L’Ostéo4pattes - Site de l’Ostéopathie
Recherchez dans le Site :

Introduction à la Méthode Gesret

Jacques Gesret
 
Créé le : lundi 4 juin 2007 par Jacques Gesret

Dernière modificaton le : mardi 2 novembre 2021

Introduction à la Méthode Gesret

Jacques Gesret
Photo de Frédéric Vanpoulle - Kinesithérapeute Ostéopathe - Spécialisé en Oro-Maxillo-Facial, lors de son séjour au Paraguay

N’allez pas croire qu’il suffit de dégager une première cervicale pour résoudre le problème du spasme pharyngé, ni de réduire les subluxations chondrocostales pour supprimer l’asthme. Oui, vous obtiendrez quelques résultats, mais ils ne tiendront pas plus d’une semaine, l’expérience l’a prouvé. C’est la stabilisation du travail qui m’a demandé 12 ans de recherche et ce n’est pas aussi simple que mon texte le laisserait supposer.
Certains ont même réalisé leur thèse d’ostéopathie à partir de mes travaux (avec mon autorisation), sans avoir la délicatesse de m’en adresser un exemplaire !
Par contre, si vous avez un asthmatique, rien ne vous interdit de vérifier la présence de ces subluxation chondrocostales (en décubitus dorsal), toujours présentes à droite et très rarement à gauche. Tous les asthmatiques "vrais" présentent un hémithorax droit fixé en postériorité par rapport au gauche, avec un déficit d’ampliation parfaitement visible.
Si vous effectuez une pression sur une subluxations tout en demandant au patient de respirer bien profondément, vous obtiendrez immédiatement la crise, que vous pourrez arrêter immédiatement.
Si vous interrogez votre patient pour savoir si sa crise est inspiratoire et qu’il le confirme, la simple palpations de sa première cervicale va le faire tousser immédiatement, mais attention d’y aller très doucement, un spasme grave peut être déclenché sur ce simple test ; qu’il vous confirme les paresthésies est largement suffisant.
Jacques GESRET 


 Asthme : Recherche fondamentale et
Nouvelles thérapeutiques des pathologies
du système immunitaire


Jacques GESRET
(256 pages - format 185x255 - cousu et relié)

Extraits de la préface 

....Ainsi. notant les points déséquilibrés du patient (donc mal fonctionnels) Monsieur Gesret a parfaitement compris que la cause de l’asthme est la perte de l’équilibre corporel de l’asthmatique. Par des interventions mécaniques simples, parfaitement illustrées dans son livre. il libère les limitations articulaires rendant ainsi « la fonction » à « la structure ».

Mais le point le plus intéressant c’est qu’il va permettre, à ceux qui le liront, de comprendre l’importance de l’équilibre du bassin. Sans cet équilibre maintenu, point de salut. La « jambe courte » si souvent citée est trop souvent négligée. Son équilibration, au millimètre près. est capitale et c’est peut-être là que réside le plus grand mérite de Monsieur Gesret. Qu’ayant vu disparaître sa pathologie, I’asthmatique guéri abandonne sa semelle ou sa talonnette (au millimètre près), rapidement il verra revenir les symptômes, aux conséquences parfois dramatiques, dont il souffrait. La preuve est irréfutable.......

Robert Perronneaud-Ferré D.O., M.R.O.(F).
Fondateur du Registre des Ostéopathes de France

Table des matières

  • Préfaces
  • Introduction
  • Chapitre I - L’asthme : définitions - Génétique et asthme –
  • Chapitre II - Hypothèses - L’information fantôme - Les réflexes fantômes - Les points réflexes –
  • Chapitre III - Introduction - Le mécanisme physiosomatique
  • Chapitre IV - Approche neurophysiologique - L’anomalie du réflexe épicritique cutané - Le réflexe d’axone, un mythe - Neurophysiologie du sympathique - Allergies : le nez, les yeux - Vrai ou faux asthme ?
  • Chapitre V - Tradition chinoise et données modernes - L’acupuncture - L’acupuncture : rappel d’histoire - Acupuncture et arc réflexe viscéro-cutané - Les points : indications traditionnelles - Acupuncture : conclusions
  • Chapitre VI - Neuroimmunopsychologie - Eczema et psoriasis - La mélodie vertébrale - Le diabète chez l’enfant
  • Chapitre VII - Le rachis : histoire ancienne - Les défauts de la statique corporelle - L’équilibre : principes - Biomécanique : principes - Théorie d’ensemble - Le réflexe d’appui sur la jambe courte - Angle d’ouverture des pieds - Influence sur la position spatiale du sacrum - Influence sur l’articulé dentaire
  • Chapitre VIII - Normalisation - Techniques personnelles – Contrôles - Réflexions sur la podologie – Commentaire - Biomécanique : règles - Hypothèses sur la jambe courte
  • Chapitre IX - Condensé pour praticien "pressé"
  • Chapitre X - Réflexion
  • Conclusions
  • Publications
  • Bibliographie 

 La méthode Gesret
Acupuncture & Ostéopathie 
Vérité neurophysiologique


Livre de Jacques R. GESRET
262 pages - 16 planches couleur - format 185x255 - cousu et relié

Tout le monde connaît les messages projetés ou "fantômes" : celui de l’infarctus, comme celui de l’algie des amputés.

Un signal est émis dans une zone périphérique, mais (pour le cœur) comme il n’a pas de somatotopie cérébrale, le système central "projette" l’information sur la zone où arrivent normalement les signaux provenant du ou des ganglions spinaux "émetteurs".

Ce qui fait que l’information douloureuse cardiaque arrive dans les mêmes ganglions cervicaux que les informations du bras gauche. D’où la projection de la douleur dans "l’image" de ce bras, jusqu’au petit doigt.

L’algie des amputés a diverses sources, mais la principale est la présence de compressions sur un névrome, et la suite est identique.

Ce que j’ai découvert est simple mais non simpliste.

Des informations (en dessous du seuil de perception) sont émises par certaines subluxations articulaires et perçues à tort comme provenant d’un secteur métamérique précis ou d’un organe interne.

A ces information, les systèmes de défenses répondent.

Prenons un exemple : j’ai démontré depuis 20 ans que les subluxations chondrocostales étaient toujours présentes chez tous les asthmatiques et que si l’on exerçait une pression rythmique dessus, on déclenchait immédiatement une crise.

Pourquoi ?

Les informations nociceptives chondrocostales, anormales, sont orientées à partir des ganglions paravertébraux, non pas comme des informations normales vers la moelle épinière, mais vers le système central. Le système central n’ayant pas l’image de l’articulation, projette cette information sur ce qu’il connaît à ce niveau : les bronches.

Le message étant perçu comme provenant des bronches, il prend l’aspect d’un corps étranger, déclenchant en premier le réflexe de toux ; celui ci augmente les signaux nociceptifs, déclenchant aussi les sécrétions, et comme rien ne l’expulse et qu’il semble devenir de plus en plus important, l’ultime réflexe est le spasme de la bronche pour l’empêcher d’aller plus loin.

Nous avons le mécanisme d’une crise.

J’ai démontré la véracité de ceci, devant un public de médecins spécialistes à l’institut d’hygiène de Mons, en déclenchant la crise chez un kiné asthmatique,

La normalisation des subluxations chondrocostales supprimant les informations nociceptives, supprime également toutes les réactions pathologiques.

Mais ce que j’estime le plus important, c’est d’avoir fait la distinction (jamais effectuée auparavant) entre la dyspnée expiratoire qui est de l’asthme "classique" et la dyspnée inspiratoire "faux asthme ou spasme pharyngé"rangée sous la même étiquette et traitée de la même manière (sans grand effet). Dans un cas, il s’agit d’un spasme bronchique, dans l’autre d’un spasme pharyngé, bien plus grave en cas de détresse respiratoire car si le sujet n’est pas intubé immédiatement, il n’y survit pas. Bien entendu, les médicaments broncho-dilatateurs sont sans effet majeur sur un spasme du pharynx !

L’origine de ce spasme se situe au niveau d’une irritation du glosso-pharyngien, et la compression d’une fibre est toujours perçue par le système central sous forme de paresthésies, dans ce cas, pharyngées.

Le rôle de ce nerf est de déclencher le réflexe de toux ou de vomissement.

Tous les sujets qui présentent ce type de dyspnée, ont une petite toux sèche permanente, surtout en position couchée, avec des crises principalement vers le milieu de la nuit.

Un des signes d’atteinte du glosso-pharyngien, chez ceux qui n’ont pas de spasmes, c’est la sensation "de chat dans la gorge", avec présence d’un mucus collant qui leur fait "racler" la gorge toute la journée.

Chez celui qui est sujet au spasme, le mécanismes du message projeté est identique : vision d’un corps étranger qui ne peut être expulsé par la toux, qui au contraire augmente avec celle ci = spasme pour l’empêcher d’aller plus loin.

Ces sujets présentent les crises les plus graves, mais sont aussi les plus faciles à guérir.

Ceci n’est une première approche, simplifiée pour ouvrir un dialogue constructif.

  • Extraits de préfaces

... Par ce deuxième livre, tout aussi intéressant et enrichissant, il lève le voile, parfois gênant pour les occidentaux, qui enveloppe trop souvent l’acupuncture. Ce faisant, il permet à celui attiré par cette technique de l’aborder aisément et de la démystifier aux yeux du patient potentiel.

Le plus important, me semble-t-il, est que l’auteur une fois encore insiste et démontre l’importance de "L’EQUILIBRE" sans lequel il ne peut y avoir de Santé, car le déséquilibre structurel conduit inéluctablement à la maladie.... Je souhaite que " Acupuncture et Ostéopathie - Vérité neurophysiologique " connaisse un grand succès pour le plus grand profit des malades et la grande satisfaction des thérapeutes.

Robert Perronneaud-Ferré, DO. M.R.O.F. Fondateur du Registre des Ostéopathes de France

... L’Ostéopathie est une Science, quoique certain veuille en dire, qui se veut au service de l’ homme et tu démontres parfaitement cette affirmation.

Merci Jacques pour ton courage, il en faut pour mettre tant de certitudes en question car j’ai toujours pensé que la difficulté de la pratique ostéopathique était de l’exercer de façon verticale. Ayant eu la chance d’être l’élève d’acupuncteurs de renom comme Lavier, Laville-Mery, j’ai pu mettre mes connaissances de l’ostéopathie en harmonie avec celle de la médecine énergétique chinoise, c’est dire l’importance que prend cette forme d’analyse..... Jacques tu es un précurseur et je souhaite que nombreux soient mes confrères qui se reconnaissent à travers toi.

J.P. Amigues DO. M.R.O.F Chargé de cours au Collège International d’Ostéopathie à Saint-Etienne. Chargé de cours à la Faculté de Médecine de Paris Nord

... C’est dire ,le respect que je porte à cette somme de travail considérable, prolongée ici dans le cadre de la recherche fondamentale en acupuncture et ostéopathie, car préfacer un bouquin de Gesret, c’est préfacer un espace où la passion et l’enthousiasme - très certainement au sens étymologique profond du mot - savent coexister avec la rigueur méthodologique du scientifique. Mais surtout, c’est cautionner l’importance jamais assez clamée de la clinique vis-à-vis des recherches analytiques toujours plus sophistiquées où se confond trop souvent la médecine contemporaine.... Jacques R. Gesret est ainsi de ceux qui -telle la formule d’Aristote - apprennent pour enseigner et enseignent pour apprendre. L’authenticité du chercheur fait de ce livre une véritable thèse d’ostéopathie et d’acupuncture à la fois. Avec l’honnêteté requise, toute hypothèse posée y est démontrée jusqu’à ses limites expérimentales.... Bien des éléments appartenant à la grande tradition de la médecine orientale sont ainsi éclairés et confirmés, au delà des fumées ésotériques qui les marginalisent bien trop souvent....

Ce livre devra assurément ouvrir bien des portes à son auteur.

Daniel Kieffer Président de la FENAHMAN. Directeur du CENATHO. Membre du Registre des Praticiens de Santé Naturopathes de France.

Table des matières

  • Propos liminaire
  • L’acupuncture : un peu d’histoire
  • Chapitre I. Introduction
    Embryologie : les feuillets - L’homme segmentaire - Neuromatrice et neurosignature – Neuroimmunopsychologie - Somatopsychique et acupuncture
  • Chapitre II. Voies nerveuses
    Nerfs intercostaux - Les cinq premiers ganglions thoraciques - Les autres ganglions - Les voies médullaires – Réflexologie – Récapitulatif
  • Chapitre III. Les méridiens
    Approche générale - Approche particulière - Les méridiens des membres supérieurs - Approche neurophysiologique - Le méridien du poumon - Le méridien du gros intestin - Le méridien du cœur - Le méridien de l’intestin grêle - Le méridien du péricarde - Le méridien des trois foyers - Réflexion sur les six méridiens - Les méridiens du tronc, des membres inférieurs
  • Chapitre IV. Étude des points par segment métamérique
    Segments métamériques cervicaux (de 3 – 8) – Les 12 segments métamériques thoraciques– Les 5 segments métamériques lombaires - Les 5 segmentsmétamériques sacrés - La tête
  • Chapitre V. Les Viscères (planches couleurs)
    Le cœur - Trachée, bronches et poumons - L’œsophage - L’estomac - Le grêle, le gros intestin et le rectum - Foie, vésicule, rate et pancréas - Les reins - La vessie - Appareil génital masculin - Appareil génital féminin 127
  • Chapitre VI. Les projections viscéro-cutanées
    Comparaison avec les points d’acupuncture : suite de schémas
  • Chapitre VII. Panorama
    Le système glandulaire - L’hypophyse - La thyroïde – Parathyroïdes - Le thymus - L’épiphyse - Le système immunitaire - Les points en relation avec la fièvre - Les points en relation avec les allergies - Les points en relation avec les pathologies cutanées - Les pathologies comportementales - Les pathologies du système central - Les points "mystérieux" - Les entités viscérales traditionnelles - Ganglions supremum thoraci et stellaire : synthèse - Les énergies traditionnelles - Métabolisme de l’énergie - Théorie neurophysiologique sur le contrôle de l’énergie - Chronobiologie
  • Chapitre VIII. Acupuncture et ostéopathie
    Relation ostéopathique - L’importance de l’équilibre - L’importance de la podologie - L’articulé dentaire - L’importance des côtes - Tableau des relations organes vertèbres – Conclusion
  • Bibliographie
  • Publications 


Notez cet article
0 vote






Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Visiteurs : 35 / 1820232

Venez nous suivre sur les réseaux sociaux :

       
Suivre la vie du site fr 

Site réalisé avec SPIP 3.2.13 + AHUNTSIC