Ostéo4pattes - Site de l’Ostéopathie
Recherchez dans le Site :

La recherche sur le champ crânien - Analyse et bénéfice clinique

Créé le : samedi 11 mars 2017 par Jean Louis Boutin

Dernière modificaton le : jeudi 7 mars 2024

La recherche sur le champ crânien - Analyse et bénéfice clinique

Cette page est directement inspirée de l’étude de Hollis H. King, DO, PhD - OPP Residency Program Director lors de l’AOA Convention, Orlando, FL en novembre 2011. Research Supportive of Cranial Bone - Motion and Clinical Benefit
Nous avons repris l’ensemble des références que l’auteur apporte et nous avons recherché systématiquement leur disponibilité sur l’Internet. Certaines études sont en accès libre. Pour tous les articles, nous proposons le résumé/abstract (traduction Google) et le lien permettant de les lire, les télécharger (format pdf quand il existe) ou de commander directement l’article.


Objectifs d’apprentissage : Après avoir étudié l’ensemble de cet article, vous serez capable de :wisconsin

1. Décrire la recherche liée aux 5 composantes du mécanisme respiratoire primaire (MRP).
2. Discuter de la recherche de soutien du mouvement des os crâniens.
3. Discuter de la recherche en faveur de bénéfice clinique de manipulation crânienne

Cet article propose un regard sur l’ostéopathie dans le champ crânien avec les études pour et contre et ce qui est connu et ce qui est inconnu en cette matière.

 Le Mécanisme Respiratoire Primaire a cinq composantes 

Ce qui est connu

1. Le mouvement rythmique inhérent du cerveau et de la moelle épinière.
2. La fluctuation du liquide céphalo-rachidien (LCR) qui baigne et nourrit le cerveau et la moelle épinière.
3. Les tensions de l’enveloppe membraneuse (dure-mère) entourant le cerveau et la moelle épinière qui agit comme une unité et est appelé « tension de membrane réciproque ».
4. Le mouvement rythmique inhérent des os du crâne.
5. Le mouvement involontaire du sacrum entre les deux iliaques.


 1. Le mouvement rythmique inhérent du cerveau et de la moelle épinière


Le mouvement pulsatile du cerveau et l’hydrodynamisme associé étudié par IRM
La doctrine Monro-Kellie revisitée.

Grietz D, Wirestam R, Franck A, et al. Pulsatile brain movement and associated hydrodynamics studied by magnetic resonance phase imaging : The Monro-Kellie doctrine revisited. Neuroradiology1992 ; 34:370-380. => http://link.springer.com/article/10.1007/BF00596493

Sommaire
Les mouvements de tissu cérébral ont été étudiés dans les plans sagittaux et frontaux de 15 volontaires sains, en utilisant une séquence d’écho de spin IRM fermée. Tous les mouvements ont des caractéristiques différentes de celles de la perfusion et de la diffusion. Les vitesses les plus élevées se sont produites pendant la systole dans les noyaux gris centraux (maximum 1,0 mm/s) et le tronc cérébral (maximum 1,5 mm/s). Les mouvements ont été dirigés caudalement, dans l’axe central et en arrière dans les noyaux gris centraux, et antéro-inférieur dans les Pons. Le mouvement antéro-inférieur est augmenté vers le foramen magnum et vers la ligne médiane.
Le mouvement résultant est survenu dans un mode en forme d’entonnoir comme si le cerveau avait été tiré par la moelle épinière. Ceci peut être expliqué par la ventilation du cerveau et du liquide céphalo-rachidien (LCR) à travers l’encoche tentorielle et le foramen magnum. Le volume intracrânien est supposé demeurer toujours constant selon la doctrine Monro-Kellie. La dynamique intracrânienne peut être considérée comme une interaction entre les exigences spatiales des quatre composantes principales : le sang artériel, le sang capillaire (volume du cerveau), le sang veineux et le LCR.
Ces composants peuvent être caractérisés, et l’expansion des artères et du cerveau différenciée, en appliquant la doctrine Monro-Kellie à chaque instant du cycle cardiaque. L’expansion artérielle provoque un remodelage du cerveau qui permet une action analogue à un piston. L’expansion artérielle crée les conditions préalables pour l’expansion du cerveau en évacuant le LCR vers le canal rachidien. L’expansion du cerveau est, à son tour, responsable de la compression du système ventriculaire et par conséquent pour le flux intra-ventriculaire du LCR.
Mots-clés : L’imagerie par résonance magnétique ; mouvement du cerveau, volume de cerveau, expansion artérielle, pulsation.

Summary
Brain tissue movements were studied in axial, sagittal and coronal planes in 15 healthy volunteers, using a gated spin echo MRI sequence. All movements had characteristics different from those of perfusion and diffusion. The highest velocities occurred during systole in the basal ganglia (maximum 1.0 mm/s) and brain stem (maximum 1.5 mm/s). The movements were directed caudally, medially and posteriorly in the basal ganglia, and caudally-anteriorly in the pons. Caudad and anterior motion increased towards the foramen magnum and towards the midline.
The resultant movement occurred in a funnelshaped fashion as if the brain were pulled by the spinal cord. This may be explained by venting of brain and cerebrospinal fluid (CSF) through the tentorial notch and foramen magnum. The intracranial volume is assumed to be always constant by the Monro-Kellie doctrine. The intracranial dynamics can be viewed as an interplay between the spatial requirements of four main components : arterial blood, capillary blood (brain volume), venous blood and CSF.
These components could be characterized, and the expansion of the arteries and the brain differentiated, by applying the Monro-Kellie doctrine to every moment of the cardiac cycle. The arterial expansion causes a remoulding of the brain that enables its piston-like action. The arterial expansion creates the prerequisites for the expansion of the brain by venting CSF to the spinal canal. The expansion of the brain is, in turn, responsible for compression of the ventricular system and hence for the intraventricular flow of CSF.
Key words : Magnetic resonance imaging Brain motion Brain volume Arterial expansion Pulsation

Le mouvement du parenchyme cérébral :
mesure avec IRM (cine echo-planar).

Le mouvement du cerveau se compose d’un seul déplacement en systole suivi par un lent retour en diastole. Ce déplacement comprend une descente de mésencéphale et du tronc cérébral vers le foramen magnum avec des vitesses ≤ 2 mm / sec et de compression médiale du thalamus au 3e ventricule 1,5 ≤ mm / sec.

B P Poncelet, V J Wedeen, R M Weisskoff, and M S Cohen - Brain parenchyma motion : measurement with cine echo-planar MR imaging. => DOI : Brain parenchyma motion : measurement with cine echo-planar MR imaging

Résumé
Avec résonance magnétique (IRM) d’écho-planaire, les auteurs ont mesuré le mouvement pulsatile intrinsèque du parenchyme cérébral. Sensible à la phase, un électrocardiogramme-dépendants, des images cinématographiques bidimensionnelles ont été acquises tout au long du cycle cardiaque à l’aide d’un spin-écho, séquence d’impulsions d’écho RM. Des coupes transversales et frontales ont été obtenues chez 14 volontaires sains. Des corrections ont été effectuées pour les mouvements grossiers de la tête. Le mouvement du cerveau se composait d’un rapide déplacement systolique, avec une lente reprise diastolique. Le mouvement a eu lieu principalement dans les directions céphalocaudales et latérales ; les mouvements antéropostérieurs étaient relativement faibles. Les vélocités céphalocaudales augmentent avec la proximité du foramen magnum. Le mouvement latéral est principalement un mouvement de compression du thalamus. Les vitesses du parenchyme cérébral étaient aussi hautes que 2 mm/sec caudale dans le tronc cérébral et 1,5 mm/sec médiale dans le thalamus. La vélocité (incursion) du parenchyme cérébral était au plus de 0,5 mm. La mesure de la vitesse par écho-planaire sur la base de la phase-accord avec les mesures de vitesse de Fourier zeugmatography écho-planaire étaient conformes aux valeurs déclarées. La cartographie de la vitesse avec l’imagerie écho-planaire propose un procédé rapide et flexible d’évaluer les vitesses de pulsation du cerveau humain.

Abstract
With echo-planar magnetic resonance (MR) imaging, the authors measured the intrinsic pulsatile motion of brain parenchyma. Phase-sensitive, electrocardiography-gated, two-dimensional cine images were acquired throughout the cardiac cycle by using a spin-echo, blipped echo-planar MR pulse sequence. Transverse and coronal planes were obtained in 14 healthy volunteers. Corrections were made for gross head motion. Brain motion consisted of a rapid displacement in systole, with a slow diastolic recovery. The motion occurred chiefly in the cephalocaudal and lateral directions ; the anteroposterior motions were relatively small. Cephalocaudal velocities increase with proximity to the foramen magnum. The lateral motion is mainly a compressive motion of the thalami. Brain parenchymal velocities were as high as 2 mm/sec caudally in the brain stem and 1.5 mm/sec medially in the thalami. Net parenchymal excursions were at most 0.5 mm. Phase-based echo-planar velocity measurements agreed well with echo-planar Fourier velocity zeugmatography measurements and were consistent with reported values. Velocity mapping with echo-planar imaging offers a rapid and flexible method of assessing the pulsation velocities of the human brain.


 2. La fluctuation du LCR


D’autres recherches sur les mouvements pulsatiles dans les voies du liquide céphalorachidien.

« La majorité des travailleurs tout au long de ces sept décennies ont acquis la conviction que l’augmentation de la pression du LCR « cardiaque » mesurée dans les ventricules, à la grande citerne et dans la thèque lombaire, est provoquée par l’entrée artérielle rythmique du sang vers la cavité crânienne »

DuBolayGH, O’Connell J, Currie J, et al. Further investigations on pulsatile movements in the cerebrospinal fluid pathways. ActaRadiolDiagnost1971 ;13:496-523. => http://acr.sagepub.com/content/13/P2/496.extract

 Moskalenko et al 2009 – Suggest that the waves in the head are opposite those in the lumbar area, measured while S was holding the breath
Moskalenko et al 2009 suggère que les vagues dans la tête sont opposées à celles de la région lombaire, mesurées pendant que le sujet retenait son souffle.


 3. Les membranes de tension réciproque (dure-mère)
entourant le cerveau et la moelle épinière.


L’existence de cette anatomie n’est pas controversée.

La Mobilité a été montrée.
La « motilité » ou « mouvement naturel » est encore un article en discussion

L’IRM en phase et le flux de liquide céphalo-rachidien dans la tête et de la colonne.

Levy LM, DiChiro GD - MR phase imaging and cerebrospinal fluid flow in the head and spine. Neuroradiology. 1990 ;32(5):399-406. => http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/2259434

Résumé
Un mouvement du liquide céphalorachidien (LCR) dans et autour du cerveau et la moelle épinière a été examiné chez des sujets sains ainsi que chez un certain nombre de patients présentant des perturbations de la circulation du LCR. Le mouvement pulsatile du LCR a été déterminé par rotation de phase d’écho (vitesse) imagerie, parfois en combinaison avec un contraste cine gradient de phase d’écho. Les différences dans les modèles d’écoulement du LCR à travers les espaces ont été observées : l’inversion du flux dans le réservoir cérébro-médullaire et la zone lombaire par rapport au LCR de la zone cervicale, et dans la partie postérieure par rapport à l’espace sous-arachnoïdien antérieur dans le canal rachidien. Une communication de débit a été démontrée dans les sacs ou cavités communicantes. Des différences de débit ont également été observées dans le rétrécissement ou rachianesthésie, et à travers les murs d’une variété de lésions kystiques dans le cerveau et la moelle épinière. L’imagerie de la phase MR du flux LCR fournit des informations physiopathologiques d’une importance clinique potentielle pour l’évaluation des maladies affectant la circulation du LCR.

Abstract
Motion of the cerebrospinal fluid (CSF) in and around the brain and spinal cord was examined in healthy subjects and in a number of patients with abnormalities of the CSF circulation. The pulsatile motion of the CSF was determined by spin echo phase (velocity) imaging, sometimes in combination with gradient echo phase contrast cine. Differences in flow patterns across CSF spaces were observed : flow reversal in the cerebellomedullary cistern and lumbar area relative to cervical CSF, and in the posterior versus the anterior subarachnoid space in the spinal canal. Flow communication was demonstrated in known communicating cysts or cavities. Differences in flow were also noted across spinal narrowing or block, and across the walls of a variety of cystic lesions in the brain and spinal cord. MR phase imaging of CSF flow provides pathophysiological information of potential clinical importance for the assessment of diseases affecting the CSF circulation.

Moelle épinière fixe : Diagnosticpar IMR

Levy LM, DiChiro GD, McCullough DC, et al. Fixed spinal cord : Diagnosis with MR imaging - Radiology. 1988 Dec ;169(3):773-8. => DOI : Fixed spinal cord : diagnosis with MR imaging.

Résumé
Un mouvement pulsatile de la moelle épinière a été examiné par des techniques d’imagerie de phase. Des images sagittales de la moelle épinière ont été obtenues à différents moments du cycle cardiaque chez des volontaires sains, ainsi que chez les patients dont la moelle épinière a été attachée, comprimée, ou contenant une lésion médullaire. Des changements de vitesse pulsatiles de la moelle épinière, observées sur les images de phase, ont été les plus marquées au niveau cervical et thoracique supérieur. Le mouvement du cordon a été trouvé être diminué de manière significative dans les cas où le cordon était soit attaché ou comprimé. L’élargissement du cordon en raison d’une lésion médullaire généralement n’a pas conduit à un mouvement de cordon diminué. L’imagerie du mouvement pulsatile du cordon peut être cliniquement utile dans l’évaluation des maladies qui limitent le mouvement du cordon ou de changer l’état de conformité du parenchyme.

Abstract
Pulsatile motion of the spinal cord was examined with phase imaging techniques. Sagittal images of the spinal cord were obtained at different times of the cardiac cycle in healthy volunteers, as well as in patients in whom the spinal cord either was tethered, was compressed, or contained an intramedullary lesion. Pulsatile velocity changes of the spinal cord, observed on the phase images, were most marked at the cervical-upper thoracic level. Cord motion was found to be significantly decreased in cases in which the cord was either tethered or compressed. Cord enlargement due to an intramedullary lesion generally did not lead to decreased cord motion. Imaging of pulsatile cord motion may be clinically useful in evaluating diseases restricting cord motion or changing the status of parenchymal compliance.

Mobilité des membranes intracrâniennes et intramédullaires

Kostopoulos DC, Keramidas G. Changes in elongation of falx cerebri during craniosacral therapy techniques applied on the skull of an embalmed cadaver. J Craniomandibular Practice1992 ;10:9-12. => Lire l’article (format pdf) : http://handsonseminars.com/CRANIAL.pdf

Changements dans l’allongement de la faux du cerveau au cours des techniques de thérapie crâniosacrée appliquées sur le crâne d’un cadavre embaumé.
Résumé
La thérapie crâniosacrée soutient que de légères forces appliquées sur le crâne peuvent être transmises à la dure-mère avec un effet thérapeutique sur le système crânien. Cette étude examine les changements dans l’allongement de la faux du cerveau lors de l’application de certaines des techniques de thérapie crâniosacrée au crâne d’un cadavre embaumé. L’étude démontre que la relative élongation des changements de la faux du cerveau comme suit : pour l’élévation frontale, 1,44 mm ; pour l’élévation pariétale, 1,08 mm ; pour la compression sphénobasilaire, -0,33 mm ; pour la décompression sphénobasilaire, 0,28 mm ; et pour l’oreille pull, des résultats non concluants. La présente étude propose la validation de la base scientifique de la thérapie crâniosacrée et l’affirmation de la mobilité des sutures crâniennes.

Abstract
Craniosacral therapy supports that light forces applied to the skull may be transmitted to the dura membrane having a therapeutic effect to the cranial system. This study examines the changes in elongation of faix cerebri during the application of some of the craniosacral therapy techniques to the skull of an embalmed cadaver. The study demonstrates that the relative elon-gation of the faix cerebri changes as follows : for the frontal lift, 1.44 mm ; for the parietal lift, 1.08 mm ; for the sphenobasilar compression, —0.33 mm ; for the sphenobasilar decompression, 0.28 mm ; and for the ear pull, inconclusive results. The present study offers validation for the scientific basis of craniosacral therapy and the contention for cranial suture mobility.


 4. La mobilité articulaire des os du crâne


La perspective originale que les os crâniens ne pouvaient pas bouger est venue de la recherche anthropologique médico-légale visant à déterminer l’âge au moment du décès sur la base de l’examen des os de la personne, et le manque de compréhension de la nature des sutures crâniennes.

Certains ont déclaré que cela est physiquement impossible.

Ferre JC, Barbin JY. The osteopathic cranial concept : Fact or fiction. Surg Radiol Anat 1991 ;13:165-170. => http://link.springer.com/article/10.1007%2FBF01627979
Conclusion des Dr Ferré et Barbin : Il résulte de notre étude et considérant les faits de manière impartiale, la théorie de la « respiration primaire » n’a aucun fondement scientifique et contredit totalement les conclusions de la physique, l’anatomie, la physiologie, la biomécanique et l’expérience clinique.

AJPACe « dogme » anatomique (semblable à ceux qui pensaient que le monde était plat) a été largement basée sur :

Todd TW, Lyon DW. Endocranialsuture closure, its progress and age relationship. I. Adult males of white stock. Am J Phys Anthrop1924 ;7:325-384. II. Am J Phys Anthrop1925 ;8:23-45. => http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/ajpa.1330070320/abstract

Todd TW, Lyon DW. Endocranialsuture closure, its progress and age relationship. III Endocranialclosure in adult males of negro stock. Am J Phys Anthrop1925 ;8:47-71. IV Am J Phys Anthrop1925 ;8:149-68.

Regarder de plus près les données de Todd et Lyon

Dart P. Une vue d’ensemble de la recherche soutenant les concepts fondamentaux de l’ostéopathie dans le domaine crânien. Manuscrit non publié.
« Pour l’interprétation de ces données, il faut noter que Todd et Lyon ont tenté d’établir des normes« modales »pour la fermeture de suture, et ils actualisés les données qui étaient clairement hors de la structure modale avant de créer leur résumé. 11,7% de leurs 307 spécimens mâles blancs et 25,8% de leurs 120 spécimens nègre mâles ont été exclus des données en raison du prolongement de la perméabilité suturale »

D’autres recherches un peu plus récentes de l’anthropologie interrogent également les conclusions Todd et Lyon.

Singer R. Estimation of age from cranial suture closure : Report on its unreliability. J Forensic Med 1953 ;1:52-59.
A trouvé un pourcentage élevé de spécimens avec beaucoup moins de fermeture que les normes Todd et Lyon, y compris un de 64 ans sans fermeture des sutures sagittale, lambdoïde ou coronale gauche et 3 spécimens âgés début des années 40 avec pratiquement pas de fermeture suturale dans la coronale, la lambdoïde ou des sutures sagittales ..

Des recherches récentes suggèrent que des sutures peuvent rester brevetées et ne peut jamais fusionner.

Sabini RC, Elkowitz DE. Significance of differences in patency among cranial sutures. J Am Osteopath Assoc. 2006 ;106(10):600-604. => https://www.degruyter.com/document/doi/10.7556/jaoa.2006.106.10.600/html (format pdf)


Conclusion de cette étude :
1) les trois sutures ont été corrélées entre elles,
2) La suture lambdoïde est plus susceptible d’être brevets et moins susceptibles d’être effacées par rapport à la suture sagittale,
3) Aucune différence dans les classes de suture a été trouvé entre les hommes et les femmes et les cadavres
4) Aucune différence significative n’a été trouvée entre l’âge et le classement des points de suture.
La suture lambdoïde est plus souvent brevetée que la suture sagittale, probablement en raison du plus grand nombre de muscles attachés sur l’occiput que sur la zone de la suture sagittale
La théorie selon laquelle les forces extérieures maintiennent la perméabilité et la complexité suturales peut être prise en charge par les caractéristiques morphologiques des sutures faciales, qui sont plus dentelées et interdigitées et restent brevetéss pour des périodes de temps.1-3 Cette différence peut être présumée être en corrélation avec les muscles faciaux nécessaires pour parler, pour la mastication et l’expression faciale

Objective : To evaluate the gross external characteristics of the coronal, lambdoid, and sagittal sutures in human cadaver skulls and determine if a difference exists in terms of patency, sex, and age.
Methods : The coronal, lambdoid, and sagittal sutures were described using a modified grading scale to quantify sutural patency. An open suture was graded as 0, a fused suture as 1, and an obliterated suture as 2, 3, or 4, depending on the extent of obliteration.
Results : Thirty-six skulls were examined, including 17 female and 19 male (age range, 56–101 y). When compared with the sagittal suture, the lambdoid suture was significantly more likely to be patent and least likely to be obliterated. No significant difference in suture grades was found between female and male skulls, and no significant difference was found between age and suture grade.
Conclusion : The prolonged patency of the lambdoid suture may be due to external forces, such as the greater number of muscles affecting the lambdoid suture when compared with the sagittal suture.

Objectif : évaluer les caractéristiques extérieures brutes des sutures coronale, lambdoïde et sagittale dans des crânes de cadavres humains et de déterminer si une différence existe en termes de perméabilité, de sexe et d’âge.
Méthodes : Les sutures coronale, lambdoïde et sagittale ont été décrites à l’aide d’une échelle de notation modifiée pour quantifier la perméabilité suturale. Un fil de suture ouverte a été notée 0, un fil de suture condensé tel que 1, et un fil de suture oblitérée que 2, 3 ou 4, en fonction du degré de l’effacement.
Résultats : Trente-six crânes ont été examinés, dont 17 femmes et 19 hommes (tranche d’âge, 56-101). En comparaison avec la suture sagittale, la suture lambdoïde était significativement plus susceptibles d’être des brevetés et moins susceptibles d’être effacées. Aucune différence significative dans les classes de suture a été trouvée entre les crânes féminins et masculins, et aucune différence significative n’a été trouvée entre l’âge et le grade de suture.
Conclusion : la perméabilité prolongée de la suture lambdoïde peut être due à des forces extérieures, telles que le plus grand nombre de muscles qui affectent la suture lambdoïde par rapport à la suture sagittale.


 Autres références


1. Saito K, Shimizu Y, OoyaK. Age-related morphological changes in squamoujsand parietomastoid sutures of human cranium. Cells Tissues Organs.2002 ;170:266-273. => https://karger.com/cto/article-abstract/170/4/266/90059/Age-Related-Morphological-Changes-in-Squamous-and?redirectedFrom=fulltext 
Abstract
Age-related morphological changes in the inner and outer surfaces of the squamous and parietomastoid sutures were examined in 65 skulls (35 male, 30 female) obtained from Japanese subjects 5-90 years of age at the time of death. Dimensions were measured in both the horizontal and sagittal planes. Wavelength analysis was done by three-dimensional construction. Irregularities were evaluated by calculating fractal dimensions. The outer squamous suture showed no significant age-related changes in size, but wavelength increased because of the development of bony interdigitations with aging. The posterior part of the outer squamous suture showed significant age-related increases in both wavelength (p < 0.01, R(2) = 0.164) and fractal dimension (p < 0.01, R(2) = 0.101) in males. The parietomastoid suture showed significant age-related changes in size (p < 0.05), but not in wavelength or fractal dimension. These distinct morphological changes found on both the inner and outer surfaces of the squamous and parietomastoid sutures suggest that the age-related morphological characteristics of these sutures are affected by extrinsic mechanical forces.

2. Herring SW. Sutures –a tool in functional cranial analysis. Acta Anat (Basel).1972 ;83:222-247 => http://www.karger.com/Article/PDF/143860 - https://www.researchgate.net/publication/18082290_Sutures-Tool_in_functional_cranial_analysis

3. WagemansPA, van de VeldeJP, Kuijpers-JagtmanAM. Sutures and forces : a review. Am J OrthodDentofacialOrthop.1988 ;94:129-141.
=> https://www.researchgate.net/publication/20114077_Sutures_and_forces_A_review
This review gives a description of the biologic significance of craniofacial sutures with respect to growth and to growth corrections. Sutural growth and its regulation are discussed briefly. Morphogenesis of sutures, sutural morphology, both microscopic and macroscopic, the structure and function of the sutural periosteum and secondary cartilages, and the biochemical composition of sutures are described. Furthermore, in vivo and in vitro experiments, including transplantation experiments, are discussed. The relationship between extrinsic mechanical forces and the resulting tissue responses in sutures is given special attention. The present article describes the state of our knowledge on the interaction between sutures and forces, and indicates problems that need to be investigated.

The Cranium and Its Sutures

1. Ernest W. Retzlaff, Frederic L.,Jr. Mitchell - The Cranium and Its Sutures : Anatomy, Physiology, Clinical Applications and Annotated Bibliography of Research in the Cranial Field - Springer Science & Business Media, 2012 - 107 pages.

Descriptif
L’histoire de la médecine est parsemée d’apparition épisodique de nouvelles découvertes, de percées scientifiques et de développement de nouvelles écoles de médecine, et chacun a contribué à l’évolution de l’art et de la science de la pratique de la médecine. La fondation de la médecine ostéopathique par Andrew Taylor Still a été un tel événement. Le développement du concept crâniosacral par William G. Sutherland en était un autre. Ces deux géants de la médecine ostéopathique ont rencontré la réticence de leurs collègues à accepter leur contribution. Tous deux ont été en mesure de surmonter cette réticence et ont vu l’acceptation de leur contribution en raison de la vérité anatomique et physiologique fondamentale soutenant le concept et le fait pragmatique que leurs applications thérapeutiques ont réussi. Les deux hommes ont attirés à eux des individus désireux d’apprendre une nouvelle procédure de diagnostique et thérapeutique. Il est heureux que ces personnes ont continué à promulguer la contribution à la médecine ostéopathique de leurs mentors.

The history of medicine is dotted with the episodic appearance of new discoveries, scientific breakthroughs, and the development of new schools of medicine, and each has contributed to the evolution of the art and science of the practice of medicine. The founding of osteopathic medicine by Andrew Taylor Still was one such event. The development of the craniosacral concept by William G. Sutherland was another. Both of these giants of osteopathic medicine en countered the reluctance of their colleagues to accept his contribution. Both were able to overcome this reluctance and saw the acceptance of his contribution because of the fundamental anatomical and physiological truth supporting the concept, and the pragmatic fact that their therapeutic applications were successful. Both men attracted to them individuals desirous of learning a new diagnostic and therapeutic procedure. It is fortunate that these individuals have continued to promulgate the contribution to osteopathic medicine of their mentors.

2. Cranial Suture Closure as a Reflection of Somatic Dysfunction : Lessons from Osteopathic Medicine Applied to Physical Anthropology. Proceedings from the American Academy of Forensic Science, Denver. Pages 326-327

Anne M. Kroman, OMS-II, Ph.D.* and Gregory A. Thompson, D.O.
Lincoln Memorial University DeBusk College of Osteopathic Medicine - Actes de l’American Academy of Forensic Science, Denver. Pages 326-327

La fermeture de la suture crânienne comme reflet de la dysfonction somatique : leçons tirées de la médecine ostéopathique appliquée à l’anthropologie physique. Cette étude utilise les spécimens sur le "Body Farm" dans le Tennessee où ils ont les dossiers médicaux des restes squelettiques.
Pourquoi les anthropologues devraient-ils s’intéresser ?
Il est impératif de se rappeler que les sutures crâniennes comme des articulations, et bien que la fusion peut montrer une certaine corrélation avec l’âge, ils peuvent aussi être fortement influencés par le dysfonctionnement squelettique d’un individu.
Matériaux et méthodes
William M Bass a fait un don de collection : 250 personnes - Noté selon la méthode standard décrite par Buikstra et Ubelaker - Corrélation statistique analysée avec SPSS 15.0
Conclusion
Il s’agit d’une étude préliminaire et d’un domaine de recherche en cours. La fusion des sutures peut être affectée par plus que les effets du vieillissement Le dysfonctionnement squelettique et la santé peuvent être un facteur de confusion dans les études de fusion des sutures crâniennes.

À suivre...



Notez cet article
0 vote






Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Visiteurs : 9 / 3051521

Venez nous suivre sur les réseaux sociaux :

       
Suivre la vie du site fr 

Site réalisé avec SPIP 4.2.10 + AHUNTSIC