Ostéo4pattes - Site de l’Ostéopathie
Recherchez dans le Site :

La dysfonction articulaire rachidienne thoracique

Cyril Clouzeau, Charlotte Rieu, Etienne Varlan
 
Créé le : vendredi 3 juin 2016 par Cyril Clouzeau, Charlotte Rieu, Etienne Varlan

Dernière modificaton le : mardi 12 mars 2024

Étude longitudinale de l’évolution naturelle de la dysfonction articulaire rachidienne thoracique chez le sujet sain

Cyril Clouzeau*, Charlotte Rieu*, Etienne Varlan*


*Unité Recherche de l’école ISOstéo Lyon, 13 chemin du petit bois, 69130 Ecully.

L’objectif a été d’étudier l’évolution naturelle de la douleur ressentie sur 45 jours chez des sujets comportant une dysfonction ostéopathique du rachis thoracique. Il s’agit d’une étude observationnelle prospective longitudinale chez des volontaires sains, étudiants de l’école ISOSTEO Lyon, testés par un investigateur ostéopathe de l’unité recherche.

192 étudiants ont été initialement recrutés pour inclure uniquement ceux présentant une dysfonction articulaire ostéopathique isolée entre T1 et T12, existant pendant toute la durée de l’étude, sans traitement, ni contrôle de l’activité de chacun, pour connaitre l’évolution naturelle de cette restriction de mobilité.

La population est constituée de 81 sujets d’âge moyen 22,9 ans (±2,02) de taille moyenne 1,71 m (±0,08), de poids moyen 62,9 kg (±9,58) d’IMC moyen 21,4 (±2,1), sans comorbidité déclarée constitué de 53 filles et 28 garçons.

Les 81 volontaires ont été convoqués à quatre reprises à 15 jours d’intervalle, pour être testés par une manœuvre ostéopathique recherchant la restriction de mobilité de l’articulation zygo-apophysaire pour vérifier au cours du temps l’existence de la même dysfonction. A chaque convocation, ils doivent notifier sur une EVA, l’existence et l’intensité de la douleur liée à la vertèbre en dysfonction.

A J0, Ils ont évalué la douleur initiale de la dysfonction diagnostiquée par l’investigateur ostéopathe, dont l’intensité initiale moyenne est cotée à 2,31 (±0,32) sur 10
A J15, l’intensité moyenne de la douleur est cotée à 2,95 (±0,42)
A J30, l’intensité moyenne de la douleur est cotée à 3,12 (±1,41)
A J45, l’intensité moyenne de la douleur est cotée à 3,26 (±1,41)

Une analyse statistique (T de Student pour groupes appariés) sur la différence des moyennes des EVA a été effectuée entre J0 et J15, entre J0 et J30 et entre J0 et J45 :

La moyenne des différences de J0 à J15 est de -1,4 IC95% [-2,32 ; -0,485] p=0,003
La moyenne des différences de J0 à J30 est de -1,6 IC95% [-2,69 ; -0,53] p=0,004
La moyenne des différences de J0 à J45 est de -1,39 IC95% [-2,48 ; -0,29] p=0,015

La significativité statistique des résultats permet de constater :

- que la dysfonction ostéopathique ne régresse pas spontanément chez ces sujets jeunes et sains.
- qu’apparaissent d’autres dysfonctions : en moyenne 2,43 par individu disposant d’une seule dysfonction initiale.
- que la douleur ressentie déclarée augmente de près de 1 point sur l’EVA (0,95) en 45 jours sans aucun traitement.

Cette cohorte longitudinale servira de groupe témoin historique pour une future étude clinique contrôlée sur l’évaluation de l’effet antalgique d’une manipulation ostéopathique sur la dysfonction rachidienne thoracique.



Notez cet article
0 vote






Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Visiteurs : 13 / 3148616

Venez nous suivre sur les réseaux sociaux :

       
Suivre la vie du site fr 

Site réalisé avec SPIP 4.2.13 + AHUNTSIC