L’Ostéo4pattes - Site de l’Ostéopathie
Recherchez dans le Site :

@osteopathe_francais : Quizz & réponses sur "un nouveau paradigme dans la thérapie manuelle"

Créé le : jeudi 25 février 2021 par @osteopathe_francais

Dernière modificaton le : vendredi 26 février 2021

@osteopathe_francais sur instagram a proposé en story un Quizz "Vrai ou Faux" de 10 questions sur la thérapie manuelle et au vu des réponses il a décidé de corriger le quizz à l’aide d’un Post afin de donner des explications.

Le Quizz et les réponses sont inspirées de l’article écrit par le Dr. Bahram Jam.

A new Paradigm in Manual Therapy : Abandoning Segmental Motion Palpation

Written by : Dr. Bahram Jam, PT
Editorial by : C. Davies, G. Lehamn, A. Long, J. Meadows, J. Millard, R. Rosdale, T. Seely

Advanced Physical Therapy Education Institute (APTEI), Thornhill, ON, Canada

July 15, 2016 Article published on www.aptei.ca “Clinical Library”

This article was inspired by a paper titled, “The Tale of the Manipulative Lesion”, written by Benjamin Christensen (Norway) & Mikal Solstad (Sweden), two science-based manual therapists ; available on www.paincloud.com

 Introduction

L’objectif de l’auteur est de décomplexer les thérapeutes en échec à cause de leurs fausses croyances, d’encourager les cliniciens qui s’appuient sur diverses compétences pour l’examen d’un patient.
Et enfin, fournir aux cliniciens qui utilisent la thérapie manuelle des explications plausibles basées sur les neurosciences de la douleur. Il soutient que les explications précédentes biomécaniques de la thérapie manuelle sont imparfaites, dépassées et constituent sans doute un obstacle aux soins des patients.

 Question 1 : La manipulation vertébrale (lombaire, thoracique ou cervicale) cible un segment spécifique ?

Faux, nous ne sommes pas autant précis que ce que l’on croît.
Les études montrent que dans la majorité des cas, """"le niveau ciblé n’est pas manipulé"""" et que la technique touche plusieurs niveaux, et cela toucherait même le côté opposé de l’articulation ciblée. Des études ont également montré que la réduction de la douleur suite à des mobilisations articulaires n’est pas spécifique au niveau vertébral mobilisé.
  • Sources :
    • Dunning & al. 2013
    • Ross & al. 2004
    • Aquino & al. 2009
    • Huisman 2013

 Question 2 : Le "crack" est spécifique d’une articulation manipulée ?

Faux, l’articulation n’est pas obligé de "craquer" et si elle craque il est autant possible que ce soit une au dessus, en dessous ou même une du thérapeute. 🤣🤣🤣

 Question 3 : Le "crack" articulaire signifie que la manipulation est efficace ou plus efficace que sans le "crack" ?

Faux, des études montrent que le "crack" audible pendant une manipulation ne semble pas pertinent.
  • Sources :
    • Flynn & al. 2013
    • Chili & al. 2004

 Question 4 : les manipulations ne sont efficaces que si elles sont appliquées suite à nos tests globaux et spécifiques, elle ne peuvent pas êtres efficaces si appliquées au hasard ?

Faux. Des études ont démontré que des résultats identiques sont obtenus que ce soit sur des zones douloureuses ou non-douloureuses. En fait, les études ont même montré des avantages similaires en matière de soulagement de la douleur pour des patients souffrant de cervicalgies lorsque la technique était appliquée à la région thoracique par rapport à la technique appliquée à la région cervicales. Une revue systématique (Young & al. 2014) soutient l’efficacité de la TM sur des segments éloignés des segments douloureux et par conséquent la palpation des mouvements locaux n’est plus pertinente même si elle peut être détectée de manière fiable, ce qui n’est pas le cas.
  • Sources :
    • Aquino & al. 2009
    • De Oliveira & al. 2013
    • Schomacher 2009
    • Huisman & al. 2013
    • Cleland & al. 2005
    • Young & al. 2014

 Question 5 : La prise en charge basée sur des exercices est moins efficace que les traitements manipulatifs ?

Faux, l’ensemble de la littérature met en avant les exercices pour les nombreux bienfaits qu’il présentent

 Question 6 : Les dysfonctions, pertes de mobilité sont mauvaises pour le fonctionnement du corps, elles douvent être repérées et traitées ?

 Question 7 : Avoir une bonne mobilité sur un segment articulaire est nécessaire pour le bon fonctionnement du corps ?

Réponse aux deux dernières questions : Faux et faux, les preuves sont extrêmement faibles. Pourquoi ? Par ce que les thérapeutes trouvent tous des dysfonctions différentes, en découle des traitements différents. Qui a raison ? Tout le monde, les thérapeutes font du bien et cela nous permet de nous dire que ce n’est peut-être pas la technique qui joue le plus dans le traitement manuel
Deuxièmement, on retrouve chez tout le monde des dysfontions, des pertes de mobilité, des asymétries etc. Même chez les gens qui n’ont pas de douleurs, même chez les sportifs, même chez les gens qui vivent très bien. Alors est-ce que c’est vraiment cela que nous devons traiter ? Ces explications biomécaniques de corriger les choses qui ne sont pas droites comme le dit l’auteur sont très discutables. L’auteur lui, dit que l’humain a des capacités d’adaptation très développées depuis des milliers d’années et ce serait incroyable que le corps ne puisse pas s’adapter à un segment vertébrale.
  • Sources :
    • effinger & al. 2004
    • Coughlin & al. 2000
    • Keedy & al. 2014
    • et bien d’autres...

 Question 8 : L’efficacité de la thérapie manuelle est due en grande partie aux techniques manuelles employées ?

Faux, je conseils de lire les 2 sources ci-dessous. La technique est importante mais finalement tout ce qui l’englobe l’est d’autant plus (relation thérapeutique, le contexte de soins, les attentes, etc...).
  • Source :
    • Morral & al. 2017
    • Menke 2014
    • Et plus dans d’autres posts.

 Question 9 : Les tests palpatoires ont une bonne reproductibilité, fiabilité, validité.

Faux, que ce soit intra- ou extra-examinateurs pour les tests structurels, MRP et tissus mous.

 Question 10 : Les relâchement tissulaires palpable sont dues à l’action directe de nos mains ?

Faux, on revient aux réponses précédentes, le relâchement est dû à tout un contexte et non seulement à une technique. De plus, contrairement à la croyance populaire, la manipulation ne modifie pas la position des articulations et n’inverse pas les "subluxations" (Tullberg & al. 1998). De nouvelles hypothèses soutiennent que la thérapie manuelle produit des effets neurophysiologiques non-spécifiques via le système nerveux central (Bialosky & al. 2013 ; Bialosky & al. 2009 ; Scheip 2003). Il semble évident d’intégrer aujourd’hui le modèle biopsychosocial et celui de la neuromatrice de la perception de la douleur (Melzack 2005) pour mieux comprendre la douleur.
  • Sources (palpation) :
    • Rajendranet 2011
    • Stovalet 2010
    • Sommerfield & al. 2004
    • Moran 2001
    • Yoon 2011
    • Seffinger 2004
    • Hsieh 2000

 Conclusion de l’auteur

Avec le recul, la pression que j’ai subie pour sentir et localiser avec précision un niveau dysfonctionnel était inutile. En fait, le manque de confiance qu’elle a suscitée n’a permis de maximiser les bénéfices potentiels de la TM pour les patients. Ayant été "libéré" des entraves de la palpation des mouvements, j’applique maintenant la TM avec une plus grande confiance, ce qui est inévitablement ressenti par mes patients, ce qui renforce encore les effets neurophysiologiques de toute technique de TM que je choisis d’appliquer.
Ayant abandonné l’idée de me concentrer sur l’évaluation et le traitement de mes patients en me basant sur une biomécanique ou une palpation des mouvements non pertinentes, j’ai adopté l’hypothèse que mes techniques de TM ont principalement des avantages non mécaniques et non spécifiques.
J’applique la TM afin de faciliter le mouvement, de stimuler la proprioception, d’aumenter la perception du corps et surtout de rassurer.
Il y aura toujours des preuves dans chaque profession, mais la majorité des thérapeutes manuels semblent refuser d’accepter des preuvent réfutant les tests de mouvements manuels. Bien que cela puisse être difficile, il est essentiel que les professionnels de santé acceptent les preuves émergentes et aillent de l’avant, ce qui, en retour, profitera inévitablement aux patients.

Il n’y a pas de droits d’auteur sur ce document. N’hésiter pas à l’imprimer, le copier et le distribuer. www.aptei.ca . Adessez toute correspondance à Bahram Jam : bjam chez aptei.com

  • Sources :
    • Abbott & al. 2009
    • Aquino & al. 2009
    • Bialosky & al. 2009
    • Bialosky & al. 2011
    • Bialosky & al. 2014


Notez cet article
2 votes






Accueil | Contact | Plan du site | | Visiteurs : 282 / 1390410

Venez nous suivre sur les réseaux sociaux :

       
Suivre la vie du site fr 

Site réalisé avec SPIP 3.2.9 + AHUNTSIC