Ostéo4pattes - Site de l’Ostéopathie
Recherchez dans le Site :

Nécessité de mieux contrôler le phénomène des médecines non reconnues

Question posée par M. Sénateur Arnaud BAZIN (08/02/2024)
 
Créé le : vendredi 9 février 2024 par Jean Louis Boutin

Dernière modificaton le : vendredi 9 février 2024

Une nouvelle chasse aux sorciers/sorcières
(au diable) ?

Question écrite n° 10027 posée par M. Arnaud BAZIN (du Val-d’Oise - Les Républicains), publiée dans le JO Sénat du 08/02/2024 - page 424

Objet : Nécessité de mieux contrôler le phénomène des médecines non reconnues scientifiquement sur les plateformes en ligne


M. Arnaud Bazin attire l’attention de Mme la ministre du travail, de la santé et des solidarités sur la nécessité de mieux contrôler le phénomène des médecines non reconnues scientifiquement sur les plateformes en ligne.

Alors qu’à la fin de l’année 2022, la plateforme en ligne Doctolib avait décidé de proscrire 5 700 professionnels du « bien-être » de son site, le sujet est de nouveau sur le devant de la scène après une lettre lui étant adressée par la présidente du conseil national de l’ordre des masseurs-kinésithérapeutes, dans laquelle elle se dit « très préoccupée ». Tandis que cette professionnelle de médecine affirme que ces « nouveaux charlatans pullulent », une enquête journalistique du Parisien rapporte les propos d’un réanimateur francilien qui fait état de « charlatanerie, mais aussi notamment de déviances sectaires », allant dans le sens de rapports de la Miviludes.

Le diable se cachant dans les détails, ces prétendus praticiens s’enregistrent en tant que psychologues, ostéopathes ou encore diététiciens, ce qui leur permet de disposer d’un numéro officiel de professionnel de santé. Proposant des séances de naturopathie, d’astropsychologie ou encore de soin énergétique reiki, ces individus choisissent de ne pas afficher leurs prestations dans leurs intitulés mais bien dans des encarts davantage dissimulés, ce qui les rend plus difficiles à traquer. De son côté, Doctolib affirme ne pouvoir « faire le tri ni dire le droit » alors qu’aucun critère « ne permet aujourd’hui de les distinguer, notamment sur le plan légal ». D’autres complexités persistent, parmi lesquelles la qualification ambigüe de certaines pratiques comme l’ostéopathie quantique qui n’est « ni interdite ni autorisée ».

Alors que l’entreprise française somme les autorités d’établir « un cadre réglementaire clair, sur un sujet qui dépasse très largement le seul débat de la modération des contenus en ligne », il lui demande ce qu’elle compte faire en vue de mieux contrôler ce phénomène et de mieux accompagner ces plateformes qui se retrouvent dans une « zone grise », notamment sur le plan juridique.

Source : Nécessité de mieux contrôler le phénomène des médecines non reconnues scientifiquement sur les plateformes en ligne



Notez cet article
0 vote






Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Visiteurs : 128 / 2907433

Venez nous suivre sur les réseaux sociaux :

       
Suivre la vie du site fr 

Site réalisé avec SPIP 4.2.8 + AHUNTSIC