L’Ostéo4pattes - Site de l’Ostéopathie

Poster un message

En réponse à :

Lettre d’amour à l’Ostéopathie

vendredi 22 novembre 2019 par Alain Andrieux, Max Girardin

Lettre ouverte à la SOO et à la profession

Le blog Les Enfants de Still a publié récemment un lettre ouverte de Max Girardin adressée à la Société des Ostéopathes de l’Ouest (SOO) et à la profession.
Nous avons demandé aux Enfants de Still l’autorisation de reproduire cette lettre ouverte. Ces derniers nous ont autorisé à la publier en accord avec notre confrère, Max Girardin.

Mon ostéopathie chérie,
Je t’écris cette lettre avec tout l’amour que je te porte du fond du cœur.
Cette lettre est pour toi et tes enfants.

Ma chérie, le moment est remarquable et important,
Tu es prête à t’envoler du nid et à réaliser ta position dans le grand monde extérieur,
Tu penses dans cette phase de ton existence, comme beaucoup dans ton cas, comme l’exprimait si bien Jean Gabin dans la chanson :

« Je sais, je sais, je sais,
C’était le début, c’était le printemps …
Mais quand j’ai eu mes 18 ans j’ai dit, JE SAIS, ça y est cette fois je sais.
Vers 25 ans, je savais tout : l’amour les roses, la vie, les sous…Tiens oui l’amour ! J’en avais fait tout le tour… »

Il est important ma chérie, d’avoir confiance en tes racines et ta forme, en somme en qui tu es, et cela depuis ta naissance.
Ton fond est magnifique, et le grand monde extérieur, la reconnaissance sociale va tout faire pour te transformer, pour te dévoyer, te remodeler à sa façon.
Mais sache que peu importe ce qu’ils te racontent, ou voudront que tu fasses, il y aura toujours ton fond, ton histoire de jeunesse sous laquelle tu as pris FORME, les principes de la nature et de ta nature qui seront là pour te guider.

Sache que ce fond, qui est ton histoire, est aussi vieux que l’histoire de cette planète, et de la vie sur elle.
Les modes, styles et autres engouements vont certainement changer ton aspect extérieur… mais l’habit ne fait pas le moine.

Ton essence est.
Elle est invariable, car elle est : les principes de la nature.
Sache t’y ressourcer dans les moments difficiles, les moments dangereux.
Les moments de doute, les moments ou ta philosophie est le seul rempart, restant pour faire ton « last stand » comme le disent nos cousins Anglophones.
Ou comme le disait déjà ton géniteur :

Never surrender, but die in the last ditch.
This is a war not for conquest, popularity, or power.
It is an aggressive campaign for love, truth, and humanity”.

Osteopathy is found in nature, Osteopathy is founded on nature, Osteopathy is nature….”

Sache que depuis ta tendre enfance, il y a eu maints essais de te dévoyer,
Et que tes plus grands ennemis, tes dévoyeurs systémiques, ont été, et seront souvent ceux qui se disent être tes amis et tes défenseurs, ceux qui vont te donner ta place (structure) dans la société.

Une de tes essences, des principes fondamentaux sous lesquelles tu as pris forme est :

« La fonction crée la structure, et la structure (quand elle a pris forme) dirige la fonction. »

Ce qui signifie qu’en voulant te figer dans ta place structurée dans la société, ceux là vont automatiquement diriger ta fonction… ton essence…mais sans faire l’effort de comprendre vraiment ton essence, tes principes, ta philosophie profonde.
Ainsi ils te redéfiniront, ajusteront tes principes et essayeront d’accommoder ton essence, aux nécessités de la structure qu’ils créent de toutes pièces sous ton nom.
Les symptômes sont déjà visibles, mais ils touchent de plus en plus de tes amis, de tes défenseurs fougueux.
Ceux qui sont aveuglés par ce qu’ils sont ou ont déjà oubliés ton essence dans leur fougue avec les meilleures des intentions…
La structure est déjà en train de déterminer et pervertir ta fonction, comme dans tes écoles, la structure a changé la fonction…
Probablement c’est un signe des temps, l’aspect extérieur, l’impression superficielle, a pris une place tellement prépondérante dans cette société…

« O tempora, O mores » disait déjà Cicéron en 63 avant J.C. au Sénat Romain,

Il est impossible de prédire ton avenir, mais les tendances se profilent et suivent un chemin qui est malheureusement prévisible lui…
Mais sache que tant qu’il y aura une trace écrite originale de ton histoire,
Ceux qui ne veulent pas répéter les erreurs du passé peuvent retrouver ton essence dans ton histoire des débuts….
Et si ils veulent s’attacher à ta tradition, qu’ils se souviennent des mots prophétiques de Gustave Mahler : « la tradition est de maintenir le feu, et non de s’agenouiller devant un tas de cendres froides. »

 Le feu est la fonction, ton essence, alors que les cendres sont le résultat structurel restant de la fonction qui fut.

Le feu est l’expansion rayonnante, quand le feu s’éteint, il reste les cendres ; la structure en fait une phase de rétraction ou phase d’expiration, au moins aussi importante que l’expansion…

La question réside, ne vaudrait-il pas mieux se concentrer sur le fond – l’essence – la fonction, en travaillant main dans la main avec les principes de la nature.
Au lieu d’essayer de les réinventer en se concentrant sur les détails de la structure ? Aux Etats-Unis et en Angleterre on l’a déjà essayé regarde le résultat…
Ceux qui ne connaissent pas leur histoire sont destinés à la répéter…

En toute amitié

Max

Ta dernière position de défense
Comme un de tes supposés enfants J.M. Littlejohn l’avait déjà fait en ta tendre enfance.

=> Source : lettre d’amour à l’ostéopathie


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Visiteurs : 993905

Suivre la vie du site fr 

Site réalisé avec SPIP 3.1.11 + AHUNTSIC