Ostéo4pattes - Site de l’Ostéopathie
Recherchez dans le Site :

Hommage à Jean Peyrière

Christian Defrance de Tersant
 
Créé le : vendredi 9 février 2024 par Christian Defrance de Tersant

Dernière modificaton le : vendredi 9 février 2024

Hommage à Jean Peyrière

Christian Defrance de Tersant


2011 Jean Peyrière au jubilé des 30 ans du Registre des Ostéopathes de France

Mon Dieu, qu’il est difficile de parler d’un Ami qui n’est plus là, avec qui on a pensé Ostéopathie, respiré Ostéopathie, mangé Ostéopathie donc vécu Ostéopathie pendant près de 35 ans.

Je pourrais m’arrêter là mais Jean-Louis m’a demandé de parler de notre parcours commun au service de notre Art tout du moins c’est comme cela que nous le ressentions et le faisions.

Bien sûr, c’est la personnalité de Jean qui va transparaître au cours de ce récit, personnalité qui a sûrement un peu déteint sur la mienne, mais je vais essayer de m’effacer devant son souvenir et surtout nos souvenirs communs.

La première rencontre avec Jean remonte si mes souvenirs sont bons à 1985 lors d’une réunion des écoles reconnues comme étant les moteurs de l’enseignement par la FOF de l’époque (Fédération des Ostéopathes de France) devenue en 1986 UFOF puis aujourd’hui Ostéopathes de France.

Je dirigeais alors le département « Ostéopathie » de la SFERE (devenue Eurosteo Aix en Provence en 1990), et nous avions fait une demande d’adhésion de notre formation à cette association.

Inauguration des locaux d’Eurosteo en Juin 1991

Je me souviens de quelqu’un de discret, qui n’intervenait pas beaucoup, très souvent à bon escient, de manière calme et posée, exposant ses idées avec tact et mesure.

Tout nouveau dans le concert de ce gratin du monde ostéopathique de l’époque, j’écoutais respectueusement et ne parlait que lorsque l’on me posait des questions sur nos motivations et notre organisation pédagogique.

J’ai ressenti envers Jean, tout de suite une attirance, pour dialoguer avec lui et ceci n’a jamais cessé pendant toute notre collaboration même si nos fonctions auraient pu, un jour nous amener à nous opposer.

Bien d’autres exemples dans notre microcosme, de chamaillages, de séparations et plus ont existé et existeront encore.

Je dois aussi dire que tu étais capable de piquer des colères mémorables à certains moments cruciaux, mais jamais entre nous. Je me souviens particulièrement d’une colère noire que tu as poussée lors d’une réunion du groupe ISO à Lyon où le CEESO qui était en intégration provisoire, dont le directeur était feu Édouard Olivier Renard, a subi avec juste raison.

Il n’y a jamais eu l’ombre d’un début de mésentente pendant toutes ces années même si parfois les discussions étaient serrées, mais on arrivait toujours à un consensus et c’était là l’essentiel pour avancer.

Je peux dire que nous avons toujours su dans nos relations professionnelles avoir l’un envers l’autre le respect et l’écoute nécessaires à une bonne compréhension mutuelle ce qui je crois après quelques années a fait place à une véritable amitié qui ne s’est jamais démentie.

Il est vrai aussi que nos alter ego dans la vie tant professionnelle que personnelle, je veux parler de Bernard Minodier et de Jean-Pierre Dessaint, ont fait que nous avons toujours fonctionné non pas en duo mais en quatuor. Il faut rajouter nos épouses à tous les quatre qui elles aussi ont permis cette cohésion s’entendant toutes très bien.

Création de la CADF à Lourmarin en Juillet 1987

Je ne vous conterais pas le nombre de repas mais aussi de moments de détente passé tous ensemble qui n’ont fait que renforcer cette ossature ostéopathique et ont toujours permis que les écoles que nous dirigions aient mis en place une collaboration étroite qui s’est renforcée pendant toutes ces années.

Nous avons participé à la création de La Collégiale Académique à Lourmarin en 1987, là aussi une belle aventure qui a permis de réunir les principaux établissements d’enseignement en France et de créer un premier essai d’unification de l’enseignement avec un examen national qui se déroulait chaque année dans un établissement différent. Tu l’as toi-même organisé à Lyon dans les locaux du CEREC Lyon, pendant du CEREC Paris, premières tentatives de locaux fixes d’enseignement ou plusieurs écoles pouvaient tout en gardant leur indépendance donner leur enseignement. Malheureusement cela n’a pas pu pour diverses raisons été pérennisé. Trop tôt sûrement, nous étions avant 1990…des précurseurs indéniablement…Des pionniers en tout cas…

Tu m’as mis le pied à l’étrier à l’international avec le COQ à Montréal et là aussi que de souvenirs heureux à faire passer le message ostéopathique. Une aventure qui pour moi a duré 15 ans…

Nous avons été les premiers à mettre en place une 6ème année commune en 1989 entre Aix et Lyon permettant ainsi des échanges et des rencontres fructueuses autant pour les enseignants que les étudiants renforçant ainsi la cohésion du groupe.

Puis est venu le moment de créer les formations initiales, Jean a sauté le pas le premier, en 1990. Un an après Aix sous ma direction a fait de même.

Jury National à Dijon en juin 1992

La grande aventure commençait pour notre groupe qui durera jusqu’en 2008/2009. Ente temps ISO Paris (CETOHM) et ISO Lille ont rejoint le groupe formant ainsi la plus grosse entité d’enseignement ostéopathique en France avec une collaboration étroite.

Remise des diplômes de la première promotion temps plein d’ISO Aix en Juin 1997

Les évènements de 2007/2008 avec l’agrément refusé d’ISO Aix, où le soldat ISO Lyon en ta personne et celle de Jean-Pierre ont contribué à sauver ISO Aix un an plus tard…et pour moi à quitter la direction, puis la cession d’ISO Lyon en 2009 a fait que le groupe ISO a cessé d’exister, mais n’ont pas mis fin à cette amitié car nous avons continué à communiquer et à nous voir jusqu’en 2014 lorsque j’occupais un poste de responsable pédagogique au CO ATMAN à Nice où tu es venu donner des cours.

Remise du logo ISO à ISO LILLE

Nous nous sommes ensuite un peu perdus de vue jusqu’au moment où j’ai appris ta « maladie » il y a quatre ans, alors que tu vivais une retraite tranquille, occupé en partie à rédiger avec Jean-Pierre Dessaint ce « fameux livre » dont nous entendions parler depuis des lustres…Je sais qu’il était presque terminé et que peut être nous pourrons enfin le savourer mais aussi le prendre comme le reflet de ta personnalité et de ton attachement à la tradition ostéopathique.

Jean, je suis très triste d’avoir perdu un compagnon de route, tu es le premier de notre quatuor à disparaître emporté par cette maladie qui peut tous nous atteindre. Pour le moment je m’en suis sorti après 4 années de combat grâce à la Médecine et à ses progrès ce qui n’a pas été le cas pour toi…

Je te jure que je garderais toujours en moi tous ces souvenirs et Dieu sait s’ils sont nombreux et variés, mais surtout ces bonnes bouteilles que tu sortais de ta cave, ton mariage avec Marie et bien d’autres savoureux moments quand nous refaisions le monde ostéopathique.

Nous étions des bons vivants et les moments de partage comme les moments de travail se confondaient avec bonheur.

De là-haut, encourages nous à poursuivre le chemin ostéopathique et veilles sur nous.

Un jour je te rejoindrais, c’est la vie, et nous pourrons alors refaire ce Monde…Ostéopathique et le regarder de là-haut avec inquiétude mais peut-être aussi avec optimisme car il y aura toujours, espérons-le des ostéopathes pour la garder pure comme nous l’a demandé Andrew Taylor Still.

Mes pensées vont aussi à Marie, et à tes enfants Sylvie et Éric.

Christian Defrance de Tersant



Notez cet article
2 votes






Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Visiteurs : 158 / 2907433

Venez nous suivre sur les réseaux sociaux :

       
Suivre la vie du site fr 

Site réalisé avec SPIP 4.2.8 + AHUNTSIC