L’Ostéo4pattes - Site de l’Ostéopathie

Poster un message

En réponse à :

Avril 2020

jeudi 7 mai 2020 par Jean Louis Boutin, Ostéo4pattes-Vetosteo

 Éditorial

Permettez-moi de vous citer trois auteurs que le confinement m’a fait lire ces jours-ci :

« Quand tout le monde vous ment en permanence, le résultat n’est pas que vous croyez ces mensonges, mais que plus personne ne croit plus rien. Un peuple qui ne peut plus rien croire ne peut se faire une opinion. Il est privé non seulement de sa capacité d’agir mais aussi de sa capacité de penser et de juger. Et avec un tel peuple vous pouvez faire ce qu’il vous plaît ». Hanna Arendt

« La génération présente se meurt du froid de l’âme, parce qu’il lui manque l’amour. Sans l’amour toute croyance s’éteint, et sans religion il n’y a pas d’ordre social possible. Dans un siècle d’angoisses comme le nôtre les hommes de désir sont facilement visionnaires, et à force d’interroger le passé ils devinent ou ils rêvent l’avenir. Celui qui écrit ces pages a-t-il deviné ou rêvé ? Tout ce qu’il sait, c’est que si sa tête, égarée un instant par un amour inexpérimenté des hommes, a pu le porter à des violences qu’il regrette... ». L’abbé Alphonse Constant (Éliphas Lévi), in "La Mère de Dieu", Paris 1844, p.7.

« Les hommes commencent à deviner que leur destin est de disparaître dans l’avenir comme ils ont disparu dans le passé. Et ils se demandent ce qu’ils font là  ». Jean d’Ormesson, Un jour je m’en irai, sans en avoir tout dit. (2013)

Ces réflexions m’ont amené à me renseigner un peu plus sur l’ensemble des communications que l’on nous propose au long des jours et des émissions TV. Il y a des fois où je suis resté confondu devant ce que l’on nous propose, sans parler des communications impressionnantes et antagonistes du gouvernement où, un jour, les masques ne servent à rien, puis plus tard, il est nécessaire de porter un masque, etc. Je n’ose relever l’ensemble des ces communications contradictoires qui me laissent tellement rêveur et qui ne m’ont point aidé à faire confiance....en quoi au fait ? à qui ?

Mais ce qui m’a le plus dérangé, c’est l’inexistence des ostéopathes dans cette pandémie - sans parler, là aussi, des communications contradictoires des différentes ASP. Il s’avère que l’Ostéopathie a été absente de cette pandémie, totalement absente : est-ce la peur de transmettre le virus ? ou de le recevoir et d’être malade ? Pour avoir pris position contre cette situation, la violence des réactions m’a étonné et je me suis attaché à publier de nombreux articles partagés pour faire évoluer les choses.

J’ai été également fort surpris - et je comprends fort bien les inquiétudes - de lire le nombre d’ostéopathes inquiets de ne pouvoir peut-être plus tenir financièrement... et demander s’ils toucheront les aides que le gouvernement offre aux entreprises et aux commerces.

Mon interrogation, alors que dans peu de jours, un début de déconfinement va arriver, reste la même :

Quand les ostéopathes français prendront-ils le taureau par les cornes et au lieu de demander des aides gouvernementales, aideront tous les patients qui souffrent actuellement ???Certains le font sans rien dire ni publier, d’autres le font dans les hôpitaux et aident les soignants eux-mêmes... les Ostéos du Cœur aussi...Mais quand donc la profession le fera-t-il ? Existe-t-il toujours une profession ?

Une fois de plus, devant l’état de pénurie de réponses des ASP, il en est certains qui ont réclamé de nouveau la création d’un ordre des ostéopathes, sans voir le danger de cette demande : l’exemple des différents ordres des professionnels de santé ne sert finalement à rien ! Que la mémoire est courte et que l’histoire est oubliée...

Enfin, j’ai été une fois de plus fort étonné que des ostéopathes prennent comme modèles, dans cette état de confinement, des professions de santé et notamment les kinésithérapeutes pour faire des propositions de ne point travailler et accomplir notre rôle qui est de soigner et d’aider les personnes à retrouver la santé ! Où se trouve l’imagination créatrice de l’Ostéopathie ?

Aussi je vous propose en ce début de mai de reprendre l’ensemble des ces articles ainsi que les diverses manifestations des ostéopathes pour rendre service...

Jean-Louis Boutin

 Articles sur le covid-19

QdM - Étude à l’appui, un collectif de médecins plaide pour la liberté de prescrire en ville l’hydroxychloroquine contre Covid-19

Le collectif #COVID19-laissons les médecins prescrire demandent, dans un rapport rendu public ce jeudi 30 avril, que l’on rétablisse la liberté de prescription de l’hydroxychloroquine des médecins de ville. Ils publient dans le même temps les résultats d’une étude rétrospective menée chez 88 personnes infectées par le SARS-CoV-2, principalement des médecins et leurs proches.

Lire l’article de Damien Coulomb (accès libre - 30 avril 2020) : https://www.lequotidiendumedecin.fr/specialites/infectiologie/etude-lappui-un-collectif-de-medecins-plaide-pour-la-liberte-de-prescrire-en-ville

Le Monde - StopCovid : qui est pour l’application de traçage, qui est contre et pourquoi

Le projet français d’application de « suivi de contact », pour lutter contre la pandémie de Covid-19 et faciliter le déconfinement, suscite de nombreux soutiens et critiques.
Le projet d’application pour smartphones StopCovid du gouvernement français, censée détecter et enregistrer les contacts rapprochés de ses utilisateurs afin de casser la chaîne de contamination du Covid-19, a suscité ces dernières semaines de nombreux débats et oppositions, à la fois dans les sphères politique, scientifique et médicale. Mardi 28 et mercredi 29 avril, le Parlement doit débattre du plan global de déconfinement présenté par le gouvernement, dont ce projet d’application fait partie.

Lire l’article de David Larousserie et Martin Untersinger (27 avril 2020) : StopCovid : qui est pour l’application de traçage, qui est contre et pourquoi

Le traçage anonyme, dangereux oxymore – Analyse de risques à destination des non-spécialistes

Dans le but affiché de ralentir la progression de l’épidémie COVID-19, la France envisage de mettre en place un système de traçage des contacts des malades à l’aide d’une application mobile. Les concepteurs de ce type d’applications assurent qu’elles sont respectueuses de la vie privée. Cependant cette notion reste vague. Nous souhaitons donc contribuer au débat public en apportant un éclairage sur ce que pourrait et ne pourrait pas garantir une application de traçage, afin que chacun puisse se forger une opinion sur l’opportunité de son déploiement.

Lire l’article sur le Club des juristes (27 avril 2020) Le traçage anonyme, dangereux oxymore – Analyse de risques à destination des non-spécialistes

Les Échos - StopCovid : le gouvernement passe en force et supprime le débat à l’Assemblée

En intégrant le débat sur le projet d’application StopCovid à celui, général, sur le déconfinement, l’exécutif est accusé de passer en force. Une situation dénoncée à gauche comme au sein même de la majorité, où les réticences contre cette application sont fortes.
Oubliés, le débat et le vote à l’Assemblée nationale et au Sénat uniquement dédiés au projet d’application StopCovid . La volonté du gouvernement de présenter dès mardi le plan global de déconfinement lui permet de passer à la trappe ces étapes qui s’annonçaient sous haute tension au sein de la majorité. Sans oublier une gauche vent debout contre ce projet et une droite elle aussi très divisée sur la question.

Lire l’article des Échos (26 avril 2020) : StopCovid : le gouvernement passe en force et supprime le débat à l’Assemblée

Mise en garde contre les applications de traçage

Ce document comprend deux parties, avec, pour chacune d’entre elles, sa liste de signataires. La première partie est un texte écrit et signé par des spécialistes du domaine. La seconde partie est un texte court qui mentionne le soutien apporté à ce texte par des informaticiennes et informaticiens qui ont de l’intérêt pour les domaines de la cryptologie et de la sécurité informatique, sans s’en sentir spécialistes. Il est suivi par la liste de ses signataires.

Lire l’article (26 avril 2020) : Mise en garde contre les applications de traçage

Le traçage anonyme, dangereux oxymore

Analyse de risques à destination des non-spécialistes
Le traçage automatisé des contacts à l’aide d’une application sur smartphone comporte de nombreux risques, indépendamment des détails de fonctionnement de cette application. Nous sommes spécialistes en cryptographie, sécurité ou droit des technologies. Notre expertise réside notamment dans notre capacité à anticiper les multiples abus, détournements et autres comportements malveillants qui pourraient émerger. Nous proposons une analyse des risques d’une telle application, fondée sur l’étude de scénarios concrets, à destination de non-spécialistes.

Lire l’article : https://risques-tracage.fr/

Publication de l’avis de la CNIL sur le projet d’application mobile « StopCovid »

Dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire lié à l’épidémie de COVID-19, et plus particulièrement de la stratégie globale de « déconfinement », la CNIL a été saisie d’une demande d’avis par le secrétaire d’État chargé du numérique. Celle-ci concerne l’éventuelle mise en œuvre de « StopCovid » : une application de suivi de contacts dont le téléchargement et l’utilisation reposeraient sur une démarche volontaire. Les membres du collège de la CNIL se sont prononcés le 24 avril 2020.
Dans le contexte exceptionnel de gestion de crise, la CNIL estime le dispositif conforme au Règlement général sur la protection des données (RGPD) si certaines conditions sont respectées. Elle relève qu’un certain nombre de garanties sont apportées par le projet du gouvernement, notamment l’utilisation de pseudonymes.

Lire l’avis de la CNIL (26 avril 2020) : Avis de la CNIL sur le projet d’application mobile « StopCovid »

Libération - Pour faire la guerre au virus, armons numériquement les enquêteurs sanitaires

Pourquoi se focaliser sur une application qu’il faudra discuter à l’Assemblée nationale et qui risque de ne jamais voir le jour, alors que nous devrions déjà nous concentrer sur la constitution et l’outillage numérique d’une véritable armée d’enquêteurs en épidémiologie ?

Lire l’article de Libération (26 avril 2020) : Pour faire la guerre au virus, armons numériquement les enquêteurs sanitaires

Nos arguments pour rejeter StopCovid

L’application StopCovid serait inutile, dangereuse pour nos libertés et pourrait même aggraver la situation sanitaire. L’administration et le Parlement doivent cesser d’investir toute ressource humaine ou économique dans ce projet vain et dangereux. L’urgence est partout ailleurs.

Lire l’article (14 avril 2020) : Nos arguments pour rejeter StopCovid

The Atlantic - La vraie raison de porter un masque

Une grande partie de la confusion autour des masques provient de la fusion de deux utilisations très différentes.
Si vous ne savez pas si les gens devraient porter des masques et pourquoi et de quel type, vous n’êtes pas seul. COVID-19 est une nouvelle maladie et nous en apprenons de nouveau chaque jour. Cependant, une grande partie de la confusion autour des masques provient de la fusion de deux fonctions très différentes des masques.
Des masques peuvent être portés pour protéger le porteur contre l’infection ou des masques peuvent être portés pour protéger les autres contre l’infection par le porteur. Protéger le porteur est difficile : il nécessite des masques respiratoires de qualité médicale, un ajustement approprié, et un enfilage et un retrait prudents. Mais les masques peuvent également être portés pour empêcher la transmission à d’autres, et c’est leur utilisation la plus importante pour la société. Si nous réduisons la probabilité qu’une personne en infecte une autre, l’impact est exponentiel, donc même une petite réduction de ces chances se traduit par une énorme diminution des décès. (Traduction : Google).

Titre original : The Real Reason to Wear a MaskAuteurs
Auteurs : Zeynep Tufekci, Jeremy Howard, Trisha Greenhalgh

Lire l’article (April 22, 2020) : The Real Reason to Wear a MaskAuteurs

L’Obs - Le cofondateur de Qwant et un hackeur dénoncent le « n’importe quoi » de l’appli « StopCovid »

« Il n’y a aucune chance pour que cette application soit d’une quelconque efficacité » assènent Eric Léandri, cofondateur et ancien président de Qwant, et le hackeur Baptiste Robert. L’application de « contact tracing » que prépare le gouvernement pour lutter contre la pandémie de Covid-19 est, selon eux, un projet coûteux, inutile et dangereux. Démonstration.

Lire l’articledu Nouvel Observateur (16 avril 2020) : Le cofondateur de Qwant et un hackeur dénoncent le « n’importe quoi » de l’appli « StopCovid »

et pour finir : Ligue de défenses des conducteurs

Le ministère de l’Intérieur recrute… des drones ! Selon l’hebdomadaire Auto Plus (n° 1651, actuellement en vente), la place Beauvau vient en effet de publier un appel d’offre afin d’acquérir 650 engins volants. Testée depuis l’an dernier pour des contrôles routiers, cette technologie venue du ciel semble donc donner toute satisfaction aux forces de l’ordre. Le cahier des charges, vicieux, stipule que les futurs drones devront faire preuve d’une "discrétion visuelle et sonore à une hauteur de vol de 100 m", cite Auto Plus. S’il y en a encore parmi vous qui se posaient des questions sur la mission de sécurité routière telle que l’entend le gouvernement actuel, disons que l’on peut la résumer à deux piliers : piège et répression.

https://www.facebook.com/LigueDeDefenseDesConducteurs

 Libres opinions

Éric Lenoir - Ce qu’on cache de la Vie

Il y a quelques jours, j’ai eu la chance d’être témoin d’une scène de prédation, dans sa toute spontanée cruauté. Un épervier avait capturé au vol un pic épeiche, qui poussait de puissants cris de peur -et peut-être de douleur, bien que j’en doute- tandis que son bourreau l’avait bloqué au sol, lui-même un peu surpris de ne pas avoir commotionné l’animal en le heurtant à pleine vitesse (les pics ne peuvent pas être assommés car ils ont le cerveau sur suspension). Mon arrivée inopportune finit par le déstabiliser tout à fait, et il lui fallut un certain temps pour décider ce qui allait devoir être de ses priorités la plus urgente. Je revivais presque avec exactitude une scène vue deux ans plus tôt avec les deux modèles supérieurs, quand un grand autour des palombes avait attrapé un pic vert dans mon jardin, les mêmes causes produisant les mêmes effets et la même absence d’effets.

Lire sur sa page Facebouk au 3 mai 2020 : Éric Lenoir - Ce qu’on cache de la Vie

Le Club des Juristes - Maurice Lévy : « La seule façon de combattre : communiquer avec Vérité »

Maurice Lévy, président du Conseil de surveillance de Publicis, figure incontournable du monde économique et grand partisan des technologies numériques, a accepté d’apporter au Club des juristes son éclairage sur cette crise sans précédent. Et sa vision de l’après.
Extrait
« Quand un État a goûté à la connaissance des faits, bien répertoriés, qu’il a classé les individus, et qu’il a un outil qui permet de lutter efficacement contre la maladie aujourd’hui, demain la délinquance ou le terrorisme, après-demain contre les idées, on sera vite entré dans une société totalitaire. Alors prudence…. »

Lire l’interview du Club des Juristes : Maurice Lévy : « La seule façon de combattre : communiquer avec Vérité »

Traçage des données mobiles : ne sacrifions pas la protection de nos données sur l’autel de la crise sanitaire

Alors que nous traversons la plus grave crise sanitaire de l’histoire moderne, il nous appartient collectivement de veiller à ne pas porter une atteinte irréversible à nos libertés fondamentales et individuelles.
Dans le but de cartographier la propagation du virus et identifier les personnes à risque, de nombreux projets de surveillance des personnes sont désormais à l’étude. Ils reposent principalement sur des techniques de traçage des téléphones portables par géolocalisation ou utilisation de la technologie bluetooth (« contact tracing »).
Sans méconnaitre l’intérêt possible (mais pas toujours certain) de l’utilisation de ces technologies pour endiguer l’épidémie durant la phase de déconfinement, ces initiatives doivent impérativement s’accompagner d’une réflexion attentive sur les enjeux induits en termes de protection de la vie privée.

Lire l’article du Club des juristes (22 avril 2020) : Traçage des données mobiles : ne sacrifions pas la protection de nos données sur l’autel de la crise sanitaire

LaLibre.be - De quoi la médiocrité de notre politique est-elle le nom ?

Une opinion de Jean-Sébastien Philippart, philosophe.
L’impréparation, le bricolage ou l’improvisation de nos dirigeants ne sont pas les effets d’une conjoncture, mais ceux d’un imaginaire doctrinal qui réduit la pratique politique à des platitudes asphyxiantes.
Devant l’absence d’anticipation et les manquements grossiers de l’État, il ne suffit pas d’affirmer que le passé est passé. Car le passé ne passe pas et penser à l’avenir n’a de sens que si nous diagnostiquons les causes structurellement à l’œuvre.

Lire la réflexion sur La Libre.be (22/04/2020) : De quoi la médiocrité de notre politique est-elle le nom ?

La désillusion d’une start-up de l’économie circulaire - Annonce d’arrêt d’activité et bilan - La Boucle Verte

En ce début février 2020, nous avons fait le choix de cesser définitivement notre activité d’économie circulaire portant sur la collecte innovante d’emballages. Après plus de 3 ans, nous n’avons pas su rendre notre entreprise pérenne et surtout, nous avons perdu beaucoup d’intérêt pour notre projet.
L’objet de cet article est de vous faire part des raisons de notre échec mais aussi de nos désillusions. Par ce retour d’expérience critique, nous souhaitons expliquer en quoi nous nous sommes trompés et éviter à de jeunes porteurs de projets de reproduire les mêmes erreurs que nous, tant sur le plan entrepreneurial qu’environnemental. Nous souhaitons également faire part au grand public des conclusions que nous avons tirées quant à la durabilité de notre modèle de société, notamment en ce qui concerne le recyclage et l’idée de croissance verte. Enfin, nous vous donnerons notre vision actualisée de ce que devrait être un avenir souhaitable et du changement de mentalité que cela implique pour y parvenir de bon cœur.

Lire l’article : La désillusion d’une start-up de l’économie circulaire

 Présence des Ostéopathes

Belgique : Les ostéopathes reprennent du service pour les patients aux douleurs invalidantes et les personnels de santé

Les personnes souffrant de douleurs aiguës et les empêchant de fonctionner normalement vont pouvoir faire appel à un ostéopathes. De même que le personnel soignant.
Les personnes souffrant du dos ou d’autres maux handicapants dans leur vie de tous les jours essayent de se soigner tant bien que mal depuis quelques semaines. l’Union Professionnelle des Ostéopathes de Belgique avait en effet conseillé à ses membres de fermer leur cabinet, seuls des traitement urgents de patients asymptomatiques du covid-19, travaillant dans des secteurs vitaux des soins de santé, dans la filière alimentaire, la logistique, etc. pouvaient encore être envisagés.

Lire l’article (24-04-2020) : Les ostéopathes reprennent du service pour les patients aux douleurs invalidantes et les personnels de santé

Coronavirus en Belgique : les ostéopathes invitent les patients à ne pas reporter leurs soins

Les unions professionnelles d’ostéopathes (Osteopathie.be, UBO, UKO) appellent mercredi les patients à ne pas reporter les soins urgents sous peine de voir leur état s’aggraver. Les ostéopathes, qui ont pu s’équiper du matériel de protection nécessaire à l’exercice de leurs activités par leurs propres moyens, constatent par ailleurs une augmentation des demandes de rendez-vous de la part du personnel hospitalier.

Lire l’article de RTB.be (22 avril 2020) : Coronavirus en Belgique : les ostéopathes invitent les patients à ne pas reporter leurs soins

Aux ostéos volontaires, il y a de quoi faire !

Des ostéopathes bordelais interviennent bénévolement auprès des soignants en EHPAD, au Foyer Jenny Lépreux.. ... en respectant à la lettre les consignes sanitaires.

« A l’initiative de Clemence Lavaud Clémence Lavaud, ancienne directrice d’EHPAD et formatrice, nous avons pu mettre en place des consultations régulières. Des ostéopathes bordelais interviennent bénévolement auprès des soignants en EHPAD, ... en respectant à la lettre les consignes sanitaires. L’ostéopathie a un rôle pour renforcer le système immunitaire et aider les organismes à se débarrasser de la fatigue, des tensions nerveuses et émotionnelles. La santé, le mieux- être, la joie sont contagieuses .... » ,

Lire le post de Vincent Nicod  : Aux ostéos volontaires, il y a de quoi faire !

RTL.fr - Coronavirus et confinement : les kinés et ostéopathes sont-ils ouverts ?

Mal de dos, problème de rééducation du genou, ou cas encore plus exceptionnels... Vers qui se tourner en période de confinement ?
Depuis le début du confinement, la quasi-totalité des ostéopathes ont fermé. Non pas car ils y étaient obligés par un décret ou un arrêté, mais parce qu’ils n’avaient pas d’équipements pour se protéger. Ils ne sont pas considérés comme des professionnels de santé, donc ils ne peuvent pas aller chercher de masques à la pharmacie.
Mais si vous avez très mal au dos, que vous êtes bloqué, vous pouvez appeler votre ostéopathe. Il vous posera quelques questions et, en fonction, il pourra vous donner gratuitement des conseils de posture, des petits exercices. Si c’est une urgence extrême parce que vous êtes infirmière par exemple, il pourra vous recevoir, à condition qu’il ait un masque et une blouse. Et dans des cas encore plus exceptionnels, il viendra à domicile.

Lire l’article de Sophie Aurenche (21 avril 2020) : Coronavirus et confinement : les kinés et ostéopathes sont-ils ouverts ?

 ASP, covid-19 et déconfinement

COME - Covid-19 – Guide de conseils d’hygiène pour des cabinets d’ostéopathie

Auteurs : Paul Vaucher, Roy Macdonald, Florian Schira et Richard Collomb

Introduction
À travers le monde, les mesures de distanciation sociale ont été allégées. L’activité clinique « normale » peut donc reprendre pour
une part des professionnels de santé. Les risques de propagation du covid-19 restent cependant présents. Pour éviter une nouvelle période de confinement plus stricte, la reprise s’accompagne donc de mesures d’hygiène plus importantes que d’habitude.
Ce document a un but d’assistance pour guider et faciliter la reprise d’une activité clinique. Il fournit une liste de propositions, suggestions et réflexions sur les mesures d’hygiène envisageables pour les cabinets de pratique. Ce guide est donc un complément aux indications et recommandations officielles et ne les substitue pas.
Il est de la responsabilité de chacun de veiller à respecter les dispositions légales en vigueurs.
Pour utiliser ce guide de manière optimale, il est important de commencer par observer et analyser ce qu’il se passe habituellement dans
votre cabinet. Ensuite, vous pouvez évaluer les risques, cibler les priorités et utiliser ce guide pour trouver des solutions adaptées. La pertinence et la faisabilité des propositions sont les éléments clefs pour assurer le succès de leur implémentation. Les mesures prises peuvent être spécifiques aux conditions de travail de votre cabinet, à la situation épidémique de votre région et au profil de vos patients. Par soucis de professionnalisme et de respect des valeurs éthiques défendues par notre profession, les
décisions prisent devraient mettre en priorité la sécurité des patients, du personnel et de la population.

Lire ou télécharger le document (format pdf) : https://drive.switch.ch/index.php/s/iN8aYObngXUZN92

Ostéopathes de France - COVID-19 :Mesures particulières pour préparer votre consultation

La situation en lien avec l’épidémie du Covid-19 nous demande la mise en place de mesures particulières pournous permettre de vous accueillir au sein de nos cabinets d’ostéopathie. Ces mesures nécessitent uneparticipation de votre part. En parallèle, votre praticien s’engage également à mettre en œuvre toutes lesmesures d’hygiène nécessaires à votre prise en charge dans des conditions sanitaires optimales.

Lire ou télécharger le document (format pdf) : https://osteofrance.com/assets/pdf/covid-19_Mesures_patients.pdf

Voir également la Newsletter du 27 avril 2020 : Ostéopathes de France - Newsletter du 27 avril 2020

UPO - Recommandations de bonnes pratiques pour la continuité des soins ostéopathiques en cabinet libérauxen stade 3 épidémique du COVID-19

Le monde fait face à la pandémie du COVID-19, maladie pour laquelle n’existent encore ni vaccination ni immunité collective.Le 14 mars 2020, la France a atteint le stade 3 de cette épidémie, au cours de laquelle le virus circule activement sur le territoire.Le confinement imposé en France le 17 mars 2020 a pour objectif de ralentir la vitesse de propagation du virus afin d ?éviter un risque de saturation du système sanitaire par les personnes infectées, notamment celles qui nécessitent un séjour en service de réanimation (4 % des personnes infectées selon l ?OMS).Cependant et malgré le déconfinement attendu pour le 11 mai, la société s’apprête à vivre dans un contexte épidémique persistant pour un temps indéfini, au moins plusieurs mois, peut-être plusieurs années.

Lire ou télécherger les recommandations de l’UPO (format pdf) : http://www.upo-federation-osteopathie.fr/wp-content/uploads/2020/04/RBP-Covid-19-V1.02.pdf

Voir également  : http://www.upo-federation-osteopathie.fr/2020/05/04/covid-19-lunite-pour-losteopathie-actualise-ses-recommandations-de-bonnes-pratiques/

 La Revue de l’Ostéopathie

Efficacité du traitement ostéopathique dans la prise en charge de la plagiocéphalie postérieure d’origine positionnelle du nourrisson

Auteurs : Gianni Marangelli, Julia Adouard, Bruno Josse, Jean Ducourneau, Anna-Sophie Chastagner et Capucine Messien
La Revue de l’Ostéopathie. 2020 ;25:5-16.

Résumé
Introduction : La plagiocéphalie postérieure d’origine positionnelle (PPOP) est une déformation du crâne des nourrissons. Une augmentation du nombre de cas a été observée depuis 1992 et les consignes de couchage sur le dos. Plusieurs facteurs se combinent en général, menant à un manque de mobilité du nourrisson à différents niveaux, entraînant la déformation crânienne. Des études montrent que cette déformation peut être associée à des troubles dans plusieurs domaines. Ainsi, l’objectif de cette étude est d’évaluer l’efficacité de l’ostéopathie sur le degré de sévérité de la PPOP.
Méthodes : 100 nourrissons ont été recrutés dans un cabinet d’ostéopathie à Lyon. Tous les nourrissons ont suivi le même protocole d’étude, mais pas le même traitement, qui était adapté à chacun. Trois consultations ont eu lieu à 15 jours d’intervalle, sur une période de 30 jours. À chaque consultation, une prise de mesure de la forme du crâne a été effectuée, à l’aide du craniomètre Mimos®.
Résultats : La moyenne de sévérité à J0 était de 10,1 mm. À J30 la moyenne était de 6,0 mm, soit une diminution cliniquement et statistiquement significative (p < 0,001). Sur les 100 nourrissons, 98 ont eu une diminution de leur déformation, et deux nourrissons ont stagné.
Conclusion : Le traitement ostéopathique n’a pas été standardisé, car chaque plagiocéphalie est différente puisque chaque nourrisson est unique. Cette étude suggère que l’ostéopathie semble efficace dans la diminution de l’asymétrie crânienne des nourrissons atteints de PPOP. D’autres études avec notamment un groupe témoin devraient être effectuées afin de comparer nos résultats par rapport à l’évolution spontanée de la plagiocéphalie.
Mots-clés : Nourrisson, Ostéopathie, Plagiocéphalie positionnelle,

Lire l’article : https://www.larevuedelosteopathie.com/articles/130

Effets d’une prise en charge ostéopathique sur la douleur : étude clinique sur l’évolution de l’EVN sur 194 patients

Auteurs : Sophie Longuet, Pol Le Borgne, Philippe Mas, David Dessauge
La Revue de l’Ostéopathie. 2020 ;25:17-24.

Résumé
Objectif : L’objectif est d’étudier l’effet de la pratique ostéopathique sur la diminution de la douleur, non seulement d’une manière globale, mais également en fonction des caractéristiques individuelles du patient et des caractéristiques du trouble fonctionnel.
Méthodes : 194 patients présentant des caractéristiques variées (âge, genre, activité professionnelle, motif de consultation, origine et ancienneté de la douleur, type de prise en charge, type d’enraidissement musculaire) ont évalué leur douleur sur l’Echelle Visuelle Numérique (EVN) avant et après une prise en charge ostéopathique.
Résultats : Les résultats montrent que la pratique ostéopathique permet une diminution globale de la douleur (p < 0,001). Cette diminution est plus fortement marquée chez l’homme que chez la femme (p = 0,01) et lors d’une manipulation par rapport aux autres prises en charge (p = 0,03).
Conclusion : Si d’autres caractéristiques, comme l’ancienneté de la douleur, semblent également avoir une influence sur la diminution de la douleur lors d’une prise en charge ostéopathique, les effets pourraient être plus marqués à moyen et long terme, en étant renforcés notamment par une prise en charge pluridisciplinaire.
Mots-clés : Caractéristiques de la population, Douleur, Humains, Manipulation vertébrale, Mesure de la douleur

Lire l’article : https://www.larevuedelosteopathie.com/articles/131

 Articles

PMC - Stratégie de gestion individuelle des risques et options thérapeutiques potentielles pour la pandémie de COVID-19

Auteurs : Amin Gasmi, Sadaf Noor, Torsak Tippairote, Maryam Dadar, Alain Menzel, et Geir Bjørklund
Titre original : Individual risk management strategy and potential therapeutic options for the COVID-19 pandemic
Immunologie clinique (Orlando, Floride) - 7 avril 2020 : 108409. - doi : 10.1016 / j.clim.2020.108409

Résumé
C’est un fait affreux qu’une partie importante de la population mondiale contractera une infection par le SRAS-CoV avec la propagation actuelle. Bien qu’un traitement spécifique ne soit pas encore disponible bientôt, les stratégies individuelles d’évaluation et de gestion des risques sont cruciales. Les mesures individuelles de prévention et de protection augmentent le risque personnel de contracter la maladie. Parmi les hôtes contractés par le virus, leur statut métabolique différent, déterminé par leur régime alimentaire, leur nutrition, leur âge, leur sexe, leurs conditions médicales, leur mode de vie et des facteurs environnementaux, régit le destin personnel face à la gravité clinique différente de COVID-19, de asymptomatique, légère , modéré, à mort. L’évaluation individuelle minutieuse des risques alimentaires, nutritionnels, médicaux, de style de vie et environnementaux possibles, ainsi que les stratégies de gestion des risques appropriées,
Mots - clés : COVID-19, SRAS-CoV-II, alimentation, nutrition, mode de vie, tabagisme, herbes, médicaments antiviraux

Lire l’article en accès libre : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7139252/

JMMT - L’évaluation est un traitement pour les lombalgies

Les auteurs : Adriaan Louw, Steve Goldrick, Andrew Bernstetter, Leonard H. Van Gelder, Aaron Parr, Kory Zimney
Titre original : Evaluation is treatment for low back pain
Journal of Manual & Manipulative Therapy - 24 fév 2020 - DOI : https://doi.org/10.1080/10669817.2020.1730056

Résumé
Objectif : étudier l’effet du processus d’examen (prise d’antécédents et examen physique) sur la douleur et la fonction.
Méthodes : Un essai de cohorte d’observation de patients se présentant pour la première fois dans des cliniques de physiothérapie ambulatoires avec des douleurs lombaires (n = 34, 57,7 ± 18,7 ans, 53% de femmes). Un enquêteur en aveugle a mesuré les participants avant le début de l’évaluation initiale et après chaque composante de l’évaluation (prise d’antécédents et examen physique). Un autre kinésithérapeute a effectué une anamnèse et un examen physique normaux au fur et à mesure que le cas du patient se présentait. La principale mesure des résultats était l’échelle numérique de cotation de la douleur (NPRS) pour le bas du dos et les jambes. Les résultats secondaires et le temps passé pendant le processus d’examen et le lien entre le TP et le patient ont également été mesurés comme facteurs de confusion potentiels.
Résultats : Les participants ont montré une réduction significative de la douleur grâce à la simple prise d’antécédents et à l’examen physique pour le dos avec une réduction de 1,23 sur l’échelle numérique de la douleur et pour la jambe une réduction de 0,95 sur l’échelle numérique de la douleur. La réduction la plus significative se produit après la prise d’antécédents.
Discussion : Le processus d’évaluation a produit des effets thérapeutiques faibles, mais significatifs, liés à la douleur, à l’évitement de la peur, à la catastrophe douleur et aux mesures fonctionnelles de la mobilité et de la sensibilité. Le rapport du thérapeute sur le lien avec le patient n’a pas modifié le résultat pour le patient.
Mots-clés : Examen physique, prise d’antécédents médicaux, thérapie physique, douleur musculo-squelettique

Lire le résumé (article en anglais - accès payant) : https://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/10669817.2020.1730056

JMMT - Événements indésirables thoraciques consécutifs à une thérapie de manipulation vertébrale : revue systématique et synthèse narrative

Auteurs : Nicola R. Heneghan, Ciprian Pup, Konstantinos Koulidis et Alison Rushton
Titre original : Thoracic adverse events following spinal manipulative therapy : a systematic review and narrative synthesis
Journal of Manual & Manipulative Therapy - 09 Mars 2020 - DOI : https://doi.org/10.1080/10669817.2020.1725277

Résumé
Objectifs : La thérapie manuelle de la colonne vertébrale (TMS) est largement utilisée par les thérapeutes manuels pour gérer les les problèmes de la colonne vertébrale. Malgré la sécurité relative perçue de la TMS, des cas d’événements indésirables (EI) graves au niveau du thorax ont été documentés. Une synthèse des preuves est nécessaire pour comprendre la nature, la gravité et les caractéristiques des EI thoraciques après toute MTS. Le principal objectif de cette étude était de signaler les EI thoraciques après MTS et ensuite de signaler les caractéristiques des patients afin d’éclairer les recherches futures pour une pratique sûre.
Méthodes : Une revue systématique et une synthèse des données ont été réalisées selon un protocole enregistré (PROSPERO CRD42019123140). Une stratégie de recherche thématique pour les bases de données clés, la littérature grise et les registres ont utilisé des termes et des mots clés de population étudiée pour effectuer une recherche jusqu’au 12/06/19. Deux examinateurs ont été impliqués à chaque étape. En utilisant le Centre d’Oxford pour la médecine factuelle (Oxford Center for Evidence-based Medicine - CEBM), le niveau de preuve a été évalué avec une note présentée pour chaque EI. Les résultats ont été présentés dans le contexte de la qualité globale.
Résultats : Les résultats ont été présentés dans le contexte de la qualité globale : Sur les 1013 études identifiées à partir de recherches, 19 études (15 études de cas uniques et 4 séries de cas) ont fait état de 21 EI thoraciques uniques concernant les tissus de la moelle épinière [non vasculaire (n = 7), vasculaire (n = 6)], pneumothorax ou hémothorax (n = 3), fracture (n = 3), rupture œsophagienne (n = 1), rupture de l’aorte thoracique (n = 1), section partielle du pancréas (n = 1)]. Les résultats signalés comprennent un rétablissement complet (n = 8), un déficit neurologique permanent (n = 5) et le décès (n = 4).
Conclusion : Bien que la causalité ne puisse pas être confirmée, des cae d’EI thoraciques graves incluant un déficit neurologique permanent et des décès ont été rapportés après TMS. Les résultats soulignent l’importance du raisonnement clinique, y compris l’examen pré-poussé, dans le cadre des meilleures pratiques et sûres en matière de TMS.
Mots-clés : Thérapie manuelle de la colonne vertébrale, thoracique, événements indésirables, examen systématique

Lire l’article (en anglais - accès payant) : https://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/10669817.2020.1725277

Association entre le comportement physique mesuré objectivement et les douleurs au cou et / ou au bas du dos : une revue systématique

Auteurs : Cecilie K. Øverås Morten Villumsen Iben Axén Miriam Cabrita Charlotte Leboeuf ‐ Yde Jan Hartvigsen Paul J. Mork
Titre original : Association between objectively measured physical behaviour and neck‐ and/or low back pain : A systematic review

Contexte et objectif : Les directives cliniques recommandent l’activité physique pour gérer les douleurs au cou (NP) et les lombalgies (LBP). Cependant, les études utilisées pour appuyer ces lignes directrices sont basées sur des auto-déclarations de comportement physique, qui sont sujettes à des biais et à une mauvaise classification. Cette revue systématique visait à étudier les associations entre un comportement physique mesuré objectivement et le risque ou le pronostic de NP et / ou de LBP.
Bases de données et traitement des données : Des recherches documentaires ont été effectuées dans MEDLINE, Embase et Scopus depuis leur création jusqu’au 18 janvier 2019. Nous avons considéré les études de cohorte prospectives pour l’admissibilité. La sélection des articles, l’extraction des données et l’évaluation critique ont été effectuées par des examinateurs indépendants. Les résultats ont été stratifiés par activité / sédentarité.
Résultats : Dix articles sur 897 enregistrements uniques identifiés répondaient aux critères d’inclusion, dont huit ont étudié les populations de travail avec principalement des cols bleus. Les résultats globaux indiquent que l’augmentation du temps assis au travail réduit le risque de NP et de lombalgie tandis qu’une activité physique accrue pendant le travail et / ou les loisirs augmente le risque de ces conditions chez les cols bleus ; cependant, les associations étaient faibles. L’activité physique n’était pas associée au pronostic de la lombalgie (aucune étude n’a étudié le pronostic de la NP). La plupart des articles inclus présentent des lacunes méthodologiques.
Conclusions : Cet examen indique que, chez les cols bleus, une augmentation de la position assise au travail peut protéger contre le NP et la lombalgie, tandis qu’une augmentation de l’activité physique pendant le travail et / ou les loisirs peut augmenter ce risque. Il n’y avait aucune preuve soutenant l’activité physique comme facteur pronostique de la lombalgie. Les résultats doivent être interprétés avec prudence en raison des associations faibles et du peu d’études disponibles présentant des lacunes méthodologiques.
Importance : Basée sur des études de cohorte prospectives avec un comportement physique mesuré objectivement, cette revue remet en question la notion courante selon laquelle l’augmentation de l’activité physique est associée à un risque réduit ou à un meilleur pronostic de NP et / ou de LBP. Nous avons constaté que, chez les cols bleus, l’augmentation du temps assis au travail réduit le risque de NP et de LBP, tandis que l’activité physique augmente quelque peu le risque. Malgré les lacunes méthodologiques, il y avait une cohérence dans la direction des résultats, bien que les articles de haute qualité signalent les associations les plus faibles.
Enregistrement de la revue systématique : PROSPERO CRD42018100765 (traduction Google)

Lire l’étude (accès libre - 20 février 2020) : https://onlinelibrary.wiley.com/doi/full/10.1002/ejp.1551

Merci à Jerry Draper-Rodi et Recherche & Pratique d’avoir signalé cette étude

 Collectif ostéopathes

Dans la continuité de cette magnifique dynamique et pour que notre groupe Facebook puisse représenter la voix des ostéopathes DO en France, nous pensons que plusieurs têtes pensantes valent mieux qu’une ! Nous vous proposons donc la mise en place d’un système associatif trop peu utilisé et donc méconnu en France : l’association collégiale.

Le projet de ce rassemblement est de mettre en avant TOUS ses membres, de travailler autour des thèmes qui VOUS importent. Pas de bureau, pas de président, juste des membres actifs et acteurs.

L’association pourrait ainsi être un intermédiaire novateur pour :

- Interroger les ostéopathes sur leurs besoins, leurs envies, leur avenir.

- Créer des groupes de réflexion autour des sujets qui vous concernent de près en tant qu’ostéopathe (notre titre, notre formation, notre retraite ... )

- Développer des outils spécifiques par le biais de notre site, dédiés entre autre, à vos groupes pour pouvoir travailler, partager, débattre et soumettre vos propositions à tous les adhérents.

- Mettre en place un système de vote par consensus systémique des membres pour chaque proposition.

- Laisser libre d’accès la visibilité de l’intégralité des comptes de l’association.

- Esquisser un rapprochement entre les différentes associations déjà en place et représentatives afin de travailler ensemble pour l’union de la profession

C’est bien un projet authentique et original, que nous vous soumettons pour faire évoluer le paysage du rassemblement ostéopathique.

Site du Collectif : https://collectif-osteopathes.fr/


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Visiteurs : 1161578

Suivre la vie du site fr 

Site réalisé avec SPIP 3.2.7 + AHUNTSIC