L’Ostéo4pattes - Site de l’Ostéopathie

SDO 3 - Fiabilité du diagnostic et efficacité clinique de l’ostéopathie viscérale

Albin Guillaud, Nelly Darbois, Richard Monvoisin et Nicolas Pinsault
Créé le : jeudi 17 janvier 2019 par CORTECS, Jean Louis Boutin

Dernière modificaton le : jeudi 17 janvier 2019

Résumé

RÉSUMÉ

Contexte
En 2010, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a publié des repères pour la formation en ostéopathie, dans lesquels les techniques viscérales ostéopathiques sont incluses. Le but de cette étude était d’identifier et d’évaluer de façon critique la littérature scientifique concernant la fiabilité du diagnostic et l’efficacité clinique des techniques utilisées en ostéopathie viscérale.

Méthodes
Les bases de données MEDLINE, OSTMED. DR, la Cochrane Library, Osteopathic Research Web, Google Scholar, le site Web du Journal of American Osteopathic Association (JAOA), le site Web de l’International Journal of Osteopathic Medicine (IJOM) et le catalogue du site Web de l’Académie d’ostéopathie de France ont été consultés jusqu’en décembre 2017. Seules les études de fiabilité interévaluateurs comprenant au moins deux évaluateurs ou les études de fiabilité intraévaluateurs comprenant au moins deux évaluations par le même évaluateur ont été incluses. Pour les études d’efficacité, seuls des essais cliniques comparatifs randomisés (ECR) ou des études croisées sur des sujets en mauvaise santé (toutes conditions, durée et résultats) ont été inclus. Le risque de biais a été déterminé en utilisant une version modifiée de l’outil d’évaluation de la qualité pour les études de fiabilité diagnostique (QAREL) dans les études de fiabilité. Pour les études d’efficacité, l’outil Cochrane sur le risque de biais a été utilisé pour évaluer leur conception méthodologique. Deux auteurs ont procédé à l’extraction et à l’analyse des données.

Résultats
Huit études de fiabilité et six études d’efficacité ont été incluses. L’analyse des études de fiabilité montre que les techniques diagnostiques utilisées dans l’ostéopathie viscérale ne sont pas fiables. En ce qui concerne les études d’efficacité, l’étude la moins biaisée ne montre aucune différence significative pour le résultat principal. Les principaux risques de biais relevés dans les études incluses étaient dus à l’absence d’aveuglement des examinateurs, à une méthode statistique inadéquate ou à l’absence de résultats d’études primaires.

Conclusions
Les résultats de l’examen systématique nous amènent à conclure qu’il n’existe pas de preuves solides et bien menées sur la fiabilité et l’efficacité des techniques en ostéopathie viscérale.

Contexte

CONTEXTE

La pratique de l’ostéopathie a été fondée en 1874 par Andrew Taylor Still aux États-Unis [1]. Pour l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’ostéopathie est une médecine complémentaire et alternative qui consiste en des techniques manuelles de diagnostic et de traitement pour diverses affections (telles que les troubles musculosquelettiques et gastro-intestinaux) [2]. Les données empiriques fiables sur les différents types de techniques utilisées en pratique ostéopathique sont rares, essentiellement en raison de la faible représentativité des échantillons étudiés. Parmi tous les patients traités par des ostéopathes, le nombre de patients recevant l’ostéopathie viscérale varie considérablement, de 1% à 95% [3], [4]. Bien que l’enseignement de l’ostéopathie viscérale ait été interdit dans au moins un pays (en France [5]) (voir encadré), l’OMS a incorporé les techniques viscérales dans son référentiel pour la formation à l’ostéopathie en 2010 [2]. Toutefois, l’introduction d’une discipline dans les référentiels de formation clinique et, plus généralement, dans les systèmes de soins de santé devrait exiger des preuves rigoureuses d’innocuité, d’efficacité . Pour satisfaire à ces exigences, les techniques diagnostiques et les thérapies elles-mêmes doivent être à la fois fiables et efficaces.

D’un point de vue historique, le concept d’ostéopathie viscérale a été introduit par l’ostéopathe français Jacques Weischenck dans les années 1980 [6]. La publication ultérieure en 1983 par les ostéopathes français Jean-Pierre Barral et Pierre Mercier [7] est celle sur laquelle se basent la plupart des ostéopathes.

Selon la théorie proposée par ses fondateurs, l’ostéopathie viscérale est essentiellement décrite en termes mécaniques et se concentre sur les organes intra-abdominaux [6], [7]. Partant de l’observation selon laquelle les viscères intra-abdominaux se déplacent naturellement (par exemple à cause de la respiration), il est soutenu que cette mobilité pourrait être perturbée de la même manière que la mobilité articulaire peut être perturbée [7]. D’un point de vue physiopathologique, il est prétendu que ces troubles peuvent déclencher, augmenter ou maintenir des troubles musculo-squelettiques (p. ex. douleurs lombaires) ou gastro-intestinaux (p. ex. troubles de l’intestin irritable) [6], [7], entre autres. Par conséquent, les ostéopathes viscéraux suggèrent que ces troubles de la mobilité peuvent être détectés par palpation et traités par manipulation [6], [7]. À l’heure actuelle, aucun des aspects théoriques de l’ostéopathie viscérale n’a reçu de soutien empirique sérieux, si ce n’est la possibilité d’une perturbation de la mobilité des viscères [8]. De plus, aucune revue systématique n’a été effectuée sur les preuves de la fiabilité des techniques diagnostiques utilisées dans l’ostéopathie viscérale en intra et extra examinateurs (évaluateurs).

Une revue de littérature a été réalisée sur l’efficacité des stratégies thérapeutiques dans l’ostéopathie viscérale [9]. Cette revue n’est malheureusement ni systématique (pas de méthodes de recherche, d’inclusion et d’analyse) ni spécifique à l’ostéopathie viscérale car elle comprend des études sur le massage abdominal. Le présent article présente deux revues systématiques pour identifier et évaluer de façon critique la littérature scientifique concernant 1) la fiabilité des techniques diagnostiques et 2) l’efficacité clinique des techniques utilisées en ostéopathie viscérale

Encadré

ENCADRÉ

L’Arrêté du 25 mars 2007 relatif à la formation en ostéopathie, à la commission d’agrément des établissements de formation et aux mesures dérogatoires publié au J.O n° 73 le 27 mars 2007 page 5687 texte n° 43 - NOR : SANP0721336A [https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000273294] dans son article 3 stipule :

« Tout enseignement relatif à une approche viscérale ou crânio-sacrée, à des pratiques se rapportant à la sphère urogénitale ainsi qu’à une pratique de l’ostéopathie chez la femme enceinte est strictement exclu de la formation ».

Cet article a été abrogé par décision du Conseil d’État en date du 23 janvier 2008 suite au recours de l’AFO et du SNOF : Conseil d’État 1ère et 6ème sous-sections réunies, 23/01/2008, 304482 [https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&idTexte=CETATEXT000018259696&fastReqId=1660676417]

Méthodes

MÉTHODES

Le protocole a été enregistré sur PROSPERO (CRD42016052861 : http://www.crd.york.ac.uk/PROSPERO/display_record.asp?ID=CRD42016052861) le 12 décembre 2016, et a suivi les recommandations PRISMA (Preferred Reporting Items for Systematic Reviews and Meta-Analyses) http://prisma-statement.org.

Sources de données et recherches

En décembre 2017, les sources documentaires suivantes ont été consultées : MEDLINE, OSTMED.DR, la Cochrane Library, Osteopathic Research Web, Google Scholar, Journal of American Osteopathic Association (JAOA), International Journal of Osteopathic Medicine (IJOM) et le catalogue de l’Académie d’ostéopathie de France.

(Voir Fichier supplémentaire 1 : Annexe 1, pour les termes et équations de recherche).

La recherche a été effectuée jusqu’au 21 décembre 2017. Aucune restriction n’a été appliquée en ce qui concerne la date ou la langue de publication.

Par souci d’exhaustivité, une recherche complémentaire a été effectuée. Il s’agissait d’analyser la liste des références des articles inclus, de lire les revues systématiques précédentes et de communiquer avec des organisations professionnelles ou les auteurs d’études non publiées pour obtenir des études supplémentaires.

Sélection des études

Seules les études de fiabilité interévaluateurs comprenant au moins deux évaluateurs ou les études de fiabilité intraévaluateurs comprenant au moins deux évaluations par le même évaluateur ont été incluses. De plus, seules les études sur l’être humain (sujets sains ou malades) ont été retenues. En ce qui concerne les interventions évaluées, toutes les études relatives aux techniques mentionnées dans la littérature classique sur l’ostéopathie viscérale ou déclarées par les auteurs comme relevant du domaine de l’ostéopathie viscérale ont été retenues. Le bénéfice du doute a été accordé aux techniques dont l’appartenance à l’ostéopathie viscérale n’a pu être clairement établie.

Pour les études d’efficacité, seuls des essais cliniques comparatifs randomisés (ECR) ou des études croisées sur des sujets atteints d’une affection quelconque (toutes conditions, durée et résultats) ont été inclus. En ce qui concerne les interventions évaluées, le même principe que pour les études de fiabilité a été appliqué (voir ci-dessus). Les autres critères d’exclusion étaient les suivants : essais non comparatifs, études non croisées, absence de mention claire de l’utilisation des techniques d’ostéopathie viscérale, études dans lesquelles des traitements combinés ont été évalués (comme dans le cas de la thérapie manuelle ostéopathique - TMO) sans analyse de sous-groupes et, éventuellement, études pour lesquelles la version intégrale du texte n’est pas disponible. Aucune restriction n’a été faite en ce qui concerne le type de maladie, le type de critères de jugement ou le type de services de santé.

Le processus de sélection systématique s’est déroulé en trois étapes. Tout d’abord, une sélection a été faite sur la base du titre de l’article. Deuxièmement, chaque résumé a été évalué. À ce stade, les études qui ne répondaient pas aux critères d’inclusion ont été exclues. Enfin, les articles en texte intégral ont été lus pour une dernière application des critères d’inclusion. Un auteur a procédé à la sélection systématique. Pour les études réunies dans le cadre de l’approche complémentaire, leurs résumés ou, au besoin, les articles en texte intégral, ont également été analysés.

Extraction des données et évaluation de la qualité

Deux auteurs ont procédé à l’extraction des données. Les données extraites sont : la conception de l’étude (avec randomisation et procédures d’aveuglement), la taille et les caractéristiques de l’échantillon (p. ex., âge et/ou maladie ou critères d’inclusion), ainsi que les résultats principaux et secondaires. En ce qui concerne les études de fiabilité, des informations complémentaires sont présentées concernant les évaluateurs (nombre, qualification ou expertise) ainsi que l’analyse statistique effectuée. En ce qui concerne les études d’efficacité, une brève description des techniques mises en œuvre est également présentée.

Conformément aux recommandations PRISMA http://prisma-statement.org, le risque de biais a été évalué de façon indépendante par deux examinateurs avec des formulaires standardisés. Dans le cas où les risques de biais ne peuvent être pleinement évalués en raison d’informations manquantes, l’auteur correspondant de la publication (ou à défaut, l’auteur principal) a été contacté pour obtenir les informations nécessaires à l’évaluation des risques de biais. Tous les auteurs ont été contactés le 20 décembre 2017. Les auteurs qui n’ont pas répondu ont été recontactés le 28 décembre 2017.

Les examinateurs ont résolu les désaccords par la discussion et le consensus. Lorsqu’aucun consensus n’a pu être atteint, un troisième examinateur a pris la décision.

Études de fiabilité

En ce qui concerne les études de fiabilité, le risque de biais a été évalué dans chaque étude en utilisant une version modifiée de l’outil d’évaluation de la qualité pour les études de fiabilité diagnostique (QAREL) [10]. [Note : Par rapport à notre examen systématique précédent [10], nous retirons l’élément "expérience de l’évaluateur" parce qu’un étudiant en fin d’étude peut être mieux formé qu’un praticien récemment diplômé. De plus, il est toujours possible d’effectuer une analyse statistique de sous-groupe pour évaluer un effet d’expertise potentiel. Il est à noter que le retrait de ce point ne change pas la conclusion de notre examen précédent sur l’ostéopathie crânienne [10]]. L’évaluation générale du risque de biais pour une étude de fiabilité est : Risque élevé de biais "si au moins un élément est évalué avec un risque élevé de biais ; "incertitude majeure sur le risque de biais" si plus de deux éléments sont évalués avec un risque incertain de biais et avec tous les autres éléments avec un faible risque de biais ; "Une incertitude mineure au sujet du risque de biais" si deux éléments ou moins sont évalués avec un risque de biais peu clair et avec tous les autres avec un faible risque de biais ; et, dans l’ensemble, le "faible risque de biais" si tous les éléments sont évalués avec un faible risque de biais [10].

En plus de l’évaluation générale du risque de biais, les résultats des études de fiabilité sont analysés et interprétés. La fiabilité est jugée satisfaisante lorsque le coefficient de corrélation intraclasse (ICC) est supérieur à 0,75 selon la classification de Fleiss ou lorsque le coefficient kappa (κ) est supérieur à 0,81 selon la classification de Landis & Koch [11], [12]. Les seuils fixés pourraient être considérés comme élevés pour les techniques manuelles. Cependant, comme l’ostéopathie viscérale est principalement fondée sur une hypothèse causale sans preuve, ces précautions ont été jugées nécessaires.

En ce qui concerne les méthodes statistiques pour les études de fiabilité, selon Lucas et al. [13], on considère que le coefficient de corrélation intraclasse est approprié pour évaluer la fiabilité interévaluateurs lorsque les variables sont des variables quantitatives, ordinales, d’intervalle et de ratio, tandis que le coefficient kappa est approprié pour les variables nominales (c-à-d. catégoriques). Il existe d’autres mesures statistiques de la fiabilité, comme les corrélations Spearman ou Pearson, la concordance en pourcentage ou les mesures de précision (par exemple, les limites de confiance), mais elles ne sont pas adaptées pour mesurer la fiabilité [13], [14].

Études d’efficacité

Pour les études d’efficacité, le risque de biais a été évalué au moyen de l’outil Cochrane sur le risque de biais [15]. Étant donné qu’un risque élevé de biais dans le domaine concernant l’aveuglement est inévitable dans le domaine de la thérapie manuelle, le risque général de biais est [10] : Risque élevé de biais "si au moins un domaine en plus du domaine concernant l’aveuglement est évalué avec un risque élevé de biais ; "Incertitude majeure de risque de biais" si deux ou plusieurs domaines sont évalués avec un risque incertain de biais et si tous les autres domaines (à l’exception de l’aveuglement) sont évalués avec un faible risque de biais ; "Incertitude mineure du risque de biais" si un seul élément est évalué avec un risque de biais peu clair, et si tous les autres (à l’exception de l’aveuglement) sont évalués avec un risque de biais faible ; et "Risque de biais faible" si tous les éléments autres que le domaine concernant l’aveuglement sont évalués avec un risque de biais faible.

Rôle de la source de financement

Cette revue systématique a été financée par le Conseil national de l’ordre des masseurs-kinésithérapeutes [CNOMK]. Le Conseil national des masseurs-kinésithérapeutes n’a joué aucun rôle dans la conception de l’étude, l’analyse de la collecte ou l’interprétation des données, ni dans la rédaction du rapport.

Résultats

RÉSULTATS

Études de fiabilité

455 articles ont été identifiés après la recherche bibliographique systématisée. Parmi ceux-ci, huit ont passé les critères d’inclusion (figure 1). L’approche complémentaire a permis d’obtenir trois articles supplémentaires, mais un seul a passé les critères d’inclusion. Les caractéristiques de ces études sont présentées au tableau 1. Les articles exclus après examen du texte intégral sont disponibles dans l’annexe 2 avec leur raison principale d’exclusion.
Table 1 - Résumé des études incluses portant sur la fiabilité du diagnostic de l’ostéopathie viscérale

Légende
"N" nombre ; "A" âge ; "CCI" coefficient de corrélation intraclasse.
a Aucune information supplémentaire n’est donnée.
b Seule le CCI fait l’objet d’un rapport parce que les autres mesures ne sont pas recommandées pour la fiabilité [16].

L’évaluation critique a permis de conclure qu’une étude démontrait une incertitude mineure sur le risque de biais [23] et que toutes les autres études de fiabilité présentaient un risque élevé de biais, en particulier en raison de l’absence d’aveuglement des évaluateurs (figures 2 et 3). [Note : Pour les études de fiabilité, cinq points sont concernés par l’aveuglement. Le premier point est "les résultats antérieures du test en cours d’évaluation" [13]. Le deuxième point, qui ne concerne que les études de fiabilité interévaluateurs, est la possibilité de communication entre les deux évaluateurs pendant l’étude [13]. Le troisième point est la possibilité de communication entre les deux évaluateurs lorsqu’un sujet est testé en même temps par les deux évaluateurs [10]. Le quatrième point est le suivant : "La connaissance de l’information clinique fournit une connaissance indirecte de la présence ou de l’absence du trouble ou de la variable d’intérêt cible et peut influer sur la décision d’un évaluateur quant au résultat du test. [13]. Par exemple, les antécédents cliniques. Le cinquième point est "les indices supplémentaires qui ne font pas partie du test" [13], comme les tatouages, les cicatrices chirurgicales ou l’accent vocal]. Sept études portaient sur la fiabilité entre les évaluateurs [16], [17], [18], [19], [20], [21] ,[22] et cinq sur la fiabilité à intraévaluateur [18], [19], [20]. Parmi les études sur la fiabilité interévaluateurs, trois portaient sur la mobilité viscérale et les trois études présentaient des résultats peu fiables [16], [17], [21]. Les autres études ont été conçues pour évaluer différents résultats, comme les variations de la posture [18], les tensions abdominales du diaphragme [19], l’emplacement d’un "dysfonctionnement ostéopathique viscéral" [20] ou d’une dépressibilité de l’organe [22], dont trois n’ont pas démontré la fiabilité [18], [19], [20] et une comportant un report sélectif [22]. Les cinq études portant sur la fiabilité intra-évaluateur se sont concentrées sur les mêmes critères de jugement mentionnés précédemment [18], [19], [20], [22] plus une étude sur les "tensions viscérales" [23]. Ils ont obtenu des résultats semblables à ceux des études de fiabilité interévaluateurs.

Études d’efficacité

1413 articles ont été identifiés après la procédure de recherche standard. Six d’entre eux ont satisfait aux critères d’inclusion (figure 4). Dans l’approche complémentaire, 4 articles supplémentaires ont été trouvés, aucun ne répondant aux critères d’inclusion. Le tableau 2 présente les caractéristiques de ces six études. Les articles exclus après examen du texte intégral sont disponibles dans le dossier complémentaire 2 : Annexe 2 avec leur raison principale d’exclusion. L’évaluation critique a permis de conclure que 3 études ont démontré un risque élevé de biais [27], [28], [29], que l’une d’entre elles avait une incertitude majeure concernant le risque de biais [26] et que 2 d’entre elles ont été évaluées avec une incertitude mineure concernant le risque de biais [24], [25] (figures 5 et 6). D’autres problèmes sont apparus dans les études présentant un risque élevé de biais, comme l’absence d’un résultat primaire [26], [27], [28], [29], l’absence de correction de Bonferroni pour contrôler l’inflation du risque alpha [25], [26], [27], [28], [29], l’absence d’interprétation de la pertinence clinique des résultats, l’absence de comparaison entre les traitements et une évaluation subjective avec une procédure d’aveuglement imprécise [25], [26], [27], [28], [29].


Tableau 2 - Description des études incluses portant sur l’efficacité clinique des techniques utilisées en ostéopathie viscérale

Légende
GE : Groupe expérimental, G groupe, DSS différence statistique significative, GP groupe placebo, TMO traitement manuel ostéopathique, AML Amplitude du mouvement lombaire, MMST modifié : Test de Schober modifié
a Compte tenu du risque de gonflement de la valeur alpha et par souci de clarté, les résultats des études qui n’avaient pas choisi les résultats de l’étude primaire et qui avaient utilisé plus de 15 critères n’ont pas été signalés.

Discussion

DISCUSSION

L’objectif de cette revue fut d’identifier et d’évaluer de manière critique les études scientifiques concernant la fiabilité des techniques diagnostiques et l’efficacité clinique des techniques thérapeutiques utilisées en ostéopathie viscérale.

Il n’existe aucune preuve de la fiabilité des techniques diagnostiques utilisées dans l’ostéopathie viscérale. La plupart des études présentent un risque élevé de biais et échouent à mettre en évidence une fiabilité des techniques pour les paramètres évalués. Étant donné que les différents biais détectés (particulièrement l’absence d’aveuglement de l’évaluateur et l’absence de randomisation de l’ordre des évaluations ) devraient conduire à une augmentation artificielle de la fiabilité mesurée [13], cela renforce l’argument selon lequel les techniques de diagnostic sont réellement non fiables.

En ce qui concerne l’efficacité des techniques viscérales, seules les études présentant un faible risque de biais ou des incertitudes mineures quant au risque de biais sont discutées et considérées comme des preuves. Au total, deux études sont examinées ci-dessous.

Premièrement, l’étude de Panagopoulos et al. [24] est un essai comparatif randomisé avec simple aveugle conçu pour évaluer l’efficacité de la manipulation viscérale en plus d’une " physiothérapie standard", comparativement à une "physiothérapie standard seule", pour la lombalgie. Le critère de jugement principal est correctement défini et cliniquement pertinent, même si la douleur autodéclarée est un critère subjectif. Les résultats ne montrent aucune différence statistique significative pour le critère de jugement principal (douleur à 6 semaines). Parmi les huit critères de jugement secondaires, une différence cliniquement significative est observée en faveur du groupe expérimental dans un seul cas (douleur à 52 semaines). Ce résultat pourrait motiver la réalisation d’une nouvelle étude avec la douleur à 52 semaines comme critère de jugement principal.

Deuxièmement, l’étude menée par Haiden et al. [25] a été conçue sans placebo pour comparer les effets de l’ostéopathie viscérale en plus des soins habituels chez les nourrissons de très faible poids à la naissance. Un critère de jugement principal (temps d’évacuation complète du méconium en jours) et quatre critères de jugement secondaires ont été choisis. L’ostéopathie viscérale n’est pas plus efficace que l’absence de traitement supplémentaire pour accélérer le passage du méconium et améliorer la tolérance alimentaire des nourrissons de très faible poids à la naissance. De plus, dans le groupe expérimental, les durées de séjour à l’hôpital et d’alimentation entérale exclusive étaient respectivement de 34 et 10 jours plus longues que dans le groupe non traité. Bien qu’il ne soit pas possible de déduire les effets indésirables de l’ostéopathie viscérale à partir de cette seule étude, l’absence de traitement placebo dans le groupe témoin permet d’interpréter cette étude comme étant une preuve défavorable de l’efficacité de l’ostéopathie viscérale dans ce contexte spécifique.

En résumé, les deux études analysées ne soutiennent pas l’efficacité des techniques viscérales dans les douleurs lombaires et pour les nourrissons de très faible poids à la naissance.

Dans l’ensemble, la revue systématique présentée ci-dessus montre que la plupart des études portant sur la fiabilité ou l’efficacité de l’ostéopathie viscérale présentent un risque élevé ou incertain de biais. Ces résultats concordent avec la dernière revue sur l’ostéopathie crânienne [10] et plusieurs revues sur la thérapie manuelle ostéopathique (TMO) [30], [31], [32], [33]. Elles mettent en évidence la nécessité d’améliorer les standards de méthodologie de la recherche en ostéopathie. Par conséquent, tel qu’il a été entrepris dans le cadre de la recherche clinique sur l’ostéopathie crânienne [10], certaines recommandations sont fournies afin de produire des études méthodologiques à faible risque de biais et d’améliorer la qualité du report des études sur l’ostéopathie viscérale :

D’abord, étant donné que toutes les études de fiabilité et deux des six études d’efficacité analysées ont été conduites par des étudiants en ostéopathie, et que toutes ces études sont cotées avec un risque élevé de biais ou une incertitude majeure quant au risque de biais, il est recommandé d’éviter (pour l’instant) les études menées par les étudiants en ostéopathie dans les futures revues systématiques, et nous constatons qu’il y a matière à amélioration concernant de la formation et la supervision des étudiants en ostéopathie.

Deuxièmement, dans les études incluses dans la revue, la plupart des items sont évalués avec une incertitude sur le risque de biais. Cette situation pourrait être améliorée si les auteurs donnaient plus de détails méthodologiques. Toutefois, on peut soutenir que la longueur des articles est limitée dans de nombreuses revues scientifiques. Malheureusement, les auteurs choisissent souvent de raccourcir la section de la méthode, réduisant ainsi la possibilité de détecter les biais potentiels. Par conséquent, il peut être recommandé de publier des articles méthodologiques distincts ou d’ajouter des détails méthodologiques dans des annexes ou des documents additionnels à la publication.

Troisièmement, en ce qui concerne les études de fiabilité, il peut être recommandé aux futurs chercheurs en ostéopathie viscérale de s’inspirer des éléments proposés dans cette revue systématique et basés sur le QAREL. Dans le cas des études de fiabilité interévaluateurs, il faut porter une attention particulière afin d’éviter que les évaluateurs échangent des renseignements pendant toute la durée de l’étude ; par conséquent, les études d’une durée de plus d’un jour ne sont pas recommandées. La possibilité de partage d’information entre les examinateurs exige des procédures pour éviter la mémorisation des résultats d’examen. En premier lieu, seule l’exigence minimale d’information clinique concernant les sujets doit être donnée aux évaluateurs et les séquences d’évaluation (sujets et évaluateurs) doivent être randomisées. De plus, l’aveuglement des examinateurs et des sujets doit être aussi rigoureux que possible. Halma et al [34], dans le domaine de l’ostéopathie crânienne, par exemple, ont mis en œuvre une méthode appropriée pour isoler l’évaluateur des indices visuels, auditifs, tactiles et olfactifs. Il convient également de noter que pour les études impliquant des évaluations simultanées par deux évaluateurs, les méthodes de Rogers et al. [35], Moran & Gibson [36] et Sommerfeld et al. [37], dans les études sur l’ostéopathie crânienne, pourraient servir de guide pour cet aspect méthodologique.

Enfin, il est conseillé aux futurs chercheurs d’utiliser l’outil Cochrane sur le risque de biais pour concevoir une étude d’efficacité bien construite. De plus, la liste de contrôle CONSORT 2010 peut aider à mettre en œuvre un essai clinique comparatif randomisé rigoureux. Les précautions méthodologiques exemplaires adoptées par Panagopoulos et al. [24], mais aussi, dans le domaine de l’ostéopathie crânienne, par Elden et al. [38] et Haller et al. [39], méritent d’être soulignées. Cependant, les trois études ont un biais car les procédures thérapeutiques diffèrent (durée, praticien, etc.) d’un groupe à l’autre. Par conséquent, ce biais crée un risque de confusion entre les effets spécifiques et contextuels. Afin d’éviter ce biais, les futurs chercheurs devraient standardiser rigoureusement les différentes procédures thérapeutiques en ce qui concerne le nombre et la durée des séances, la relation praticien-patient, etc. De plus, la plupart des études n’ont pas évalué la crédibilité du placebo utilisé. Une telle évaluation devrait être réalisée dans le cadre d’études futures afin de compenser l’insuffisance de la procédure d’aveuglement spécifique au domaine. Enfin, lors de la conception d’une étude, il est important de spécifier un critère de jugement principal plutôt que d’effectuer des comparaisons multiples. Si plusieurs résultats sont retenus, une correction statistique devrait être prévue pour corriger l’inflation du risque alpha.

Conclusion - Annexes - Déclarations

Conclusion

Dans l’ensemble, cette revue systématique montre qu’il n’existe actuellement aucune preuve de la fiabilité ou de l’efficacité spécifique des techniques utilisées en ostéopathie viscérale. Ces résultats concordent avec la dernière revue sur l’ostéopathie crânienne et soulignent la nécessité d’améliorer les standards méthodologiques de la recherche dans les thérapies manuelles, particulièrement en ostéopathie.
Annexes
Annexe 1 : Stratégie de recherche détaillée pour les études de fiabilité et d’efficacité

- Stratégie de recherche détaillée pour les études de fiabilité
- Stratégie de recherche détaillée pour les études d’efficacité
Télécharger l’annexe 1 (fichier ODT) sur le site de la revue : https://ndownloader.figshare.com/files/10513471
Annexe 2 : Articles exclus après examen du texte intégral

- Articles exclus après l’examen en texte intégral pour les études de fiabilité
- Articles exclus après l’examen en texte intégral pour les études d’efficacité
Télécharger l’annexe 2 (fichier ODT) sur le site de la revue : https://ndownloader.figshare.com/files/10513492

Remerciements

Nous remercions Edward Ando et Philippe Prouvost d’avoir revu l’anglais du manuscrit.

Financement

Cette étude a été soutenue par le Conseil National de l’Ordre des Masseurs Kinésithérapeutes (CNOMK, www.ordremk.fr). Le promoteur n’avait aucune influence ni aucun contrôle éditorial sur le contenu de l’étude.

Disponibilité des données et des matériaux

Les documents à l’appui de cet examen sont contenus dans l’article ou dans des dossiers supplémentaires.

Contributions des auteurs

Conceptualisation : AG ND RM NP. Analyse formelle : AG ND RM RM NP. Acquisition du financement : RM NP. Enquête : AG ND RM RM NP. Méthodologie : AG ND RM NP. Administration du projet : AG NP. Ressources : AG ND RM NP. Supervision : NP. Visualisation : AG. Rédaction - version originale : AG NP. Lecture et approbation du manuscrit final : AG ND RM NP.

Approbation éthique et consentement à participer

Sans objet.

Consentement à la publication

Sans objet.

Intérêts concurrents

Les auteurs déclarent ne pas avoir d’intérêts concurrents.

Note de l’éditeur

Springer Nature reste neutre en ce qui concerne les revendications de compétence dans les cartes publiées et les affiliations institutionnelles.

Copyright - Accès libre

Cet article est distribué sous les termes de la licence internationale Creative Commons Paternité 4.0 International License (http://creativecommons.org/licenses/by/4.0/), qui autorise l’utilisation, la distribution et la reproduction sans restriction sur n’importe quel support, à condition que vous donniez les références appropriées aux auteurs originaux et à la source, que vous fournissiez un lien vers la licence Creative Commons et que vous indiquiez si des modifications ont été apportées. La renonciation de Creative Commons Public Domain Dedication (http://creativecommons.org/publicdomain/zero/1.0/) s’applique aux données mises à disposition dans cet article, sauf indication contraire.

Références

RÉFÉRENCES

1. Still AT. Autobiography of Andrew T. Still, with a history of the discovery and development of the science of osteopathy, together with an account of the founding of the American school of osteopathy [internet]. 1897 [accessed 2015 Nov 15]. 404 p. Available from : https://www.atsu.edu/museum/subscription/pdfs/still,%20a.t/andrewtaylorstillbio1908.pdf

2. World Health Organization. Benchmarks for Training in Osteopathy. World Health Organization ; 2010.Google Scholar

3. Cameron M. An international study of osteopathic practice [internet] [master of health science (research)]. [Melbourne] : University of Victoria ; 1999 [accessed 2016 Feb 9]. Available from : http://www.vu.edu.au/research

4. General Osteopathic Council. Snapshot survey 2001 [internet]. United Kingdom : General Osteopathic Council ; 2001 [accessed 2016 Mar 4] p. 14. Available from : http://www.osteopathy.org.uk/news-and-resources/document-library/research-and-surveys/snapshot-survey-2001-results-dec-2001/

5. Decree of 25 March 2007 on the osteopathic training, the accreditation commission for training institutions and derogations, 43 Article 3. Sect. 3, p. 5687.r

6. Weischenck J. Traité d’ostéopathie viscérale - tome 1 (French) [treatise of visceral osteopathy - volume 1]. Paris : Maloine ; 1982.

7. Barral J-P, Mercier P. Manipulations viscérales 1 (French) [visceral manipulation 1]. 2nd ed. Paris : Elsevier Masson ; 2004. p. 258.

8. Larciprete G, Valli E, Meloni P, Malandrenis I, Romanini ME, Jarvis S, et al. Ultrasound detection of the “sliding viscera” sign promotes safer laparoscopy. J Minim Invasive Gynecol. 2009 Jul ;16(4):445–9. https://doi.org/10.1016/j.jmig.2009.03.023.

9. Horton RC. The anatomy, biological plausibility and efficacy of visceral mobilization in the treatment of pelvic floor dysfunction. J Pelvic Obstet Gynaecol Physiother. 2015 ;117:5–18.

10. Guillaud A, Darbois N, Monvoisin R, Pinsault N. Reliability of diagnosis and clinical efficacy of cranial osteopathy : a systematic review. PLoS One. 2016 Dec 9 ;11(12):e0167823. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0167823.

11. Fleiss JL. The design and analysis of clinical experiments. New York : Wiley ; 1999. p. 432.

12. Landis JR, Koch GG. The measurement of observer agreement for categorical data. Biometrics. 1977 Mar ;33(1):159–74. PubMed -

13. Lucas NP, Macaskill P, Irwig L, Bogduk N. The development of a quality appraisal tool for studies of diagnostic reliability (QAREL). J Clin Epidemiol. 2010 Aug ;63(8):854–61. https://doi.org/10.1016/j.jclinepi.2009.10.002.

14. Kottner J, Audigé L, Brorson S, Donner A, Gajewski BJ, Hróbjartsson A, et al. Guidelines for reporting reliability and agreement studies (GRRAS) were proposed. J Clin Epidemiol. 2011 Jan ;64(1):96–106. https://doi.org/10.1016/j.jclinepi.2010.03.002.

15. Higgins J, Green S. Cochrane Handbook for Systematic Reviews of Interventions Version 5.1.0 [updated March 2011]. Cochrane Collab [Internet]. 2011 [cited 2016 Jun 25] ; Available from : http://handbook.cochrane.org/

16. Landry C, Reda S, Finet G, Williame C. Tests ostéopathiques visceraux du duodémum. Étude sur la concordance des résultats obtenus par deux étudiantes de 5e année sur des sujets asymptomatiques (French) [osteopathic visceral tests of the duodenum. Study on the reliability of the results obtained by two students in their 5th year on asymptomatic subjects] [research dissertation in osteopathy]. [Belmont-sur-Lausanne] : Swiss School for Osteopathy ; 2004.

17. Terrier J, Mayer-Fally. Étude pilote sur la concordance du test de la zone du côlon ascendant dans ses paramètres d’inspiration et d’expiration par deux étudiantes stagiaires sur des patients en consultation en cabinets privés (French) [pilot study on the reliability of the tests of the ascending colon in its parameters of inspiration and expiration by two students on patients in private practice] [research dissertation in osteopathy]. [Belmont-sur-Lausanne] : Swiss School for Osteopathy ; 2004.

18. Rittler M. Intraobserver and interobserver reliability of the global listening [internet] [master thesis in osteopathy]. [Krems an der Donau] : Vienna School of Osteopathy ; 2010 [cited 2016 May 3]. Available from : http://www.osteopathic-research.com/index.php?option=com_jresearch&view=publication&task=show&id=14549&lang=en

19. Gruber S, Mayer-Fally E. The test of the abdominal diaphragm tension and its reliability concerning the right and left body (Interrater-test retest study) [internet] [master thesis in osteopathy]. [Frimbergergasse] : Vienna School of Osteopathy ; 2013 [cited 2016 May 3]. Available from : http://www.osteopathic-research.com/index.php?option=com_jresearch&view=publication&task=show&id=15394&lang=en

20. Cònsol Urgellés N, Nin Dalmau M. The inter and intra-examiner reliability of Soto hall test in healthy people [internet] [research dissertation in osteopathy]. [Barcelone] : Barcelona School of Osteopathy ; 2013 [cited 2016 May 3]. Available from : http://www.osteopathic-research.com/index.php?option=com_jresearch&view=publication&task=show&id=15410&lang=en /p>

21. Zeller U, Grant Hay A. Intertester-reliabilitätsprüfung einer visceralen mobilitätsuntersuchung an der leberzone (Deutsch) [examination of the intertester reliability of a passive visceral mobility palpation on the hepatic area] [internet] [master thesis in osteopathy]. [Krems an der Donau] : Vienna School of Osteopathy ; 2014 [cited 2016 May 4]. Available from : http://www.osteopathicresearch.com/paper_pdf/Zeller%20Ursula.pdf

22. Darty C, Deleigne Justamente R, Crépin A. Identification des dysfonctionnements abdomino-pelviens dans les troubles fonctionnels gastro-intestinaux (French) [identification of abdominal-pelvic dysfunctions in functional gastrointestinal disorders] [research dissertation in osteopathy]. Cachan : Ostéobio School of Osteopathy ; 2015.

23. Verbaarschot A. Intra-observer reliability of the visceral tension test developed by Helsmoortel et al. (2002). Reliability study. [internet] [research dissertation in osteopathy]. [Fleckeby] : Academy for Osteopathy ; 2015 [cited 2016 May 3]. Available from : http://www.osteopathic-research.com/index.php?option=com_jresearch&view=publication&task=show&id=15617&lang=en

24. Panagopoulos J, Hancock MJ, Ferreira P, Hush J, Petocz P. Does the addition of visceral manipulation alter outcomes for patients with low back pain ? A randomized placebo controlled trial : does visceral manipulation alter low back pain outcomes ? Eur J Pain. 2015 Aug ;19(7):899–907. https://doi.org/10.1002/ejp.614.

25. Haiden N, Pimpel B, Kreissl A, Jilma B, Berger A. Does visceral osteopathic treatment accelerate Meconium passage in very low birth weight infants ?- a prospective randomized controlled trial. Hills RK, editor. PLoS One 2015 Apr 15 ;10(4):e0123530. DOI : https://doi.org/10.1371/journal.pone.0123530.

26. Tamer S, Öz M, Ülger Ö. The effect of visceral osteopathic manual therapy applications on pain, quality of life and function in patients with chronic nonspecific low back pain. J Back Musculoskelet Rehabil. 2016 Nov ;30(3):419–25. https://doi.org/10.3233/BMR-150424.

27. Vigüesca XJ, Soler MF. Efecte del tractament de la vàlvula ileocecal en pacients amb dolor a l’articulació sacroilíaca dreta (Spanish) [effect of treatment of ileocecal valve in patients with pain to the right sacroiliac joint] [internet] [research dissertation in osteopathy]. [Barcelone] : Barcelona School of Osteopathy ; 2012 [cited 2016 Apr 22]. Available from : http://www.osteopathic-research.com/index.php?option=com_jresearch&view=publication&task=show&id=15555&lang=en

28. Attali T-V, Bouchoucha M, Benamouzig R. Treatment of refractory irritable bowel syndrome with visceral osteopathy : short-term and long-term results of a randomized trial. Visceral osteopathy & IBS J Dig Dis. 2013 Dec ;14(12):654–61. https://doi.org/10.1111/1751-2980.12098.

29. Rosado Durán M, Galante Haro H, Federici E. Effect of visceral manipulation of lumbosacral range of motion in irritable bowel syndrome. Pilot study [research dissertation in osteopathy]. Barcelone : Barcelona School of Osteopathy ; 2016.

30. Steel A, Sundberg T, Reid R, Ward L, Bishop FL, Leach M, et al. Osteopathic manipulative treatment : a systematic review and critical appraisal of comparative effectiveness and health economics research. Musculoskelet Sci Pract. 2017 Feb ;27:165–75. https://doi.org/10.1016/j.math.2016.10.067.

31. Posadzki P, Lee MS, Ernst E. Osteopathic manipulative treatment for pediatric conditions : a systematic review. Pediatrics. 2013 Jul 1 ;132(1):140–52. https://doi.org/10.1542/peds.2012-3959.

32. Ruffini N, D’Alessandro G, Cardinali L, Frondaroli F, Cerritelli F. Osteopathic manipulative treatment in gynecology and obstetrics : A systematic review. 2016 ;26:72-8.

33. Cerritelli F, Ruffini N, Lacorte E, Vanacore N. Osteopathic manipulative treatment in neurological diseases : systematic review of the literature. J Neurol Sci. 2016 Oct 15 ;369:333–41. https://doi.org/10.1016/j.jns.2016.08.062.

34. Halma KD, Degenhardt BF, Snider KT, Johnson JC, Flaim MS, Bradshaw D. Intraobserver reliability of cranial strain patterns as evaluated by osteopathic physicians : a pilot study. J Am Osteopath Assoc. 2008 Sep ;108(9):493–502. https://doi.org/10.7556/jaoa.2008.108.9.493.

35. Rogers JS, Witt PL, Gross MT, Hacke JD, Genova PA. Simultaneous palpation of the craniosacral rate at the head and feet : intrarater and interrater reliability and rate comparisons. Phys Ther. 1998 Nov ;78(11):1175–85. - PubMed

36. Moran RW, Gibbons P. Intraexaminer and interexaminer reliability for palpation of the cranial rhythmic impulse at the head and sacrum. J Manip Physiol Ther. 2001 Apr ;24(3):183–90.

37. Sommerfeld P, Kaider A, Klein P. Inter- and intraexaminer reliability in palpation of the “primary respiratory mechanism” within the “cranial concept”. Man Ther. 2004 Feb ;9(1):22–9. - PubMed

38. Elden H, Östgaard H-C, Glantz A, Marciniak P, Linnér A-C, Olsén MF. Effects of craniosacral therapy as adjunct to standard treatment for pelvic girdle pain in pregnant women : a multicenter, single blind, randomized controlled trial. Acta Obstet Gynecol Scand. 2013 Jul ;92(7):775–82. https://doi.org/10.1111/aogs.12096.

39. Haller H, Lauche R, Cramer H, Rampp T, Saha FJ, Ostermann T, et al. Craniosacral therapy for the treatment of chronic neck pain : a randomized sham-controlled trial. Clin J Pain. 2016 May ;32(5):441–9. https://doi.org/10.1097/AJP.0000000000000290.

Titre original : Reliability of diagnosis and clinical efficacy of visceral osteopathy : a systematic review
Les auteurs : Albin Guillaud, Nelly Darbois, Richard Monvoisin et NicolasPinsault
BMC Complementary and Alternative Medicine BMC series – open, inclusive and trusted 201818:65 - https://doi.org/10.1186/s12906-018-2098-8
ou https://bmccomplementalternmed.biomedcentral.com/articles/10.1186/s12906-018-2098-8
Cet article en accès libre (licence Creative commons) a été publié sur le Site de l’Ostéopathie le 20 mars 2018 et dans la Revue du SDO n°3 & l’Ostéo4pattes n°47 C - Mars 2018



Notez cet article
0 vote






Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Visiteurs : 59 / 852142

Suivre la vie du site fr 

Site réalisé avec SPIP 3.1.9 + AHUNTSIC