L’Ostéo4pattes - Site de l’Ostéopathie
Définir le système fascial

Cet article essentiel présente une définition...

Résumé de l’article "Defining the fascial system" (Adstrum et al, 2017)
Créé le : mercredi 7 août 2019 par Christian Courraud

Dernière modificaton le : mercredi 7 août 2019

Le terme fascia est couramment utilisé par des chercheurs et des cliniciens mais sa définition reste encore imprécise. L’utilisation de ce terme peut nuire à la communication sur le fascia dans le monde et entre les chercheurs et les multiples praticiens qui s’adressent ou font référence à ce tissu.
La Société de Recherche sur le Fascia (FRS) a créé un comité d’experts (Fascia Nomenclature Comitee - FNC) chargé de clarifier la terminologie et de proposer une définition plus précise de ce terme. Les travaux de ce comité ont abouti à la création de deux définitions distinctes : celle de « fascia » et de « système fascial ». Cet article présente la définition du système fascial proposée par le FNC.

• Introduction

En médecine conventionnelle, le terme Fascia est couramment rencontré et utilisé en anatomie pour désigner des structures très diverses (tendon membraneux, aponévrose, tissu conjonctif lâche ou profond, système connectif global) mais le terme fascia n’a jusque-là pas été scientifiquement précisé. De plus, de nombreux cliniciens utilisent fréquemment le terme fascia de manière non conventionnelle en le désignant comme un système global parcourant le corps humain.

Une tension existe donc entre les tenants d’une définition classique (descriptive et anatomique) et ceux attachés à une définition plus « holistique » (plus fonctionnelle et élargie). Il était donc nécessaire de définir plus précisément ce terme afin de créer un langage commun et de faciliter la communication entre les cliniciens et les chercheurs.

Bien que dans un premier temps, les membres du FNC n’aient pu parvenir à un consensus précis sur la définition du fascia, ils ont conclu que le fascia est perçu simultanément de deux manières principales (morphologique et fonctionnelle) au sein de la communauté interdisciplinaire de recherche sur le fascia. Ils ont également constaté que ces deux perspectives étaient divergentes et non congruentes entre elles.

Si une définition stricte du fascia convient aux anatomistes, celle-ci devient inopérante dès lors qu’on intègre les aspects fonctionnels du fascia (exemple : transmission de force, sensibilité) et si on considère les nombreuses structures fibreuses pouvant être considérées comme du fascia (aponévroses, tendons, capsules, ligaments). Dans ces conditions, une définition plus holistique paraît plus adaptée à cette perspective.

Face à ce constat, le FNC est tombé d’accord sur la nécessité de développer deux nouvelles définitions pouvant représenter équitablement le terme fascia tel qu’il est largement reconnu par la communauté interdisciplinaire des chercheurs et cliniciens du fascia. Une première définition est nécessaire pour circonscrire ce qui est entendu sous le vocable fascia et quels tissus ce terme désigne. Cette perspective est essentielle pour décrire les fascias, identifier et isoler ses différentes couches, étudier et évaluer leurs comportements et leurs altérations in-vivo et enfin pour comparer les études effectuées dans différents types de population (revues de littérature et méta-analyses) (Stecco C.). Une seconde définition plus large et fonctionnelle doit également être créée afin de répondre à l’exigence unanimement reconnue d’expliquer le système fascial c’est-à-dire ce vaste réseau connectif qui investit tout le corps et s’influence mutuellement et réciproquement (Stecco A., 2004).

• Définitions du fascia et du système fascial

Le FNC, a d’abord proposé une nouvelle définition précise du fascia alignée sur la définition donnée par la Terminologia Anatomica (FCAT, 1998) : « Un fascia est une gaine, un feuillet ou tout autre agrégat dissécable de tissu conjonctif qui se forme sous la peau pour attacher, envelopper et séparer les muscles et les autres organes internes. ». Cette définition a été soumise à la Federative International Programme on Anatomical Terminologies (FIPAT) et est actuellement à l’étude.
Un sous-groupe du FNC s’est attaché à donner une définition fonctionnelle du système fascial en s’appuyant sur l’évolution croissante de la connaissance scientifique se rapportant à l’étude du réseau fascial et à son interdépendance et interaction au service de la fonction et du mouvement. Il a été décidé de respecter la nomenclature anatomique préexistante.

La définition finale proposée par ce groupe est présentée en ces termes : « Le système fascial est un continuum tridimensionnel des tissus conjonctifs fibreux, mous, lâches et denses contenant du collagène qui imprègnent le corps humain. Il comprend les tissus adipeux, les adventices et les gaines neurovasculaires, les aponévroses, les fascias profonds et superficiels, l’épinèvre, les capsules articulaires, les ligaments, les membranes, les méninges, les expansions myofasciales, le périoste, les rétinaculae, les septa, les tendons, les fascia viscéraux et tous les tissus conjonctifs intra et intermusculaires, y compris l’endo, le péri et l’épimysium.
Le système fascial interpénétre et recouvre tous les organes, muscles, os et fibres nerveuses, dotant le corps d’une structure fonctionnelle et fournissant un environnement qui permet à tous les systèmes du corps de fonctionner d’une manière intégrée. »

• Discussion

Cette définition originale du système fascial adopte une perspective holistique apparaissant dans plusieurs définitions « fonctionnelles » et notamment dans celle proposée récemment par Findley et Schleip (Fascia Research Congress 2007). Elle est également une condition préalable à l’examen de la morphologie complexe de ce système et à son fonctionnement dynamique.

Le mot continuum a été choisi parce qu’il met en évidence la continuité tridimensionnelle de ce système fascial, propriété essentielle pour comprendre sa contribution à la génération et à la transmission des contrainte mécaniques ainsi qu’à d’autres formes de communication d’information à travers le corps (neurologique, biochimique). Ce terme est parfaitement en accord avec la continuité du tissu fascial observée par plusieurs anatomistes (Bichat, 1813, Still, 1899, Godman, 1824, Gallaudet, 1931), histologistes (Ross et Pawlina 2011) et chirurgiens (Guimberteau, 2015). Cette continuité intrinsèque fasciale intègre de nombreuses et diverses parties anatomiques (ligaments, méninges, tendons) et rejoint le travail quotidien de nombreux praticiens.
La liste des structures anatomiques mentionnées dans cette définition n’est pas nécessairement complète mais l’objectif premier était de définir le concept de système fascial. D’autre part plusieurs termes tels que network, réseau ou matrice (par exemple, Myers, 2014b, Schleip et al., 2012b, Schultz et Feitis, 1996) apparus récemment dans la littérature peuvent être considérées comme ayant un sens similaire.

La définition reconnaît également que le tissu conjonctif est un tissu de base subdivisé en trois catégories : le tissu conjonctif embryonnaire (mésenchyme, tissu conjonctif muqueux), le tissu conjonctif propre (tissu conjonctif lâche et dense) et le tissu conjonctif spécialisé (sang, os, cartilage, tissu adipeux, tissu hématopoïétique, tissu lymphatique) (Ross et Pawlina, 2011). Elle indique que le système fascial est constitué de plusieurs types de tissus conjonctifs (tissus aréolaires, denses, réguliers /irréguliers, adipeux) et non d’un seul.

Le terme « tissu mou » (« soft ») a pour vocation de distinguer le tissu conjonctif fascial du cartilage et de l’os, ces deux dernières structures étant plus dures et des spécialisations du tissu conjonctif. Il a été choisi préférentiellement à d’autres termes (tissu fibreux, tissu conjonctif proprement dit, tissu lâche, de soutien) conformément au terme actuellement préconisé dans la Terminologia Histologica (FAPAT, 2008).

Le terme contenant du collagène (« collagen-containing ») permet de distinguer le fascia du muscle, qui est souvent classé comme une forme « spécialisée » de tissus mous.

Cette définition intègre enfin le principe largement admis que le système fascial remplit plusieurs fonctions importantes dans le corps humain (architecturales et structurelles, neurologiques, transmission des contraintes biomécaniques, mécanotransduction). Toutefois, elle ne cherche pas à en identifier la totalité et la multiplicité et laisse la porte ouverte à la découverte de nouvelles propriétés.

• Conclusion

En conclusion, les auteurs rappellent que la volonté de la FRS à travers le FNC était de favoriser le développement et la définition de ce nouveau terme « système fascial » afin de faciliter et de rendre claire et opérationnelle la communication internationale interdisciplinaire et interprofessionnelle sur le fascia. Ils recommandent vivement que les termes « fascia » et « système fascial » soient largement adoptés et utilisés dans les futures communications orales et écrites sur le fascia.

Ce résumé de l’article en français a été réalisé par C. Courraud et I. Bertrand (TMG Concept).



Notez cet article
1 vote






Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Visiteurs : 114 / 978233

Suivre la vie du site fr 

Site réalisé avec SPIP 3.1.11 + AHUNTSIC