L’Ostéo4pattes - Site de l’Ostéopathie
Recherchez dans le Site :

Activité électrique de la peau pendant un traitement en ostéopathie biodynamique

Créé le : lundi 7 mars 2022 par A. R. Shayakhmetov, Bruno Josse, G.M. Musina, Yu. O. Novikov

Dernière modificaton le : jeudi 10 mars 2022

Yu. O. Novikov1, Dr. chérie Sciences, professeur ; Scopus Auteur ID : 7202658565 ; ID ORCID : 0000-0002-6282-7658

A. R. Shayakhmetov2, Cand. chérie sciences, médecin et ostéopathe

G.M. Musina2, Cand. chérie sciences, médecin et ostéopathe

Bruno Josse3, ostéopathe DO MROF Paris

  1. Département de réadaptation médicale avec des cours de neurochirurgie, Université de médecine de l’État IDPO Bashkir, Ufa, Russie
  2. Clinique ostéopathique du professeur Novikov
  3. Enseignant en ostéopathie biodynamique (France, Russie), chargé de cours à Paris VII Denis Diderot Groupe Bichat et à l’Institut des Hautes Etudes Ostéopathiques (IdHEO) Nantes

 Introduction


En 1947, Irvin Korr écrivait que la réponse aux principales questions théoriques et pratiques de l’ostéopathie s’expliquait par les phénomènes neurologiques d’excitation et d’inhibition des cellules nerveuses [1]. Des scientifiques Russes N.P. Erofeev, D.E. Mokhov et al., en utilisant la débitmétrie Doppler au laser, ont révélé des modifications du rythme lent du flux sanguin sous-cutané dans différentes parties du corps humain à une fréquence de 3,5 à 12 par minute [2]. En général, l’essentiel de la recherche est consacré à l’évaluation de l’efficacité du traitement ostéopathique à l’aide de méthodes cliniques et instrumentales d’enregistrement et de contrôle des processus intervenant dans le corps humain [3] [4] [5].

L’approche biodynamique est peut-être la plus métaphysique de l’ostéopathie. La base de la biodynamique est le concept de champs embryo-dynamiques, développé par l’embryologiste allemand E. Bleschmidt (1904-1992). Il a suggéré qu’il existe dans les fluides de l’embryon une force qui organise son développement en créant une matrice d’intégrité universelle. La forme et le fonctionnement de l’embryon et du corps humain dans son ensemble sont axés sur le calme situé dans les cellules le long de la ligne médiane de l’embryon. [6]

La biodynamique, comme le soulignent de nombreux experts, est un art de traitement unique qui établit un lien entre l’ostéopathe et l’essence de la vie (l’Origine) et la capacité intérieure des personnes à se guérir [7] [8] [9]. Cependant, de nombreux termes, tels que Neutre, niveau d’immobilité, ligne médiane, transmutation, sont en partie spéculatifs et reposent uniquement sur des compétences de perception, et suscitent donc souvent le scepticisme non seulement parmi les spécialistes de la médecine conventionnelle, mais également chez certains ostéopathes.

Habituellement, pour évaluer l’efficacité d’une procédure biodynamique, les ostéopathes ne recourent qu’à des méthodes descriptives, utilisant de nombreux questionnaires [10] [11].

Les effets chez le patient pendant le traitement, tels que : normalisation de la respiration et du rythme cardiaque, coloration de la peau, transpiration des pieds et des paumes, relaxation générale du patient et, dans certains cas, immersion dans un état de somnolence, peuvent être considérés comme rétablissant l’équilibre du système nerveux autonome. Dans la littérature, seuls quelques travaux décrivant les effets bénéfiques sur le système nerveux autonome sont basés sur l’évaluation de Fourier de la variabilité de la fréquence cardiaque. [12] [13] [14]. Le système nerveux autonome présente également un grand intérêt pour les psychophysiologistes en tant qu’indicateur de la stabilité de l’environnement interne d’un organisme avec des facteurs externes en constante évolution [15] [16].

L’activité électrique de la peau ou réaction galvanique cutanée (RGC) dépend de l’état physique et psychophysiologique du corps : quand une personne se détend elle augmente et lorsque le stress diminue, elle diminue [17] [18]. Hugo D. Crichley, du département de psychiatrie des facultés de médecine de Brighton et de Sussex, indique que RGC est un indicateur psychophysiologique sensible aux modifications de l’excitation du système nerveux autonome associées à des états émotionnels et cognitifs [19]. Une étude multicentrique est actuellement menée en Europe sous la direction de la société de recherche Emotra, en collaboration avec l’Association de psychiatrie (EPASS), afin d’évaluer la RGC comme critère possible d’un risque accru de suicide chez les patients déprimés [20].

Ainsi, l’étude de la RCG est largement utilisée pour étudier l’activité du système nerveux autonome, déterminer les caractéristiques des réactions psychophysiologiques et le niveau de tension neuropsychique, et peut être largement utilisée dans les études psychophysiologiques, physiologiques, cliniques et physiologiques comme une méthode très sensible et techniquement simple, ce qui permet de se rapprocher de la compréhension des processus inconscients et de montrer l’importance psychologique de l’impact externe auquel nous avons fait référence dans notre étude pilote dans un traitement biodynamique.


 But de l’étude


Etudier le RGC d’un ostéopathe et d’un patient pendant un traitement biodynamique.


 Type d’étude


Une simple analyse prospective comparative non randomisée de données expérimentales.


 Les critères de sélection et la méthode d’inclusion dans l’étude


32 patients ont été pris, répartis au hasard en 2 groupes - contrôle (10 patients) et principal (22 patients). Dans le groupe témoin, il y avait 8 femmes et 2 hommes âgés de 20 à 65 ans (âge moyen 42 ± 20 ans). Dans le groupe principal, 16 femmes et 6 hommes âgés de 18 à 68 ans ont été examinés (âge moyen 40 ± 16 ans).


 Critères d’évaluation


Deux polygraphes informatisés certifiés « Chris » ont été utilisés pour évaluer le RGC (Rapport sanitaire et épidémiologique n ° 50.RA.02.425.P.000545.07.09. Certificat de conformité avec GOST R MEK 60950-1-2005 N ° RОСС RU.Мl13.B04236). Pour des raisons pratiques, seuls des capteurs permettant de lire la magnitude et l’amplitude du RGC ont été utilisés, qui sont également les plus sensibles et les plus informatifs pour évaluer l’état fonctionnel du corps humain. Les capteurs étaient attachés sur la deuxième phalange du 2ème et du 4ème doigt de la main gauche du patient. L’ostéopathe a utilisé des capteurs similaires et la même séquence de montage avec accès au deuxième polygraphe. Cela a abouti à l’évaluation de l’état psycho-physiologique de l’ostéopathe et du patient, qui ont été enregistrées simultanément en temps réel. Les mesures ont été prises toutes les 40 secondes. La résistance électrique phasique et tonique a été mesurée. La composante tonique du RGC se caractérise par un changement prolongé des performances. La composante phasique ne dure que quelques secondes et est causée par un irritant spécifique. Méthode de mesure : furet. Type de capteur : électrodes avec un revêtement spécial pour éliminer l’effet de polarisation de la couverture. Courant dans le circuit de mesure : 2 µA. Plage de fonctionnement : 1 - 2048 kΩ . L’acquisition de données de haute précision a été obtenue en filtrant les signaux directement dans l’unité de capteur de l’appareil lui-même, et non par programme dans un ordinateur personnel.


 L’ordre du protocole


Les patients ont été placée sur une table d’examen, à chaque fois l’ostéopathe s’est assis à son extrémité céphalique. Au cours de chaque expérience, l’ostéopathe et le patient étaient réveillés. Dans le groupe contrôle et le groupe principal, l’enregistrement des indicateurs a été réalisé pendant 30 minutes. Dans le groupe principal, on a d’abord effectué un enregistrement en arrière-plan pendant 10 minutes. Ensuite, pendant 10 minutes, l’ostéopathe a mis en place le protocole pratique, en se synchronisant avec la zone D (annexe). Il a placé ses mains au niveau des temporaux du patient mais sans toucher en attendant simplement d’être suffisamment centré pour pouvoir tourner ses sens vers le patient. À ce moment-là, le corps du patient était calme, il y avait un équilibre de tous les tissus et fluides. Après un moment, le mouvement s’est arrêté (pause), après quoi le système est entré dans un équilibre plus profond. La respiration diffusait progressivement dans toute la membrane du corps et donnait l’impression que tout le corps du patient respirait en harmonie avec la Respiration Primaire. Progressivement, la respiration ralentissait, les contours du corps physique semblaient s’éroder, tout le corps donnait l’impression d’être gélatineux et plus fluide. Peu à peu, une onde lumineuse se déplaçant de haut en bas à une fréquence de 2,5 cycles par minute a commencé à être ressentie à l’intérieur du corps. Les phases d’inhalation et d’exhalation de la Respiration Primaire se succédaient harmonieusement.

Dans les 10 minutes qui ont suivi, l’ostéopathe a adopté le poste d’observation « occipito-temporale de Becker ». Le patient a atteint un état de Neutre plus profond dans son « tout » (zone A + zone B), c’est-à-dire qu’il était homogène dans son ton (qualité ressentie de la Respiration Primaire), sa texture (densité) et son tempo conformément à la définition de A.T. Still et de ses successeurs et à l’intégrité du patient. L’ostéopathe a également accédé à son propre état de Neutre. Tout le travail a été effectué à ce niveau de tranquillité (stillness). Au même moment, l’opérateur a senti l’expression de la Respiration Primaire en lui et sa propre zone D. Un point d’appui (fulcrum) a été détecté dans le corps fluidique du patient et un processus thérapeutique de déplacement automatique s’est initié. L’ostéopathe a attendu que ce processus thérapeutique arrive à son terme (point final thérapeutique).

Le groupe témoin était allongé sur une table d’examen sans intervention d’un ostéopathe.


 Aspects éthiques


Le consentement éclairé est pris de tous les patients.


 Méthode d’analyse statistique utilisée


Afin d’évaluer l’importance des différences entre les valeurs de RGC chez un ostéopathe au cours du traitement, une analyse de variance à un facteur a été utilisée pour les mesures répétées (α = 0,001), le critère de Friedman et le critère L des tendances de page.

Afin d’identifier chez les patients les liens entre le niveau initial du RGC, ses valeurs avant et pendant le traitement biodynamique, le coefficient de corrélation de rang de Spearman (rs) a été utilisé.

Des tests Wildoxon et Mann Whitney ont été utilisés pour évaluer l’indice de Kerdo.


 Changements RGC chez l’ostéopathe et le patient


Dans le groupe témoin, pendant 30 minutes, le niveau de RGC chez les patients n’a pas changé de manière significative et s’est établi à 151,50±9,58 kΩ au cours des 10 premières minutes, puis à - 169,9±10,92 kΩ à la fin de la séance - 172,60± 0, 61 kΩ.

Tableau 1 - Indications de RGC chez les patients du groupe principal en kΩ (M ± m)

Contexte Sans contact Avec contact
Patients 195,27 ± 12,20 663,55 ± 102,87 655,82 ± 98,13
Ostéopathe 211,73 ± 6,61 423,91 ± 14,00 450,05 ± 16,36

Pour vérifier la conformité des valeurs étudiées avec la loi de distribution normale, on a évalué le rapport entre l’indice d’asymétrie et son erreur et le rapport entre le taux de dépassement et son erreur.

Tableau 2 - Les indicateurs d’asymétrie et de dépassement des valeurs de RGC en kΩ chez les patients du groupe principal

Contexte Sans contact Avec contact
Asymétrie (А) -0,46 1,71 1,65
Erreur d’index d’asymétrie (ma) 0,47 0,47 0,47
А/ma 0,98 3,64 3,51
Excédent (E) -0,28 2,92 2,73
Erreur kurtosis (me) 0,82 0,82 0,82
E/me 0,34 3,56 3,33

Le rapport entre l’indice d’asymétrie et son erreur et le taux excessif avec son erreur dans les valeurs de RGC chez les patients pendant la consultation (sans contact et avec contact) était supérieur à trois, ce qui indique une distribution asymétrique du trait. Dans tous les autres cas, ces indicateurs n’ont pas dépassé trois fois leur propre erreur de représentativité, ce qui permet de conclure que la distribution correspond à la distribution normale.

Tableau 3 - Les indicateurs d’asymétrie et de dépassement des valeurs de RGC en kΩ chez le médecin pendant le traitement

Contexte Sans contact Avec contact
Asymétrie (А) 0,30 1,03 0,09
Erreur d’index d’asymétrie (ma) 0,47 0,47 0,47
А/ma 0,64 2,19 0,19
Excès (E) -0,82 1,16 -0,65
Erreur kurtosis (me) 0,82 0,82 0,82
E/me 1,00 1,41 0,79

Pour évaluer l’importance des différences entre les valeurs de RGC chez un ostéopathe au cours du traitement, une analyse de variance à un facteur a été utilisée pour les mesures répétées (α = 0,001). La valeur empirique du critère F était 105,78. La valeur critique du critère F = 7,72, c’est-à-dire que l’effet du traitement sur les indications de RGC chez un ostéopathe était significatif (p <0,001).

Le critère de Friedman a été utilisé pour évaluer l’importance des différences entre les valeurs de RGC chez les patients pendant le traitement. La valeur empirique de χ2r était de 33,09, ce qui correspond à un niveau de signification de 0,001. Ainsi, entre les valeurs de l’EAC chez les patients pendant le traitement, il y avait des différences hautement significatives (p <0,001).

Pour déterminer la tendance des différences établies sur la base du critère de Friedmann, le critère L de tendances de page a été appliqué. Les tableaux disponibles des valeurs critiques de ce critère ne sont conçus que pour un petit échantillon (n <12), de sorte que les patients ont été divisés en deux groupes de 11 personnes chacun avec des numéros de séquence pairs et impairs dans l’étude. La valeur empirique de L dans le groupe impair était 150, dans le groupe pair - 149. Les valeurs critiques du critère L des tendances de Page pour 11 sujets et 3 conditions de mesure : 147 (p ≤ 0,001), 144 (p ≤ 0,01), 141 (p ≤ 0,05). Ainsi, la tendance à l’augmentation d’indicateurs individuels de RGC chez les patients du premier stade (valeur de base) au troisième stade (avec contact) de l’expérience n’est pas aléatoire (p <0,001).

Ainsi, pendant le traitement biodynamique, l’état de l’ostéopathe (p <0,001) et du patient (p <0,001) change de manière significative. Dans le même temps, l’évolution des indicateurs individuels du RGC chez les patients au cours du traitement est naturelle.

Pour déterminer la relation entre les valeurs RGC chez les ostéopathes avant et pendant le traitement biodynamique, le coefficient de corrélation de Pearson (r) a été utilisé. Il a montré un lien faible entre l’état initial et le moment sans contact - 0,39, valeur identique entre l’état initial et le moment avec contact. Le critère T pour évaluer la signification statistique du lien de corrélation était de 1,89 (p> 0,05). La valeur de r entre les effets sans contact et avec contact était de 0,80, ce qui indique la présence d’une connexion élevée entre les stades du traitement biodynamique. Dans le même temps, le critère t pour évaluer la signification statistique de cette relation de corrélation était de 5,92 (p <0,001).

Ainsi, le changement d’état d’un ostéopathe ne dépend pratiquement pas de son état initial (p.0.05). Cependant, ses conditions au cours du traitement avec contact et sans contact du patient ont une relation élevée (p <0,001).

Pour identifier les liens entre le niveau de référence chez les patients RGC et ses valeurs avant et pendant le traitement biodynamique, le coefficient de corrélation de rang de Spearman (rs) a été utilisé. Entre l’exposition initiale et l’exposition sans contact, il était de 0,66. Le test t pour évaluer la signification statistique de la connexion de corrélation était de 3,93 (p <0,001). Entre l’exposition initiale et l’exposition avec contact, rs = 0,69. La valeur du test t pour évaluer la signification statistique du lien de corrélation était de 4,28 (p <0,001). Entre les effets sans contact et les effets avec contact, la valeur de rs était de 0,97, ce qui indique un lien très fort entre les étapes du traitement biodynamique entre elles. Le test t pour évaluer la signification statistique de cette relation de corrélation était de 17,36 (p <0,001).

Ainsi, selon les résultats de l’étude de la corrélation des valeurs de RGC, l’état initial du patient présente une relation moyenne statistiquement significative avec son état au cours de l’exposition au traitement (le coefficient de corrélation avec l’exposition sans contact était de 0,66, p <0,001, avec l’exposition par contact - 0,69, p < 0,001). Cependant, depuis le début du traitement biodynamique, l’état du patient est resté pratiquement inchangé. Dans le même temps, l’impact sans contact sur le corps du patient est comparable à l’effet avec contact (coefficient de corrélation = 0,97, p <0,001).

Pour identifier la relation entre l’état de l’ostéopathe et du patient, la méthode de corrélation des billes a été utilisée, car l’une des variables a été mesurée sur une échelle dichotomique (ostéopathe et patient). Les valeurs initiales de RGC chez l’ostéopathe et chez le patient ayant une loi de distribution normale, la solution de ce problème a donc été obtenue grâce au coefficient de corrélation de pseudo-points de Pearson (rpb). Le RPB empirique était de 0,18. Il s’agit d’une relation très faible entre les valeurs initiales du RSG entre l’ostéopathe et le patient, qui, de plus, n’était pas statistiquement significative (test T = 1,19, p> 0,05).

Tenant compte du type de distribution anormal des valeurs de RGC chez les patients exposés sans contact et exposés au contact, le coefficient de corrélation bisterial (rrb) a été utilisé pour l’analyse. La valeur de rrb empirique entre l’ostéopathe et le patient exposé sans contact était de 0,49. Le critère t pour évaluer la signification statistique de la relation de corrélation était de 3,65 (p <0,001). La valeur empirique de rrb entre l’ostéopathe et le patient lors d’une exposition avec contact était de 0,34. Test t d’évaluation statistique a corrélation de signification était de 2,34 (p <0,05).

Ainsi, selon le niveau de RGC, il n’y a pas de relation significative entre l’état de l’ostéopathe et le patient avant le début du traitement (coefficient de corrélation = 0,18, p> 0,05). Cependant, dans le processus de traitement biodynamique, une relation statistiquement significative se forme avec un coefficient de corrélation de 0,49 (p <0,01) pour une exposition sans contact et de 0,34 (p <0,05) pour une exposition avec contact.

En outre, le système nerveux autonome de 21 patients a été examiné à l’aide d’un test clinorotostatique (TC) et d’un test Danigne-Ashner (DA), puis ont calculé l’indice de Kerdo (IK) et comparé les données obtenues avant et après le traitement biodynamique.

Tableau 4 - IK avant traitement biodynamique

Les indices moyens du tonus végétatif initial avant traitement étaient asymétriques, la différence étant presque de -50 unités, de -0,26 à -50,52 unités, ce qui indique une tension prononcée du tonus végétatif. Au début du TC, les indicateurs étaient dans les limites d’excitation légère du système nerveux sympathique - jusqu’à 4,78 unités. et 3,92 unités, une fluctuation importante a été observée - également environ 50 unités. À la fin du TC et pendant le dosage de l’AD, une légère excitation du système nerveux parasympathique a été notée - jusqu’à -4,78.

Tableau 5 - IK après traitement biodynamique

Après le traitement biodynamique, le tonus végétatif initial était de 15,45, ce qui indique une prédominance modérée du système nerveux parasympathique. La même réaction a été observée lors des tests de la TC et de l’AD. Les fluctuations des indices au cours des tests se sont estompées et ont été insignifiantes. Des différences statistiquement significatives ont été obtenues selon le test de Wilcoxon à p ≤ 0,05 ; et par le critère de Mann Whitney quand (p <0,05).

Ainsi, le traitement biodynamique améliore statistiquement de manière fiable l’état du système nerveux autonome.


 Conclusion


  1. Durant le traitement biodynamique, l’état de l’ostéopathe (p <0,001) et du patient (p <0,001) change de manière significative. Dans le même temps, l’évolution des indicateurs individuels du RGC chez les patients au cours du traitement est naturelle.

  2. L’état modifié de l’ostéopathe est pratiquement indépendant de son état initial (p.0.05). Cependant, ses conditions au cours du traitement avec contact et sans contact du patient ont une relation élevée (p <0,001).

  3. L’état initial du patient a une relation moyenne statistiquement significative avec son état pendant le traitement (p <0,001). Depuis le début du traitement biodynamique, l’état du patient n’a pratiquement pas changé. Dans le même temps, l’impact sans contact sur le corps du patient est comparable à l’effet avec contact (coefficient de corrélation = 0,97, p <0,001).

  4. Il n’y a pas de lien significatif entre l’état de l’ostéopathe et le patient avant le début du traitement (coefficient de corrélation = 0,18, p> 0,05). Cependant, pendant le traitement biodynamique, une relation statistiquement significative se forme avec un coefficient de corrélation égal à 0,49 (p <0,01) pour l’exposition sans contact et à 0,34 (p <0,05) pour l’exposition avec contact.

  5. Le traitement biodynamique améliore statistiquement de manière significative l’état du système nerveux autonome.

Ainsi, les données préliminaires obtenues lors de l’impression montrent une augmentation significative de la composante tonique du RGC, ce qui indique une équilibration du système nerveux autonome que l’on peut mettre en relation avec l’état de Neutre du patient. Des indicateurs similaires pour l’ostéopathe permettent de juger de l’état de Neutre lorsque débute le processus thérapeutique. L’augmentation des indicateurs de la composante tonique se fait de manière synchrone avec les indicateurs du patient. Il est difficile de dire, sur le graphique, quel est le moment exact de l’accès au Neutre en raison de la référence de temps de l’expérience (10 minutes chacune) Toutefois, les données obtenues permettent valider l’action du traitement biodynamique. Il ne fait aucun doute que les recherches ultérieures éclairciront les modifications du RGC en fonction du stade de calme.


L’étude n’a été financée par aucune source, il n’y a pas de conflit d’intérêts.


 Remerciements


Les auteurs remercient Dmitry Kaplun et Pavel Chuvilin pour leur aide dans la réalisation de l’étude d’impression des patients.
En outre, les auteurs expriment leur gratitude à Alexander Calafati pour les précieux conseils qu’il a fournis lors de la réalisation des travaux.


 Annexe


Zones perceptuelles :

Elles ont été initiées par A.T. Still mais elles découlent du travail de Robert C. Fulford et ont été répertoriées en sept zones, de A à G, par James Jealous. Elles partent toutes de l’axe centro-sagital du corps pour s’étendre de plus en plus loin. La zone A correspond au corps physique, la zone B à l’environnement immédiat du corps (corps fluidique), etc. La zone D dont il est question ici correspond « au monde naturel ».

Ces zones correspondent à ce que disait A.T. Still : « La vie est une substance qui emplit entièrement l’espace de tout l’univers. Elle donne forme et mouvement à la fois au physique et à l’intellectuel. L’un de ses pouvoirs consiste à sélectionner la qualité de la matière… et ce qui constituera…les fluides et les forces de la Nature. » A.T. STILL recherche et pratique p 511.


 Bibliographie

[1Korr I.M. La base neurale de la lésion ostéopathique // J Am Osteopath Assoc. 1947 décembre ; 47 (4) : 191-198.

[2Erofeev N.P. et al., Investigation des milieux liquides du corps humain par débitmétrie laser Doppler // Thérapie manuelle. - 2007. - № 4. - page 40.

[3Urlapova E.V. et al., Étude multidisciplinaire des caractéristiques de la désorganisation des mécanismes de régulation et des effets thérapeutiques du traitement ostéopathique chez les enfants présentant un retard de développement mental et de la parole lié à une genèse hypoxique-ischémique périnatale // Traitement manuel. - 2014. - N ° 1. - Pages 32-52.

[4Seffinger M.A., Buser B.R., Licciardone J.C. et al. Lignes directrices de l’American Osteopathic Association pour le traitement par manipulation ostéopathique (OMT) chez les patients souffrant de lombalgie // Journal de l’American Osteopathic Association. - 2010. - Т. 110. - № 11. - С. 653-666.

[5Seffinger M.A., Buser B.R., Licciardone J.C. et al. Lignes directrices de l’American Osteopathic Association pour le traitement par manipulation ostéopathique (OMT) chez les patients souffrant de lombalgie // Journal de l’American Osteopathic Association. - 2010. - Т. 110. - № 11. - С. 653-666.

[6Blechschmidt E., Gasser R.F. Biocinétique et biodynamie de la différenciation humaine : principes et applications. - North Atlantic Books, 2012.

[7Michael Kern. Sagesse dans le corps - L’approche craniosacrée de la santé essentielle, North Atlantic Books ; Éd. Révisé édition de 2005, 360 p.

[8James Jealous. Matériel de cours « Biodynamique » I-IX, 2008-2016.

[9Franklyn Sills. Fondements de la biodynamie craniosacrée : souffle de vie et compétences fondamentales. Vol. 1 - North Atlantic Books, 2012, 441 p

[10Haller H. et al. Thérapie craniosacrée pour le traitement de la douleur chronique du cou : un essai contrôlé randomisé et factice // Journal clinique de la douleur. - 2016. - Vol. 32. - № 5. - P. 441.

[11Arnadottir T.S., Sigurdardottir A.K. Le traitement craniosacré est-il efficace contre la migraine ? Testé avec le questionnaire HIT-6 // Thérapies complémentaires en pratique clinique. - 2013. - Vol. 19. - № 1. - P. 11-14.

[12Girsberger W. et al. Variabilité de la fréquence cardiaque et influence de la thérapie craniosacrée sur la régulation du système nerveux autonome chez les personnes souffrant d’inconfort subjectif : étude pilote // Journal de médecine intégrative. - 2014. - Vol. 12. - N ° 3 - P. 156-161.

[13Castro-Sánchez A.M. et al. Un essai contrôlé randomisé portant sur les effets de la thérapie craniosacrée sur la douleur et la variabilité de la fréquence cardiaque chez les patients fibromyalgiques // Rééducation clinique. - 2011. - Vol. 25. - № 1. - P. 25-35.

[14Belyaev A. F. La base rythmologique de la biodynamique : l’essence physique de la « longue marée » // Actes du Congrès. Congrès international sur l’ostéopathie Open 2017 « L’actualité de l’ostéopathie. Ostéopathie - philosophie, science et art de la gestion de la santé ", Kazan, 10-12 juin 2017 http://www.osteopathy-official.ru/news-events/news-events_255.html.

[15Hassett J. Une introduction à la psychophysiologie. - San Francisco : WH Freeman, 1978.

[16Seoane F. et al. Vêtements détectés et instrumentation de mesure activée par textrode pour l’évaluation ambulatoire de la réponse du système nerveux autonome dans le projet atrec // Capteurs. - 2013. - Vol. 13. - № 7. - P. 8997-9015.

[17Brunner R. et al. Indicateurs psychophysiologiques de la réactivité au stress chez des patients psychiatriques adolescents présentant une symptomatologie dissociative // Psychopathologie. - 2008. - Vol. 41. - N ° 5. - P. 330-335.

[18Simon D. et al. Réponses autonomes et couplage neuro-cardiaque lors de la provocation de symptômes sur mesure dans le trouble obsessionnel-compulsif // Journal des troubles anxieux. - 2013. - Vol. 27. - №. 7. - P. 635-644.

[19Critchley H.D. Réponses électrodermiques : ce qui se passe dans le cerveau // The Neuroscientist. - 2002. - Vol. 8. - № 2. - P. 132-142.

[20Thorell L.H. et al. Hyporéactivité électrodermique comme marqueur de trait pour la propension au suicide dans les dépressions uni- et bipolaires // Journal of psychiatric research. - 2013. - Vol. 47. - N ° 12. - P. 1925-1931.



Notez cet article
5 votes






Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Visiteurs : 437 / 1754993

Venez nous suivre sur les réseaux sociaux :

       
Suivre la vie du site fr 

Site réalisé avec SPIP 3.2.13 + AHUNTSIC