L’Ostéo4pattes - Site de l’Ostéopathie

Poster un message

En réponse à :

C’est Viscéral...

mercredi 24 avril 2019 par Patrick Chêne

C’est viscéral, je ne peux pas empêcher d’écrire ce que je pense devant ce que je lis du monde d’aujourd’hui, même si au fil du temps, je me suis résigné à une certaine impuissance devant une machine à broyer les "mauvaises herbes" en médecine.

En lien vous avez la sentence de l’ordre des kinésithérapeutes contre l’ostéopathie viscérale, il y a la même envers l’ostéopathie crânienne et ne parlons pas des Ostéopathies dites ésotériques ...

Mais nous pourrions parler du déremboursement de l’homéopathie et de son enseignement qui peu à peu disparait des facultés de médecine alors que pourtant c’était un enseignement nihiliste en cursus général et caché au sous-sol en post universitaire.

Petit addenda du jour ... https://www.depecheveterinaire.com/les-zeterinaires-interpellent-l-ordre-sur-l-homeopathie_679851893D7ABB.html ; Les zeterinaires se battent contre l’introduction des pseudomédecine dans la vétérinaire

Ce n’est pas comme si tous les jours étaient mis en évidence les liaisons dangereuses entretenues entre l’industrie pharmaceutique et les organismes de régulation médicale. Ce n’est pas comme si pour se trouver des moyens, la recherche, ne peut être que dans le ton de ce qui est admis jusque là. La recherche débouche sur du nouveau... mais pas trop.

Ce n’est pas comme si par hasard alors que je rédigeai ces lignes est passée une ami chère qui se bat aux côtés de son mari atteint d’une complication grave de cancer (due à la radiothérapie selon toute évidence) et qui vous dit : "Ha ! On soigne bien les maladies, mais les malades eux ils sont oubliés" faisant écho aux propos lus hier du Dr Thierry Janssen écrivant que la médecine est trop technique et pas assez "humaine" et qui par ailleurs prône une coopération de toutes les médecines et cela de manière urgente.

Ce n’est pas comme si une censure qui ne dit pas son nom, voire une auto censure ne s’exerçait pas en permanence ... encore récemment vu de chez moi, un bruit qui exclut d’une école d’ostéopathie un enseignement sur la FTM (Force de traction médullaire) sous prétexte que cela n’est pas supporté par des références solides. Et d’où viendraient-elles ces soi disant références ? Autre que celles de Royo Salvador qui soigne brillamment depuis 30 ans des malades d’arnold chiari ou atteints de scoliose grave en dépit d’un anathème du Dieu Chirurgie lancé contre lui ; Autrement que par Antonio Ruiz de Azua Mercadal qui a porté cette notion chez les ostéopathes et l’étudie depuis 20 ans ; autrement que par les nombreux ostéopathes maintenant qui en tirent le meilleur avec des résultats extraordinaires. C’est une notion qui pourtant est étayée, médicale comme aucune autre que je puisse véhiculer en ostéopathie. La réalité est qu’elle simplifie tellement le traitement ostéopathique qu’elle met en danger la longueur des études !

Et c’est ainsi que si vous voulez faire une formation bon teint, il faut dans le titre les mots magiques comme par exemple lu dans un Flyer :
- "Une formation scientifique et pratique qui propose une approche raisonnée de la rééducation fonctionnelle vétérinaire, pour une application immédiate en clinique"
- Même si croyez moi, il n’y a rien là dedans de plus scientifique au sens vrai du terme que dans un cours d’ostéopathie ...

D’autant plus que même dans la Science (la vraie ?) les scientifiques (sciences médicales et de la vie) s’inquiètent de la dictature des statistiques et s’insurgent contre le pouvoir des chiffres qui selon ne veut pas toujours dire quelque chose de vrai, en tous cas dont la norme semble parfois arbitraire : https://www.sciencesetavenir.fr/fondamental/mathematiques/96-des-etudes-biomedicales-biaisees-dans-leurs-conclusions_133151 . De là à conclure à la dictature du p, il n’y a qu’un pas. En tous cas, cela jette un furieux doute sur ce qui est prouvé ou pas par les études dont on nous rebat les oreilles. 96% seraient conclues sur la seule valeur de P fixée arbitrairement à 5% dans les années 1920 !

Alors ...

A contrario, il suffit pour évacuer un sujet qui fâche de lancer un laconique cela n’est pas prouvé, ou bien mieux mais plus perfide de réaliser une étude que l’on oriente tout à fait honnêtement dans le sens de la conclusion consensuelle ...

Et une notion dans le consensus ne pose pas de problèmes. C’est ainsi qu’assistant jadis à une conférence de Benveniste (monsieur mémoire de l’eau) je l’ai entendu vitupérer que pour prouver quelque chose dans le consensus on pouvait faire n’importe quoi dans la méthodologie (y compris arranger les résultats, ce qui parait-il se fait très couramment : https://www.dur-a-avaler.com/fraudes-scientifiques-des-demandes-frequentes-et-alarmantes-de-falsifications/) alors que si on n’est pas dans le consensus, il faut être plus blanc que blanc en méthodologie ; cela va même jusqu’au refus de publication tout simple.

Non, la recherche n’est pas neutre en biologie et en médecine.

Alors, lisant Sciences & Vie (Mai 2019 ; N°1220) encore une fois je me prends à rêver .... A rêver de nos physiciens quantiques qui plus que jamais, parce qu’ils bossent sur quelque chose de si abstrait, peuvent se permettre toutes les idées farfelues, toutes les formulations mathématiques inédites.
Et pêle-mêle on lit :
- Que pour lier deux paradigmes en apparente contradiction, il faut imaginer un monde plus vaste dans lequel chacun des paradigmes n’est qu’un cas particulier de cet univers plus vaste. Et la contradiction s’efface. COMME SI : Médecine et Ostéopathie étant en contradiction, alors on inventerait un monde médical où chacune est un cas particulier de cette médecine globale (intégrative ?) (page 67)
- Les effets peuvent précéder les causes. Une particule B réagit maintenant à ce qu’une particule A lui fera subir dans le futur ... COMME SI, un client pouvait dire : j’avais mal au dos, mais cela s’est arrêté des que j’ai décidé de prendre rendez-vous avec vous (entendu plusieurs fois en fait ...) (Page 68).
- L’observateur se fond dans la théorie (page 70)... l’observateur influe sur ce qui est observé, il est consubstantiel de l’expérience. COMME SI : Le résultat du traitement d’un patient dépendait du thérapeute ... réduisant à néant les efforts de l’Evidence Based Medecine .... Et Adieu effet Placebo vu comme incongru : c’est un acteur fondamental du soin.
- De super intrications sont possibles (page 72). Des particules peuvent, quelque soit leur distance réagir instantanément (plus vite que la lumière) l’une à l’autre. COMME SI : un chat et son propriétaire étaient intriqués et que le chat après plusieurs milliers de km de voyage pouvait retrouver la maison de lui inconnue dans laquelle le propriétaire a déménagé (cas effectivement réels), ou si la télépathie était réelle.
- La superposition (page 73) : Une particule peut être dans un état ou bien dans un autre en même temps. COMME SI la médecine pouvait être académique ou ostéopathique en même temps.
- Le principe d’indétermination (page 74) : Le résultat d’une expérience dépend du contexte dans lequel elle est faite et connaître un paramètre empêche de connaître les autres qui deviennent indéterminés. COMME SI deux séances d’ostéopathies selon le contexte pouvaient ou devaient avoir deux déroulés et deux résultats différents.

Oui, mais ... on va me rétorquer que l’erreur fondamentale de mon raisonnement est que ces règles pour l’heure ne sont censées être valables qu’à l’échelle des particules et déjà fausses au niveau de l’atome ou de la molécule ...

Sauf que l’on sait depuis peu que la biologie de la photosynthèse n’est ce qu’elle est que parce qu’elle est capable d’utiliser la superposition quantique ... (https://www.science-et-vie.com/archives/photosynthese-elle-est-bien-quantique-37099 ; https://www.pourlascience.fr/sd/biologie/la-vie-est-elle-aussi-quantique-9301.php)

Alors si nous faisions comme les physiciens, que nous passions par dessus les dogmes actuels pour voir plus large et non pas continuer aveuglément de croire en un double aveugle qui n’a aucune justification si la biologie est quantique ? Si nous arrêtions de traiter d’anecdote les chats intriqués qui retrouvent leur maître ? ...

En fait toute anomalie dans une règle que l’on a déterminée pour la santé, n’est pas forcément un hasard ou un artéfact, mais souvent bel et bien une fenêtre vers une conception plus large de la vie qu’il nous incombe de penser, de formuler.

Bon, ok, mais çà c’est dans le meilleur des mondes parce qu’une foi quittés les bancs de la physique pure et de la biologie pure, on tombe dans la science sans conscience habituelle car quelques pages plus loin on apprend que la physique militaire étudie des planeurs hypersoniques qui chevauchent leur onde sonique à Mach 20 tels des chevaliers de l’apocalypse pour répandre la mort encore plus vite et de manière moins prédictible. Bravo les techniciens.

Parce qu’on apprend aussi que les techniques d’imagerie du cerveau ont permis de mettre au point des techniques d’apprentissage en dormant ... Et là je me souviens du "meilleur des monde" d’Aldous Huxley ou justement cette technique permettait de programmer des castes ...

Et je fais bien confiance à l’homme pour dériver maintenant rapidement vers ce meilleur des mondes ....

Parce que le saut quantique de conscience qui permettrait à l’humanité d’arrêter de se précipiter vers une société prédatrice envers la plupart des humains et destructrice envers notre vaisseau spatial terre me semble aujourd’hui hors de portée. Alors peut être vaut-il mieux que nos biologistes ne croient pas que la vie est quantique ....

Le mouton paresseux, Maître Yoda, Vrai Maître de l’espace et du temps ...

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Visiteurs : 854520

Suivre la vie du site fr 

Site réalisé avec SPIP 3.1.9 + AHUNTSIC