle mésoscopique et microscopique. En revanche, la deuxième terminologie - qui utilise le terme « système fascial » - est recommandée pour la description des propriétés fonctionnelles à l’échelle macroscopique. Ces propriétés fonctionnelles comprennent la transmission de la force, les fonctions sensorielles (proprioception, interception et nociception), la transmission des fluides, ainsi que la régulation de la cicatrisation et des processus pathologiques fibrotiques (tableaux 1 et 2).

TABLEAU 1. Définition histologique/anatomique proposée par le FNC (Stecco et Schleip, 2016 ; Stecco et al., 2018)

Un fascia est une gaine, une feuille ou tout autre agrégat dissociable de tissu conjonctif qui se forme sous la peau pour attacher, enfermer et séparer les muscles et autres organes internes.

TABLEAU 2. Définition fonctionnelle proposée par le FNC (Adstrum et al., 2017)

Le système fascial se compose d’un continuum tridimensionnel de tissus conjonctifs fibreux, lâches et denses, contenant du collagène, qui pénètrent le corps.

Il incorpore des éléments tels que le tissu adipeux, les adventices et les gaines neurovasculaires, les aponévroses, les fascias profonds et superficiels, l’épineurium, les capsules articulaires, les ligaments, membranes, méninges, expansions myofasciales, périoste, rétinacula, septa, tendons, fascias viscéraux et tous les tissus connjectifs intramusculaires et intermusculaires, dont les endomysium/erimysium/épimysium.

Le système fascial entoure, entrelace et interpénètre tous les organes, muscles, os et fibres nerveuses, ce qui confère au corps une structure fonctionnelle et fournit un environnement qui permet à tous les systèmes du corps de fonctionner d’une manière intégrée.

 Discussion

Bien que les termes recommandés de « fascia » et de « système fascial » ne s’intègrent pas toujours bien dans la syntaxe d’un contexte linguistique donné, les termes plus conventionnels de « fascia » proprement dit et de « tissu fascial » peuvent parfois servir de remplacements utiles.

La définition de « fascia » est très proche de la définition du fascia la plus récente de la Terminologia Anatomica. Ici, seuls les tissus planaires qui peuvent être disséqués avec un scalpel conventionnel sont inclus. Par contre, les tissus comme l’endomysium ou les tendons, qui ne répondent pas à ce critère, sont exclus.

Le deuxième terme « système fascial » reconnaît le concept de plus en plus populaire de fascia en tant que réseau fibreux interconnecté et pré-étiré à l’échelle du corps qui se caractérise - au moins dans une certaine mesure - par l’expression des propriétés de tenségrité (Findley, 2011). Ici, tous les tissus conjonctifs fibreux sont inclus, qui peuvent être considérés comme des éléments d’un système de transmission de la force de tension à l’échelle du corps, y compris les ligaments, tendons, capsules articulaires et tissus conjonctifs intramusculaires. On pourrait faire valoir que l’expression « système fascial » peut alors être synonyme de « tissu conjonctif ». Cependant, le nouveau terme proposé se distingue de la terminologie médicale établie, dans laquelle le terme « tissu conjonctif » inclut clairement les os, le cartilage et même le sang comme anciens tissus mésenchymateux.

Le premier terme « fascia » décrit donc un sous-ensemble de tissus plans denses au sein du groupe tissulaire plus large décrit comme le « système fascial », qui peut encore une fois être compris comme un sous-ensemble au sein du groupe encore plus large de tissus qui sont décrits comme « tissus conjonctifs » en médecine (figure 2).

Fig. 2.

Les recommandations de la FNC en matière de nomenclature reposent sur l’idée que le terme plus large et plus fonctionnel de « réseau fascial » (que certains auteurs remplacent par « tissus fasciaux ») décrit un sous-ensemble de tissus appartenant au système du tissu conjonctif du corps. De même, le terme « fascia » (aussi appelé « fascia propre » par certains auteurs) décrit un sous-ensemble de tissus dans la catégorie plus large du « système fascial ».

Le FNC considère ce processus comme une tâche permanente. De nouveaux résultats de la recherche anatomique ou de nouvelles décisions prises par d’autres groupes de nomenclature médicale désignés, comme le Comité fédératif de terminologie anatomique, constitueront vraisemblablement une raison suffisante pour organiser des cycles ultérieurs du processus Delphi parmi les experts disponibles et pour discuter d’éventuelles modifications futures. Comme cela a toujours été le cas, les contributions d’autres experts dans ce domaine seront les bienvenues à tout moment au cours de ce processus.

 Remerciements

Les deux définitions de « fascia » et de « système fascial » décrites ci-dessus - telles que décrites dans les deux tableaux de la section Résultats du présent rapport - reflètent les recommandations officielles du FNC. Toutes les autres remarques reflètent la compréhension personnelle de l’auteur basée sur sa participation active à ce comité et ne doivent donc pas être interprétées comme des déclarations officielles de ce comité.

Les auteurs remercient Carla Stecco et Sue Adstrum pour leur engagement continu dans le FNC de la Fascia Research Association. Il en va de même pour Paulo Tozzif pour sa participation passée et sa précieuse contribution à ce groupe. La Fascia Research Society doit être reconnue pour son soutien financier dans l’organisation de la réunion personnelle du FNC. En outre, il convient de remercier les experts suivants pour leur participation active à la réunion du CPN au Fascia Research Congress 2015, en plus de leur participation aux précédents cycles du processus Delphi : Sue Adstrum, Thomas Findley, Jean-Claude Guimberteau, Thomas Hausner, Werner Klinger, Thomas Myers, Robert Schleip, Antonio Stecco, Carla Stecco, Can A. Yucesoy, Jaap van der Wal, Andry Vleeming, Scott Waring et Paolo Tozzi. Wolfgang Bauermeister, Leon Chaitow, Markus Friedlin, Marco Gesi et ses collègues, Gil Hedley, Myroslava Kumka, Helene Langevin, Hanno Milesi, Sue Mirkin, Robert Schmidhammer, John Sharkey et Graham Scarr ont également contribué au CPN.

 Références

  • M Adler, E. Ziglio , (éd.). 1996 . Contempler Oracle : la méthode Delphi et son application à la politique sociale et à la santé publique . Londres : Kingsley Publishers.
  • Adstrum S, Hedley G , Schleip R , Stecco C , Yucesoy C . 2017 . Définir le système fascial . J CARRO Mov Ther 21 : 173 - 177 .
  • Benetazzo L, Bizzego A , De Caro R , Frigo G , Guidolin D , Stecco C . 2011 . Reconstruction 3D des fascias crural et thoraco-lombaire . Surg Radiol Anat 33 : 855 - 862 .
  • Benjamin M. 2009 . L’aponévrose des membres et du dos : une revue . J Anat 214 : 1 - 18 .
  • Benjamin M, Kaiser E , Milz S . 2008 . Relations structure-fonction dans les tendons : une revue . J Anat 212 : 211 - 228 .
  • L Chaitow, TW Findley , R Schleip , (éds.). 2012 . Fascia Research III : Science fondamentale et implications pour les soins de santé conventionnels et complémentaires . Munich : Kiener.
  • Comité fédératif de terminologie anatomique [FCAT]. 1998 . Terminologia Anatomica : Terminologie Anatomique Internationale . New York : Thieme.
  • Findley TW. 2011 . Recherche sur les fascias du point de vue d’un clinicien / scientifique . Massage Int J Ther Bodywork 4 : 1 - 6 .
  • TW Findley, R Schleip , (éd.). 2007 . Recherche sur les fascias : Science fondamentale et implications pour les soins de santé conventionnels et complémentaires . Munich : Elsevier Urban & Fischer.
  • von der Gracht H. 2012 . Mesure consensuelle dans les études Delphi - Bilan et implications pour l’assurance qualité future . Technol Forecast Soc Changement 79 : 1525 - 1536 .
  • GUIMBERTEAU JC, Armstrong C . 2015 . Architecture de la vie humaine : fascia : la matrice extracellulaire et les cellules révélées par l’endoscopie . Edimbourg : édition Handspring.
  • Huijing PA. 1999 . Le muscle en tant que composite renforcé de fibres de collagène : examen de la transmission de la force dans le muscle et le membre entier . J Biomech 32 : 329 - 345 .>
  • Huijing PO, Langevin HM . 2009 . Communication sur le fascia : histoire, pièges et recommandations . Massage Int J Ther Bodywork 2 : 3 - 8 .
  • P Huijing, P Hollander , TW Findley , R Schleip , (eds.). 2009 . Fascia Research II : Science fondamentale et implications pour les soins de santé conventionnels et complémentaires . Munich : Elsevier Urban & Fischer.
  • Landers K, 2019 . Fascia : Le Tissu Mystérieux. Article de blog. URL : www.n2physicaltherapy.com/blog/fascia-mysterious-tissue/ . [consulté le 15 avril 2019].
  • H Langevin. 2014 . Réponse de Langevin à l’éditorial de Stecco sur la nomenclature fasciale . J Bodyw Mov Ther 18 : 444 .
  • Netter FH. 2011 . Atlas d’anatomie humaine . 5ème éd. Philadelphie : Saunders Elsevier.
  • Paoletti S. 2006 . Les fascias : anatomie, dysfonctionnement et traitement . Seattle, WA : Presse d’Eastland.
  • Platzer W. 2008 . Atlas couleur de l’anatomie humaine . Vol. 1 . 6ème éd. New York : Thieme Inc.
  • Schleip R, Jäger H , Klingler W . 2012 . Qu’est-ce que "fascia" ? Un examen de différentes terminologies . J Bodyw Mov Ther 16 : 496 - 502 .
  • Schwind P. 2006 . Technique fasciale et membranaire : Manuel pour un traitement complet du système du tissu conjonctif . Urban & Fischer Verlag . Allemagne : Muenchen.
  • S Standring, (ed.). 2008 . Gray’s Anatomy : La base anatomique de la pratique clinique . 39e éd. Edimbourg : Elsevier.
  • S Standring, (ed.). 2015 . Gray’s Anatomy : La base anatomique de la pratique clinique . 40 e éd. Edimbourg : Elsevier.
  • Stecco C. 2014 . Pourquoi y a-t-il tant de discussions sur la nomenclature des fascias ? J Bodyw Mov Ther 18 : 441 - 442 .
  • Stecco C, Schleip R . 2016 . Un fascia et le système fascial . J CARRO Mov Ther 20 : 139 - 140 .
  • Stecco C, Adstrum S , Hedley G , Schleip R , Yucesoy CA . 2018 . Mise à jour sur la nomenclature fasciale . J Bodyw Mov Ther 22 : 354 .
  • Tank PW. 2012 . Grant’s Dissector . 15ème éd. Philadelphie : Lippincott Williams & Wilkins.
  • van der Wal J. 2009 . L’architecture du tissu conjonctif dans le système musculo-squelettique - Un paramètre fonctionnel souvent négligé quant à la proprioception dans l’appareil locomoteur . Massage Int J Ther Bodyw 2 : 9 - 23 .
  • SC Wearing, R. Schleip , L. Chaitow , W. Klinger , T. Findley (éd.). 2015 . Fascia Research IV : Science fondamentale et implications pour les soins de santé conventionnels et complémentaires . Munich : Kiener.
  • Wendell-Smith P. 1997 . Fascia : Un problème illustratif de la terminologie internationale . Surg Radiologic Anat 19 : 273 - 277 .
  • Wilke J, Schleip R , Yucesoy CA , Winfried B . 2018 . Pas simplement un organe d’emballage protecteur ? Une revue de l’interface client et de sa capacité de transmission de force . J Appl Physiol 124 : 234 - 244 .
  • Willard FH, Vleeming A , Schuenke MD , Danneels L , Schleip R . 2012 . Fascia thoraco-lombaire : anatomie, fonction et considérations cliniques . J Anat 221 : 507 - 536 . Bibliothèque en ligne de Wiley
  • Yucesoy CA, Huijing PA . 2007 . Les effets substantiels de la transmission des forces myofasciales épimusculaires sur la mécanique musculaire ont des implications majeures sur le muscle spastique et la chirurgie réparatrice . J Electromyogr Kinesiol 17 : 664 - 679 .

© 2019 The Authors.Clinical Anatomypublished by Wiley Periodicals, Inc. on behalf of American Association of Clinical Anatomists.
Il s’agit d’un article en libre accès selon les termes de la Creative Commons Attribution Licence, qui autorise l’utilisation, la distribution et la reproduction sur tout support, à condition que l’œuvre originale soit correctement citée.
Article traduit avec www.DeepL.com/Translator



Notez cet article
0 vote






Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Visiteurs : 48 / 995311

Suivre la vie du site fr 

Site réalisé avec SPIP 3.1.11 + AHUNTSIC