L’Ostéo4pattes - Site de l’Ostéopathie

Poster un message

En réponse à :

Prendre son envol

mardi 20 avril 2021 par Florine BINET

J’ai réalisé ces recherches à la suite d’un mois et demi de bénévolat dans un Centre de Sauvegarde de la Faune Sauvage en Isère (38), au Tichodrome. J’ai rapidement eu l’envie d’intégrer l’ostéopathie dans le soin et le traitement des traumatismes dont sont victimes les Rapaces accueillis au centre.

Mon but était de peaufiner les connaissances existantes en terme d’anatomie et de physiologie, et de les prendre en compte dans une séance d’ostéopathie. La question de la tolérance au contact humain s’est évidemment posée, comment adapter sa pratique à un animal qui te perçoit comme un ennemi ? L’adaptation a donc été de mise, c’est pourquoi je ne me suis limitée à aucune approche de l’ostéopathie : tissulaire, mes quelques connaissances en FTM, énergétique, je ne me suis donné aucune limite, ce qui peut m’être reproché, mais j’ai suivi mon intuition, surtout sur les cas dits « compliqués », sous-entendu soit extrêmement mal face à l’Homme, soit à cause de la gravité de ce qui leur est arrivé.
Mon travail comporte en annexes la législation propre au fonctionnement des centres de sauvegarde, les principales maladies touchant les Rapaces sauvages, les détails de l’anatomie aviaire et des fiches techniques de tests articulaires.

Sur 19 oiseaux manipulés, 4 étaient encore en soins à la fin de l’étude, 5 ont été euthanasiés, 1 mort « naturellement » et 9 ont été relâchés dans la Nature.
Mes résultats sont donc assez positifs, l’ostéopathie intervenant comme un véritable soutient des Rapaces accueillis, soumis, il faut bien le dire et malgré les efforts des équipes soignantes pour ne pas les perturber, à un stress assez permanent. Certains animaux ont montré une combativité qui force le respect, et j’espère leur avoir permis grâce aux séances de faire face aux événements qu’ils ont vécu. D’autres étaient des cas « désespérés » selon l’équipe, et l’ostéopathie apparaissait comme la dernière tentative pour améliorer les choses.

J’ai essayé d’injecter dans mon travail ma philosophie balbutiante de l’Ostéopathie, dans un soucis de protection du vivant. Dans un monde ou l’Homme vivrait en harmonie avec la nature, je n’aurais jamais effectué un tel travail. Un animal blessé gravement est un animal mort, permettant à d’autres de continuer leur vie. Mais ici, j’ai essayé d’offrir un sursit, une parenthèse à des individus dont la survie a été perturbée par notre mode de vie, perturbant ainsi l’équilibre de la nature et faisant plus de morts que de vivants. C’est aussi ça la raison d’être des Centres de soins : réparer les erreurs des humains en offrant une seconde chance à tous les animaux qui y sont accueillis.

Binet Florine


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Visiteurs : 1407565

Venez nous suivre sur les réseaux sociaux :

       
Suivre la vie du site fr 

Site réalisé avec SPIP 3.2.9 + AHUNTSIC