L’Ostéo4pattes - Site de l’Ostéopathie

Poster un message

En réponse à :

Hommage à Paul Gény (1912-1996)

Thierry Liévois D.O.
samedi 30 janvier 2021 par Thierry Liévois

« Un petit homme sec avec des lunettes de myope, débordant d’énergie »

Né le 1er Août 1912

Comment pourrait-on qualifier Paul Gény si ce n’est comme un homme hors du commun ? Discret, il a fait peu parlé de lui et pourtant nous lui devons tout, car si l’ostéopathie française existe c’est bien grâce à lui !

Paul Gény a tout d’abord été l’un des premiers kinésithérapeutes français de l’après-guerre. Dès sa démobilisation en 1945, il est directeur de l’École Française de Massokinésithérapie au 95, Boulevard St Michel à Paris dans le Ve arrondissement.

Curieux, il s’intéresse très tôt à la colonne vertébrale. Tout ce qui touche au rachis l’intéresse, et il se rapproche des chiropractors et des ostéopathes de l’époque.

Évidemment, il tente de contacter le seul médecin de l’époque se revendiquant ostéopathe, le Dr Lavezzari, mais sans succès.

C’est au cours de ses recherches qu’il rencontre le Docteur Sterling, ostéopathe canadien, qui lui enseigne ses connaissances. A cette époque le travail se faisait sous forme de mécénat, de maître à élève. Le patron avait pour rôle de transmettre sa connaissance pour faire progresser l’élève. (Ne dit on pas que le bon patron est celui qui sait se faire dépasser par son élève !) Paul Gény est donc initié aux techniques chiropractiques, à l’ostéopathie et à l’acupuncture.

Au cours d’un séminaire de formation, il rencontre à Paris Tom Dummer, avec qui il se lie d’amitié. Puis avec quelques kinésithérapeutes parisiens dont Jacques Pottier, ils décident de se perfectionner à Londres aux techniques ostéopathiques sous la tutelle de Tom Dummer. Paul Gény apprend donc à manipuler la colonne vertébrale et devient l’un des premiers ostéopathes français.

En Février 1951, toujours avec son ami Jacques Pottier, il crée la Société de Recherches Ostéopathiques pour développer cette nouvelle profession. Les tout débuts des cours d’Ostéopathie démarrent en Novembre 1951. En réalité il s’agit plus d’un groupe de travail dont Paul Gény et Jacques Pottier font parti. Les cours avaient lieu sous forme de séminaires au sein même de son école de kinésithérapie. Les premiers élèves sont les futurs enseignants de l’EFO.

Pour asseoir son enseignement, en véritable professionnel, il accompagne ses cours d’une revue : La Revue Française d’Ostéopathie. Nous sommes en Janvier 1956 et l’EFO prend son envol.

Déjà au travers de sa revue un premier listing d’Ostéopathes D.O apparaît. Il s’en suit la création d’un syndicat : Le Syndicat des Masseurs – Ostéopathes de France et de l’Union Française en Mars 1956.

Au centre, de gauche à droite, Paul Gény, Mme Gény et Thomas Dummer, Mme Dummer

Les cours de l’Ecole Française d’Ostéopathie (EFO) avaient lieu au sein même de l’école de kinésithérapie. Mais très vite devant les difficultés que présentent le mélange kinésithérapie et ostéopathie, il sépare les deux activités en 1960.

L’EFO déménage alors au 37, Boulevard St Germain – Paris (Ve).

Les cours ont alors lieu dans une ancienne étude de notaire que Mr Paul Gény avait achetée pour en faire également son cabinet d’ostéopathie.

Enfin le 29 Mai 1960 le syndicat de Paul Gény fusionne avec l’Association Confraternelle des Praticiens en Masso-Ostéopathie pour devenir un syndicat unique le Syndicat des Ostéopathes de France.

Les cours avaient lieu le Vendredi soir le Samedi, le Dimanche et le Lundi, sous forme de 7 séminaires de Novembre à Mai pendant 2 à 3 ans.

Grâce à ses relations les étudiants bénéficiaient d’un enseignement de base en anatomie, physiologie et pathologie dispensée par le Professeur Padovani, chef de service hospitalier et de nombreux autres médecins renommés.

En 1960 désireux d’améliorer la qualité des cours, et développer l’ostéopathie en France, Gény s’entoure d’Ostéopathes et de Chiropractors Anglais comme, John Wernham, Parnell Bradbury, Denis Brookes pour les plus connus.

Les cours étaient dispensés par des personnes qui n’étaient pas forcément ostéopathes, comme Parnell Bradbury, chiropracteur. Tom Dummer donnait des cours d’hygiène de vie et de naturopathie avant de devenir le célèbre ostéopathe anglais que tout le monde connaît.

La qualité de son enseignement et les échanges qu’il développe lui permet de faire reconnaître l’Ecole Française d’Ostéopathie par le BRITISH COLLEGE OF NATUROPATY & NATUROPATHY LIMITED en 1961. Tout cela prouve l’importance de son mouvement.

Assis de gauche à droite Ange Castejon, Denis Brookes, Thomas Dummer, Paul Gény, Parnell Bradbury

Thomas Dummer, X, Paul Gény, Parnell Bradbury

Il y avait aussi Denis Brookes un ostéopathe qui avait appris aux USA et qui donnait ses premiers cours. En 1962, suite à une mésentente Paul Gény décide de se séparer de Denis Brookes malgré les protestations de ses élèves.

Denis Brookes en 1978

Denis Brookes en 1978

Devant la montée en puissance de son activité, les pouvoirs publics, sous la pression des médecins, s’émeuvent de cette nouvelle pratique qu’est l’Ostéopathie. Les procès s’en suivent pour exercice illégal de la médecine. Devant cette levée de boucliers, en décembre 1965, exaspéré, Paul Gény décide de transférer son école en Angleterre. L’EFO qui comprenait alors 16 étudiants s’établit donc provisoirement en Angleterre dans les locaux de la BCNO, British College of Naturopathy and Osteopathy à Londres. Elle les quittera en 1969, faute de place.

L’EFO continue mais le mouvement de Paul Gény se fait absorber progressivement par les anglais. En 1969, Tom Dummer prend alors la direction de l’école pour la rebaptiser Ecole Européenne d’Ostéopathie. L’école grandit et déménage à Maidstone dans le Kent. Paul Gény se désengage alors de la direction et de l’enseignement, pour se recentrer sur son activité de praticien.

Passionné par son métier, il continuera de travailler bien au delà des 65 ans, l’age légal pour partir à la retraite.

Son exercice ostéopathique était très direct aux dires de ceux qu’ils l’ont rencontré, tant comme élèves que comme patient.s Mais son travail de praticien était très complet puisqu’il intégrait l’acupuncture en tant que disciple de Soulié de Morant, mais aussi les techniques de relaxation et de sophrologie.

Puriste, il ne comptait pas le temps qu’il passait avec ses patients…l’argent n’était pas sa motivation !!!

Mise à part quelques déplacements annuels dans sa maison en Bretagne, ses dernières années se sont déroulées boulevard Saint-Germain, où il a reçu jusqu’en 1990-91, de manière personnelle et amicale, des patients de longue date. Il a été inhumé au cimetière d’Andilly, une cérémonie à eu lieu à Saint-Séverin à Paris, où, de mémoire, l’église était comble.

« De Paul Gény on peut dire qu’il a tissé des liens entre la France et l’Angleterre

Si l’ostéopathie existe en France nous la devons à Paul Gény qui a été le premier à développer un enseignement en France. Il a eu l’idée de se rapprocher de l’Angleterre et de tisser des liens solides qui font que l’Angleterre est devenue une terre d’exil pour les français. Petit à petit, le retour se fit et les graines qu’il a semées se sont développées pour devenir ce que nous sommes aujourd’hui. »

Thierry Liévois D.O


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Visiteurs : 1362502

Venez nous suivre sur les réseaux sociaux :

       
Suivre la vie du site fr 

Site réalisé avec SPIP 3.2.8 + AHUNTSIC